Nous suivre Industrie Techno

TWB mobilise les laboratoires toulousains autour du projet BioImpulse pour une nouvelle résine adhésive biosourcée

Marina Angel

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

TWB mobilise les laboratoires toulousains autour du projet BioImpulse pour une nouvelle résine adhésive biosourcée

Le projet BioImpulse mobilise les expertises en modélisation, en design de voies métaboliques, en analytique et en ingénierie de souches et de procédés de culture et mobilise les plateformes robotiques de TWB à Toulouse.

© TWB / Baptiste Hamousin

Engagé dès 2019 pour une durée de 6 ans, le projet BioImpulse, initié par Michelin, via sa filiale ResiCare, est en pleine accélération. Premier bilan d'étape prévu en mai 2021. A Toulouse, TWB (Toulouse White Biotechnology), partenaire du projet, coordonne les travaux de plusieurs laboratoires toulousains.

L'objectif du projet BioImpulse ? Remplacer les résines/colles à base de formaldéhyde utilisées notamment dans la fabrication de pneumatiques par une nouvelle résine adhésive, biosourcée et ne présentant aucun caractère de toxicité préoccupante pour la santé humaine. Initié par ResiCare, filiale à 100% de Michelin, BioImpulse prévoit de développer toute une chaîne de valeur autour de nouvelles molécules d'intérêt biosourcées issues de la fermentation du sucre.

« L'enjeu va bien au-delà de l'industrie des pneumatiques », insiste Quentin Faucret, directeur général de ResiCare. « Nos travaux intéressent de très près les industriels du bois. Le FCBA, centre technique du bois, est d'ailleurs partenaire du projet. A terme, d'autres applications pourraient aussi être ciblées, dans le domaine des matériaux d'isolation ou de certains composés moulés pour l'industrie. »

Un premier pilote dès le second semestre 2021

Lancé en 2019 pour une durée de 6 ans, le projet est actuellement en pleine accélération avec un premier bilan d'étape prévu en mai prochain. Doté d'un budget total de 28,1 millions d'euros, dont 11,5 millions d'euros de l'Ademe, au titre du PIA (Programme d'investissements d'avenir), BioImpulse couvre le développement du process de production biologique de la molécule jusqu’à la performance applicative de la résine.
Une première voie de production s'appuie sur l'expertise du groupe Lesaffre en matière de fermentation à haut débit. Après une phase conduite en laboratoire pour tester la robustesse de la souche ciblée, l'équipe de Lesaffre travaille à la conception et à la mise à échelle du procédé de production du monomère. « Un premier pilote devrait être mis en œuvre dès le second semestre semestre 2021 », précise Quentin Faucret.

Plusieurs laboratoires toulousains travaillent sur le développement d'une nouvelle voie

En parallèle, TWB (Toulouse White Biotechnology), dont la vocation est d'accélérer le développement des biotechnologies industrielles en facilitant les échanges entre la recherche publique et l'industrie, coordonne les travaux de plusieurs laboratoires de recherche toulousains en vue d'une nouvelle souche de microorganisme, « encore plus performante », souligne Quentin Faucret.
Une équipe du TBI (Toulouse Biotechnology Institute) a ainsi été mobilisée, d’une part pour optimiser les enzymes impliquées dans la biosynthèse de la cible, et d’autre part pour caractériser les souches de production. De son côté, le LGC (Laboratoire de Génie Chimique) apporte ses compétences en génie des procédés pour les étapes de purification.
L'ambition à terme est de développer à l'échelle industrielle un procédé de production par fermentation à un coût inférieur à son équivalent pétrole et de favoriser une production dans de petites installations compactes et décentralisées, au plus près des clients. Rendez-vous en 2026.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Le CNRS et Dassault aviation ont lancé le 5 juillet un laboratoire commun. Son objectif : mettre au point de nouveaux matériaux[…]

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Plus d'articles