Nous suivre Industrie Techno

Trois projets smart city dévoilés au QG Digital d'Engie

Alexandre Couto
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Trois projets smart city dévoilés au QG Digital d'Engie

La société Siradel conçoit des jumeaux numériques pour simuler l'impact d'aménagements sur la ville.

Le QG Digital d'Engie a ouvert ses portes à la presse pour la première fois le 14 octobre. Parmi les projets développés par ses 200 data scientists, développeurs et designers, Industrie & Technologies en a sélectionné trois dédiés à la smart city, qui placent la donnée au coeur de la ville de demain.

Le QG digital d'Engie se dévoile. Fort de 200 data scientists, développeurs et designers, le « studio digital » parisien de l'énergéticien, créé il y a trois ans, a ouvert ses portes pour la première fois à la presse lundi 14 octobre. Parmi les start-up et projets présentés, Industrie & Technologies en a sélectionné trois, dédiés à la smart city. Leur point commun ? Partir des bases de données des villes pour optimiser leur fonctionnement. « Il y a cinq ans les sociétés du digital commençaient par le logiciel et la donnée était secondaire. Aujourd’hui, elle devient le premier centre d'intérêt», nous explique lors de cette rencontre Yves le Gélard, chief digital officer chez Engie.

La plateforme Livin' connecte les métiers

Eclairage public, caméra de sécurité, régulation du trafic, chargeurs de voitures, qualité de l’air… autant de paramètres urbains que le logiciel Livin’ propose de surveiller. En récoltant les données fournies à la fois par des capteurs LoRA déployés dans la ville et par les équipements urbains tout en se connectant directement aux API des fournisseurs de services, la plateforme donne une vision en temps réel du fonctionnement de la ville. « Nous avons conçu Livin’ pour permettre aux différent métiers de communiquer entre eux », expose Vincent Vandenberge, responsable digital de la plateforme « Certaines actions peuvent être paramétrées pour se déclencher automatiquement sous certaines conditions. Par exemple, si les capteurs détectent une pollution atmosphérique, il est possible d’envoyer automatiquement des messages d’alerte ou de contrôler des systèmes de gestion du trafic ». Le logiciel est en service dans plusieurs villes, comme La Baule (France), Niteroi (Brésil) et Bari (Italie), avec pour objectifs la surveillance de la qualité de l'air et la fluidification du trafic. Il sera déployé en 2020 à Livourne (Italie),  pour gérer pour la première fois toutes les fonctionnalités des équipements urbains.

Sidarel crée les jumeaux numériques des villes et territoires

La société rennaise Sidarel, acquise par Engie en 2016, propose quant à elle un jumeau numérique de la ville ou du territoire. Il associe des informations issues des images satellites et des données obtenues grâce à des véhicules équipés de Lidar, circulant en ville. Résultat : une modélisation fine de la ville sur laquelle il est possible de juxtaposer les informations publiques et privées. « En représentant la ville en trois dimensions,  les pouvoirs publics peuvent rapidement évaluer l’impact de certaines décisions pour les citoyens. Par exemple, nous pouvons prévisualiser la variation du niveau sonore en centre-ville dans le cas d’ajout d’une déviation du trafic, ou encore simuler la diminution de la pollution atmosphérique lorsque des véhicules électriques sont mis en circulation », précise Sylvie Carré Le Paih, responsable communication de la société. « Il s’agit d’un véritable outil d’aide à la décision pour les collectivités ». L’entreprise mettra en service, à partir de demain, un jumeau numérique de la région Ile-de-France.

Smart Institutions gère un campus de 100000 personnes dans l'Ohio

Projet d’envergure pour Engie, Smart Institutions est un partenariat conclu avec l’Université d’Etat de l’Ohio pour exploiter et optimiser l’ensemble des infrastructures de production et de distribution d’énergie (vapeur, froid, gaz et électricité) de son campus. Accueillant 100 000 personnes chaque jour dans 485 bâtiments, le campus représente un véritable laboratoire géant pour les futures Smart City. 12 000 capteurs ont été déployés pour surveiller  les réseaux et identifier les habitudes de consommation énergétique. Pour ce projet, Engie s’est associé avec l’éditeur d’intelligence artificielle C3.ai pour optimiser automatiquement les systèmes énergétiques. Ce dispositif devrait permettre une réduction d’au moins 25 % de la consommation énergétique du campus sur 10 ans.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Le cerveau s'impose comme modèle

Analyse

Le cerveau s'impose comme modèle

Le développement de l’Haliade-X de General Electric avance tous azimuts

Le développement de l’Haliade-X de General Electric avance tous azimuts

Plus d'articles