Nous suivre Industrie Techno

UltraBattery, les promesses du stockage hybride

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

UltraBattery, les promesses du stockage hybride

© UltraBattery

Les batteries au plomb sont encore majoritairement utilisées dans l'industrie malgré leur faible durée de vie car peu d'autres technologies offrent leur capacité de stockage. Le procédé hybride UltraBattery pourrait être la solution recherchée.

UltraBattery est un système de stockage d'énergie hybride disposant d'une grande longévité. Il combine les performances de charge rapide et la durée de vie élevée des supercondensateurs avec les capacités de stockage d'énergie de grande intensité des batteries classiques au plomb-acide sulfurique en n'utilisant qu'un seul électrolyte commun.

La technologie a été inventée par le Dr. Lan Lam alors qu'il travaillait au CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation), l'organisme de recherche industrielle australienne. Financées au départ par le gouvernement australien, les recherches furent élargies grâce à la société japonaise Furukawa Battery, puis au travers d'autres contributions d'acteurs internationaux. Une société privée nommée Ecoult fut créée en 2007 par le CSIRO pour être dédiée au développement de cette technologie, avant d'être rachetée en 2010 par l'entreprise américaine East Penn Manufacturing (EPM), qui s'en charge désormais et bénéfie à ce titre d'un financement du Département de l'énergie des États-Unis.

Cette technologie était à l'origine destinée au stockage d'électricité sur les grands réseaux électriques, mais un autre de ses avantages par rapport aux batteries au plomb traditionnelles (VRLA), son efficience lorsqu'elle est dans un état de charge partielle, la rend très attrayante pour d'autres utilisations. Cela lui permet en effet d'être utilisée avec beaucoup plus de souplesse dans le cadre du stockage d'électricité générée par les énergies renouvelables. Elle peut de plus endurer un nombre beaucoup plus élevé de cybles de charge-décharge avant de perdre en efficacité, lui conférant une durée de vie 10 fois supérieure aux batteries au plomb actuelles.


Des performances qui s'appliquent aussi bien aux réseaux électriques à grande échelle qu'à d'autres applications de moindre envergure comme les véhicules électriques. Car si elles sont à peu près équivalentes à celles obtenues avec des batteries NiMH (nickel-hydrure métallique), l'UltraBattery coûte beaucoup moins cher à produire... Et est de plus non-inflammable, non-toxique, recyclable et n'utilise pas de terres rares.

Cliquez ici pour consulter le livre blanc sur la technologie d'UltraBattery

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

D’après une publication relayée par IEEE Spectrum, le journal de l’association professionnelle « Institut des[…]

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

Plus d'articles