Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

UGS puissance 5

Industrie et  Technologies
J'ai assisté ces jours ci à une présentation des nouvelles versions des offres NX et Tecnomatix d'UGS. L'un des maître-mots de cette annonce est productivité. Pour cela les interfaces utilisateurs ont évoluées et l'intégration avec la plate-forme de gesti


« Déjà, c'est, comme prévu, la première version de NX où les utilisateurs de Unigraphics et de I-Deas retrouveront l'intégralité des fonctionnalités qu'ils avaient dans ces logiciels. Mais cela ne signifie pas la disparition de ces produits, même si les utilisateurs n'ont plus de raisons pour ne pas migrer. Ainsi une nouvelle version d'I-Deas apparaîtra au cours du troisième trimestre », prévient d'entrée de jeu Alain Guillon, responsable du support technique.

Faciliter l'accès à la puissance du logiciel

Mais outre cette convergence, le leitmotiv autour de NX 5 est bien de mettre encore plus de puissance au service des utilisateurs. Pour cela, un certain nombre de nouvelles fonctionnalités font leur apparition. Déjà l'interface utilisateur, toujours plus proche des standards Windows, devient plus "intelligente". « Nos logiciels offrent tellement de possibilités aux concepteurs qu'il devient difficile de les maîtriser parfaitement, même pour les spécialistes. Et c'est encore plus critique pour les utilisateurs occasionnels de certaines fonctionnalités », reconnaît Alain Guillon. « Afin de les rendre plus intuitifs, nous avons donc inclus beaucoup d'intelligence dans l'interface utilisateur ».

Pour simplifier la tâche des concepteurs, UGS a donc doté NX 5 d'interfaces pré-cablées, adaptées aux différents rôles et fonctions dans l'entreprise (designer, concepteur, chef de projet...). Ceci permet aux industriels de ne mettre à la disposition des utilisateurs que les commandes NX correspondant à leur poste et à leur niveau d'expérience. Des interfaces métiers qui restent toutefois enrichissables par l'utilisateur, qui peut ainsi se créer un environnement de travail personnalisé répondant exactement à son besoin.

Ce cadrage des interfaces permettrait en outre de réduire jusqu'à 50 %, le temps nécessaire à la formation initiale des utilisateurs. De plus, l'intégration renforcée de NX 5 avec l'outil de GDT Teamcenter permet de réaliser des gains de productivité allant jusqu'à 90 % lors de l'utilisation des fonctions courantes, telles que l'insertion de pièces standard.

A plus longue échéance, cette interface baptisée "Your Way", me semble être un premier pas vers une génération d'interfaces très intuitives permettant à un utilisateur occasionnel, après avoir déclaré ce qu'il voulait faire, de pouvoir maîtriser un logiciel puissant. Ce qui serait alors tout à fait compatible avec une mise à disposition de NX5 en mode ASP.

A plus court terme, NX 5 veut aussi offrir plus de souplesse aux concepteurs en leur offrant une liberté de conception totale exprimée dans le concept "Design Freedom". Il s'agit là de donner aux concepteurs la possibilité de travailler sur des modèles issus de systèmes de CAO hétérogènes, de la même manière que s'ils avaient été créés avec NX. Pour cela, lors de l'importation de ces modèles, NX 5 reconnaît leur topologie, ainsi que les entités technologiques (Features) présentes. Il devient alors très simple d'effectuer des modifications, car le concepteur est libéré des contraintes imposées par les systèmes paramétriques ou basés sur un historique. Ainsi, il est alors possible de modifier la géométrie du modèle sans devoir annuler les opérations enregistrées dans l'arborescence de conception.

Autre nouveauté, il devient possible à l'utilisateur d'inclure dans le format natif de NX le format de données JT. Cela offre déjà des avantages au niveau affichage des modèles, car le format JT est beaucoup moins gourmand en mémoire. L'affichage serait 5 fois plus rapide, alors que la capacité mémoire nécessaire est réduite de 70 %. De plus, cela permet de partager, via un format neutre qu'UGS voudrait voir devenir standard, des modèles, afin de faire du travail collaboratif avec d'autres utilisateurs pas forcément équipés de NX.

