Nous suivre Industrie Techno

Trois questions à ALAIN WEGIEL, responsable logiciels et systèmes à la direction scientifique et technique de Schneider Electric

Propos recueillis par Mirel Scherer

Sujets relatifs :

, ,

Industrie et Technologies : Vous avez mis en oeuvre, avec l'aide de Q-Labs, la méthode américaine CMM (Capability Maturity Model). Quels étaient vos besoins ?

Alain Wegiel : Nous appliquons depuis trois ans cette méthode d'analyse des processus de développement et de maintenance informatique pour améliorer la synergie de nos différentes équipes de développement. Schneider Electric compte actuellement une quinzaine d'entités de R & D au monde. Or, jusqu'à l'année 2000, chacune de ces entités travaillait indépendamment.

I. T. : Quel est le secret de cette méthode ?

A. W. : La méthode CMM détermine, grâce à la modélisation des processus informatiques de l'entreprise, les points forts et faibles des approches utilisées par les équipes. C'est évidemment une démarche continue qui compte cinq niveaux de maturité : le niveau initial, le niveau "reproductible", la standardisation des procédures de développement, la gestion et le contrôle et, enfin, la maîtrise totale du changement.

I. T. : Quels en sont les bénéfices après ces trois années d'utilisation ?

A. W. : La méthode a amélioré la mobilité des compétences informatiques du groupe, permis une meilleure répartition des charges entre les différentes entités, accru la polyvalence des développeurs... Nous avons une meilleure visibilité sur les projets, ce qui a permis la réduction du temps de mise sur le marché des nouveaux outils logiciels et l'amélioration de leur fiabilité. Les écarts par rapport au cahier des charges ont été réduits de 50 à 20 %. Notre objectif actuel, c'est d'atteindre rapidement les 10 %. Le retour sur investissement (pour 1 euro investi dans le CMM, nous en gagnons 4) et l'efficacité dans l'obtention de la qualité se sont également améliorés.

Des atouts importants pour réussir un projet aussi vaste et complexe que le Transparent Ready qui donnera aux utilisateurs un accès universel et "transparent" à nos produits dans un système de contrôle industriel automatisé.

« Un modèle pour détecter les bonnes pratiques informatiques. »

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0848

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec son nouveau centre de R&D aux Ulis, Bowen veut devenir incontournable dans l'innovation sur les radiofréquences

Avec son nouveau centre de R&D aux Ulis, Bowen veut devenir incontournable dans l'innovation sur les radiofréquences

Le 8 octobre, le spécialiste des systèmes de radiofréquences Bowen a inauguré aux Ulis (Essonne) son nouveau centre de[…]

09/10/2020 | Innovation
La signature électronique au cœur de la transformation digitale

Les publi-rédactionnels

La signature électronique au cœur de la transformation digitale

  « Les SATT vont jouer un rôle-clé dans la création des filières technologiques d’avenir », lance Caroline Dreyer, présidente du réseau

« Les SATT vont jouer un rôle-clé dans la création des filières technologiques d’avenir », lance Caroline Dreyer, présidente du réseau

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

Plus d'articles