Nous suivre Industrie Techno

Très hautes cadences et polyvalence des machines

GUIDE RÉALISÉ PAR CHRISTIAN GUYARD
Très hautes cadences et polyvalence des machines

Cette unité de palettisation d'Ocme effectue jusqu'à 15 cycles par minute.

© D.R.

L'emballage primaire a besoin d'un suremballage de regroupement, lui-même conditionné en palettes. Les machines doivent s'adapter aux nécessités marketing.

Sortis de chaîne, les produits sont présentés dans un emballage primaire. Il les protège du contact direct avec l'environnement et les personnes tout en véhiculant l'image du produit contenu. Ces poches souples, boîtes, flacons, pots, bouteilles... ne sont pas expédiables et transportables sous cette forme. Il faut les regrouper dans un emballage secondaire pour les rendre plus manipulables en faisant appel à des barquettes, étuis, caisses, cartons... Ces emballages secondaires sont eux-mêmes regroupés et empilés sur des palettes pour expédition. Les produits liquides et pâteux, généralement en seaux d'un à une vingtaine de litres, sont pour leur part généralement mis sur palette directement. Idem pour les sacs de poudre et granulés.

D'autres produits industriels peu fragiles ou pondéreux (tuiles, briques, pièces métalliques...) sont fardelés, c'est-à-dire mis en paquets par du cerclage (métallique et plus souvent plastique). Pour des raisons de stabilité de la palette, celle-ci est souvent cerclée, houssée ou mise sous film.

Le film apporte d'autres fonctions comme la protection contre les intempéries, les projections liquides et le vol.

Toutes ces opérations, qualifiées de conditionnements secondaire et tertiaire, sont décisives pour la bonne expédition des produits et s'insèrent à part entière dans la chaîne logistique.

L'emballage secondaire sert aussi de présentoir

Depuis quelques années, cette fonction logistique des emballages secondaire et tertiaire a évolué, notamment sous la pression des grandes surfaces, elles-mêmes soumises à la pression environnementale avec la réduction des emballages. Dans un souci d'économie de temps, l'emballage secondaire sert aussi de présentoir pour la mise en rayon. On voit ainsi des emballages secondaires de plus en plus diversifiés : avec des prédécoupes, des couleurs plus variées, etc. À tel point que la machine d'emballage n'est définissable qu'une fois l'emballage "idéal" conçu.

Pour Christophe Furet d'Otor, société spécialisée dans la fabrique de carton et également producteur de formeuses, « cette tendance à la plurifonctionnalité de l'emballage secondaire s'est fortement affirmée ». En termes d'allègement des cartons, ce producteur estime être au maximum au niveau des papiers utilisés. Les progrès portent donc sur la géométrie pour améliorer leur résistance au gerbage, d'où des machines très précises dans le pliage.

Des machines capables de changer de format

Les emballages secondaire et tertiaire (palettisation/filmage) sont moins soumis à la mode que le primaire. Regrouper des objets avant encaissage, les saisir à l'aide d'un robot restent des opérations unitaires simples, peu impactées par les changements de l'emballage primaire. Les machines évoluent donc lentement.

Dans l'agroalimentaire toutefois, l'une des tendances de consommation est l'individualisation des doses, donc la multiplication des objets. Cela se répercute en termes de cadences plus élevées au niveau de l'emballage secondaire : formeuses de caisses, collage, remplissage, fermeture, wrap-around. Ces changements ainsi que l'évolution de la grande distribution (multiplication des offres promotionnelles) entraînent également une modification des dimensions des caisses en carton. Changer un format de carton suppose de changer l'approvisionnement, reconfigurer la formeuse pour les bonnes dimensions, reprogrammer le regroupement (nombre d'objets), le robot de remplissage, la fermeuse. Certains constructeurs comme Cermex conçoivent ainsi des machines intégrées polyvalentes capables de changer de format et de réaliser soit de l'encaissage latéral, soit du suremballage par découpe wrap-around. Ainsi, la fonction primaire de mise en caisse de produits est assurée par une seule machine, indépendamment de la technique choisie.

L'ESSENTIEL

- Adaptabilité Pour répondre aux multiples demandes de la distribution en lots promotionnels. - Haute cadence Les petits conditionnements obligent à accélérer les opérations. - Lignes intégrées Leur homogénéité garantit les performances.

LES CRITÈRES DE CHOIXLES PARAMÈTRES CLÉS

Pour l'emballage secondaire - La cadence de production est le critère majeur. Elle dépend de l'emballage choisi. La chose n'est pas simple car il faut enchaîner différentes fonctions : formage du carton (barquette, étui) après son approvisionnement, remplissage (type du regroupement, du robot), fermeture (collage, ruban). - La fiabilité et la cohérence de la solution retenue sont essentielles, d'où l'intérêt de lignes intégrées. Autre avantage en général d'une solution intégrée, le gain de place car les machines sont souvent plus compactes et les liaisons entre machines optimisées. Mais rien n'empêche de faire appel à un bureau d'études pour créer une solution sur mesure. Pour le tertiaire - Le mode d'empilage sur palette : robotisé, manuel (attention à l'ergonomie du poste). - La fixation sur palette : houssage, filmage avec film étirable ou rétractable, produit antiglisse.

UN ENCHAÎNEMENT D'OPÉRATIONS UNITAIRES

Emballages secondaire et tertiaire sont réalisés par des machines individuelles successives ou par des machines intégrées assurant plusieurs fonctions. - Accumulateur sur convoyeur Regroupement en lots à nombre fixe d'objets au sortir d'une chaîne de production : boîtes, flacons, pots, bouteilles... - Formeuse de caisses carton Les cartons plats approvisionnés sont repliés automatiquement pour former la caisse ; l'assemblage fait appel au collage ou au ruban adhésif. - Remplisseuse de caisses Les produits accumulés sur le convoyeur sont saisis par un robot (2 à 6 axes). Les dispositifs de saisie (pince, ventouse) sont très variés. Ce robot (ou un second) peut placer des intercalaires, des croisillons, retourner le produit, etc. Le chargement des caisses est horizontal ou vertical, selon la présentation choisie et la sensibilité du produit. Le wrap-around consiste à former la caisse autour du lot constitué par pliages et collages. - Fermeuse de caisses Fermeture des rabats, collage. - Palettiseur Robot ou machine dédiés pour charger la palette soit de caisses carton soit directement du produit (sacs, seaux, tonnelets). La cohésion du chargement est assurée par un empilement soigné, éventuellement la pose d'intercalaires ou de points de colle antiglisse. - Cercleuse/filmeuse Assure la cohésion du chargement par des feuillards, aujourd'hui quasiment tous en plastique. Le film apporte une protection contre les intempéries, les salissures, le vol. - Convoyeurs Éléments de transport entre les différents postes

MARCHÉ

La grande majorité de l'activité touche l'alimentaire (65 %) et la consommation, les autres industries ne représentent que 15 %. Si l'emballage primaire est très sensible aux modes, les secondaire et tertiaire le sont moins, et le secteur des machines encore moins. Il y aurait donc plutôt stagnation de l'activité, d'autant plus que la concurrence chinoise pourrait se manifester. Consolation : lors de délocalisations, les utilisateurs de machines d'emballage restent plutôt fidèles à leurs fournisseurs.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0883

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

DU 26/03 AU 24/04

DU 26/03 AU 24/04

MARS Salons Tissue World Salon international consacré à l'industrie du papier et ses dérivés, avec congrès. - Du 26 au 29 mars à Nice (France)[…]

01/03/2007 | Agenda
TX60 L de Stäubli

TX60 L de Stäubli

CHOISISSEZ VOTRE FOURNISSEUR (VOIR PDF)

CHOISISSEZ VOTRE FOURNISSEUR (VOIR PDF)

Ils servent à tout !

Ils servent à tout !

Plus d'articles