Notons que cette introduction du JT dans le format natif d'NX permet à UGS d'offrir des outils de conception dans le contexte très performants baptisés "Active Mockup". Grâce à l'augmentation des capacités d'affichage, le concepteur peut naviguer rapidement dans un modèle complexe complet et passer instantanément à des fonctions de conception sur une pièce. Dans l'exemple qui m'a été montré, on peut passer très rapidement de la vue d'ensemble d'un tracteur agricole à la modification du nombre de nervures du palier supportant l'arbre de boîte de vitesses dans le carter d'embrayage.

Notons que parallèlement à ces évolutions de la partie conception, les outils de calcul/simulation et de FAO connaissent eux aussi des évolutions, notamment vis-à-vis d'une meilleure associativité avec la conception.

L'usine numérique intégrée dès la conception du produit

L'offre usine numérique évolue aussi avec l'annonce de Tecnomatix 8. Les nouveautés sont là de deux ordres : intégration avec Teamcenter ; introduction d'une nouvelle plate-forme pour l'étude, la simulation et la validation des process de fabrication.

« Tecnomatix 8, qui bénéficie de l'héritage des éditions précédentes, est la première version à permettre l'étude et la simulation du montage directement dans Teamcenter en mode natif. Elle offre ainsi un environnement intégré à l'échelle de l'entreprise pour définir, simuler, documenter et exécuter des process d'assemblage. Résultat, les entreprises bénéficient d'une meilleure maîtrise de leurs processus de développement du fait de l'existence d'une base de connaissances unique incluant aussi les données de fabrication », explique Eric Gautier, responsable du marketing des solutions de fabrication pour l'Europe.

Ce niveau d'intégration offre une plus grande visibilité dans les processus d'étude des produits et des process et leur interaction mutuelle. De plus, en étendant à l'atelier la couverture des solutions PLM, cette intégration facilite la collaboration entre les divers intervenants des études et de la fabrication. De cette façon, les entreprises font plus facilement de la conception en vue de la fabrication (DFM - Design For Manufacturing), ce qui facilite la gestion des modifications, améliore le niveau de qualité des produits et des process et, au bout du compte accélère, le lancement de leurs nouveaux produits.

Tecnomatix 8 voit aussi l'arrivée d'une nouvelle plate-forme d'étude, de simulation et de validation des process de fabrication, Process Simulate Robotics. Il devient crucial pour les industriels de valider leurs process et leurs équipements de production très en amont, à la fois dans le processus de développement de leurs nouveaux produits, ainsi que dans celui de leurs moyens industriels. C'est indispensable pour démarrer plus vite et sans à-coups leurs nouvelles productions et mettre ainsi plus tôt leurs nouveaux produits sur le marché.

Ce besoin d'une plus grande prévisibilité est la raison d'être de Process Simulate Robotics. Cette plate-forme permet aux entreprises d'associer leurs environnements de robotique et d'automation, en mettant à leur disposition les moyens pour valider, sur un modèle virtuel, la mise en service de l'usine ou de la ligne de fabrication. En effet, la prévision du temps de cycle d'une ligne complète d'assemblage incluant des îlots robotisés, les flux matières et les tâches manuelles, dans un environnement de production complexe, est un avantage concurrentiel important.

Avec ces annonces qui mettent en avant l'intégration des multiples outils de conception, de simulation et de préparation de la production autour de Teamcenter, UGS entend rappeler à ceux qui l'auraient oublié qu'il est un acteur global du monde du PLM, certes un peu moins doué pour le marketing que son concurrent direct, mais tout aussi performant.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.ugs.com/nx5http://www.ugs.com/nx5 & http://www.ugs.com/products/tecnomatix/tecnomatix8

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 25 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles