Nous suivre Industrie Techno

Trois questions à David Dornbusch, Président de l’association CleanTuesday

Clément Cygler
Trois questions à David Dornbusch, Président de l’association CleanTuesday

"L'acceptation de l'énergie nucléaire de plus en plus remise en question."

© DR

Après avoir travaillé plusieurs années comme ingénieur chez Areva et au CEA, David Dornbusch préside l’association CleanTuesday qui a pour objectif de promouvoir le développement des Cleantech ou éco-technologies innovantes. Cet expert détaille les possibles répercussions des incidents nucléaires de Fukushima sur l’avenir de cette énergie et sur la filière des énergies renouvelables.

Industrie & Technologies : Quel va être l’impact des incidents nucléaires japonais sur l’exploitation de cette énergie ?

David Dornbusch : Il est évident que le contexte japonais va avoir un certain nombre de répercussions sur l’exploitation du nucléaire. En Allemagne, le gouvernement a déjà décidé la fermeture provisoire de sept unités, et la Suisse a, elle, souhaité interrompre ses projets de renouvellement de centrales nucléaires. Même en Chine, où des dizaines de centrales sont en construction, un moratoire a été lancé. Cela a entraîné la suspension temporaire de certains projets et la mise en place de contrôle de sécurité complets des sites existants. La question de l’acceptation du nucléaire est plus compliquée en France, en raison de son poids dans notre politique énergétique et notre économie. Mais, je ne serai pas surpris de voir une dizaine de centrales fermées, notamment les plus vieilles construites au début des années 70.


I&T : Comment pourrait-on compenser la baisse de production d’électricité suite à la fermeture de centrales nucléaires ?


D.D. : Il faut espérer que les événements au Japon puissent être un véritable déclic et favorisent le développement des énergies renouvelables (ENR) au détriment du nucléaire. De plus, la création de nouvelles centrales de type EPR, qui nécessite l’ajout d’équipement de protection supplémentaire, présenterait un bilan financier défavorable et pas assez compétitif. Le coût du GW installé serait ainsi supérieur à celui produit par le solaire par exemple. La maturité des technologies des ENR et la diminution constante du coût de fabrication sont, par ailleurs, des éléments déterminants pour la mise en place à grande échelle de projets photovoltaïques ou éoliens. Cette évolution doit s’accompagner également par un essor des procédés de stockage énergétique performants comme l’emprisonnement d’air comprimé dans des cavernes.


I&T : Comment se porte la filière des ENR en France ?

D.D. : La part des ENR dans notre mix énergétique progresse mais de façon encore trop lente, comparée à certains pays comme l’Allemagne ou l’Italie. Trop de barrières et de freins sont mis en place par EDF, qui est dans une logique de résistance à de nombreux projets d’énergie renouvelable. Les projets éoliens off-shore souffrent ainsi du manque de volonté de la part des acteurs énergétiques du secteur, mais aussi des politiques qui subissent de gros travail de lobbying. Pourtant, avec notre potentiel en biomasse, la France a tout intérêt à développer cette filière. Il faudrait, en premier lieu, remembrer notre domaine forestier car pour l’instant, il reste difficilement exploitable. Outre l’augmentation de production énergétique, la filière biomasse serait également la plus prometteuse en termes de création d’emplois.

Propos recueillis par Clément Cygler

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Bourget] Comment les sept directeurs techniques des grands de l’aéro prévoient de réduire les émissions de CO2

[Bourget] Comment les sept directeurs techniques des grands de l’aéro prévoient de réduire les émissions de CO2

Rappelant les objectifs de limitation des émissions de CO2 du secteur de l’aviation d’ici 2050, les directeurs de la technologie[…]

Big data, Impression 3D, circuit de chaleur.. les innovations qui (re)donnent le sourire

Big data, Impression 3D, circuit de chaleur.. les innovations qui (re)donnent le sourire

[Reportage] L’île Saint-Nicolas des Glénan bientôt autonome en énergies renouvelables

[Reportage] L’île Saint-Nicolas des Glénan bientôt autonome en énergies renouvelables

Des additifs qui réduisent le coût des supercondensateurs au lithium

Des additifs qui réduisent le coût des supercondensateurs au lithium

Plus d'articles