Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Un avion de reconnaissance low cost made in Africa se pose comme alternative aux drones

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un avion de reconnaissance low cost made in Africa se pose comme alternative aux drones

© Aerosud & Paramount Group

L'Ahrlac, un avion de reconnaissance et surveillance low cost intégralement conçu et fabriqué en Afrique du Sud, vient d'effectuer son premier vol. Ses concepteurs, Aerosud et Paramount Group, souhaitent le positionner comme une alternative aux drones.

L'entreprise Aerosud et le Paramount Group ont annoncé que leur prototype d'avion de reconnaissance et surveillance avait effectué son premier vol le 13 août à Pretoria. Baptisé Ahrlac (Advanced High Performance Reconnaissance and Surveillance Aircraft), il s'agit selon ses concepteurs du "premier aéronef intégralement conçu et fabriqué en Afrique". Une affirmation dont la véracité n'est pas avérée, le sud-africain Denel ayant déjà plusieurs drones à son actif (et un hélicoptère d'attaque, le Rooivalk, mais dont la conception est basée sur le modèle de l'Alouette III du français Sud-Aviation).

L'Ahrlac se veut une alternative low cost aux drones de reconnaissance utilisés par de plus en plus d'armées dans le monde. Conçu pour deux personnes, son cockpit a été spécifiquement développé pour conférer à l'équipage la meilleure visibilité possible. Il est équipé d'une hélice propulsive (située à l'arrière de l'appareil) de 950 CV fournie par Pratt & Whitney qui lui permet de voler relativement lentement, une caractéristique importante pour les opérations de reconnaissance (et que l'on retrouve d'ailleurs sur les drones Predator de General Atomics). Sa vitesse maximale est en conséquence de 500 km/h, pour une autonomie estimée à 7,5 heures de vol. Son plafond est d'environ 9500 m.

Out of Africa

Prévu pour une utilisation dans des zones reculées, il mesure 10,3 m de long, 4 m de haut et 12 m d'envergure pour un poids de 800 kg, et ne nécessite que 550 mètres de piste pour décoller. Sa conception particulière lui permet de plus de décoller et d'atterrir sur des terrains accidentés sans se soucier de la végétation. L'Ahrlac se veut polyvalent et adapté à des missions aussi bien civiles que militaires, qu'il s'agisse d'effectuer des opérations de reconnaissance, de surveiller des frontières ou de patrouiller au-dessus des parcs nationaux pour empêcher le braconnage. Il peut embarquer à ce titre aussi bien des capteurs, radars et caméras de surveillance que des missiles anti-char, grenades ou mitrailleuses.

Paramount prévoit de faire voler le premier prototype 100 à 200 heures dans les six mois à venir pour en évaluer les performances et valider la mise au point du second démonstrateur. Celui-ci volera en début d'année prochaine et testera les capteurs et les armes prévus pour la version commerciale. L'entreprise prévoit de fabriquer jusqu'à cinq avions par mois une fois les essais terminés.

Ci-dessous une vidéo célébrant ce premier vol d'essai :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Notre-Dame, Sido, Stratolaunch… les meilleures innovations de la semaine

Notre-Dame, Sido, Stratolaunch… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

L’avion géant de Stratolaunch a volé pour la première fois

L’avion géant de Stratolaunch a volé pour la première fois

Crew Dragon, satellites OneWeb, robot fourmi… les meilleures innovations de la semaine

Crew Dragon, satellites OneWeb, robot fourmi… les meilleures innovations de la semaine

Transfo AC-DC, l’IRT de Toulouse à Montréal, ballon dirigeable… les meilleures innovations de la semaine

Transfo AC-DC, l’IRT de Toulouse à Montréal, ballon dirigeable… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles