Nous suivre Industrie Techno

abonné

Focus

Transformation numérique : Fichet passe du coffre-fort à la cybersécurité

Alexandre Couto
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Transformation numérique : Fichet passe du coffre-fort à la cybersécurité

Spécialisé depuis presque deux siècles dans les systèmes de sécurité physiques, Fichet se tourne vers la surveillance des sites sensibles, solutions électroniques et logicielles comprises, à grand renfort de R & D.

Reconquérir des parts de marché dans un secteur qui n’échappe pas à la progression du numérique. Voilà l’objectif de la transition organisationnelle et technologique qu’a entamée le groupe Fichet, spécialisé dans les serrures pour coffres-forts et les systèmes de sécurité.

Confrontée à la lente érosion de ses marchés de prédilection – le commerce, la banque et le tertiaire – affectés par la digitalisation de l’économie, cette ETI de 850 salariés, fondée en 1825, a opéré, fin 2018, un repositionnement stratégique sur les dispositifs physiques, électroniques et numériques dédiés à la protection des opérateurs d’importance vitale (OIV).

Cette décision s’est effectuée à l’occasion du rachat du groupe Fichet, jusqu’alors propriété du suédois Gunnebo, par le fonds d’investissement OpenGate Capital. Les OIV désignent des entreprises et institutions diverses, civiles et militaires côté public, financières et industrielles côté privé, avec en particulier des sites Seveso. Un marché en progression de 10 % par an, selon Fichet.

Muscler la R&D

« Tous les aspects de la sécurité doivent être pris en compte, des matériaux utilisés pour renforcer les équipements à la cyberprotection des appareils électroniques », pointe Xavier Lechler, le directeur stratégie et innovation du groupe. Pour relever ce défi, Fichet va muscler sa R & D dans de nombreux domaines, poursuivant un mouvement lancé en 2015, lorsqu’il avait entrepris de se tourner vers le domaine du haut risque, avec la progression de la menace terroriste.

L’entreprise, dont les sites de production sont situés à Baldenheim (Bas-Rhin) et Bazancourt (Marne), va augmenter la part de son chiffre d’affaires (128 millions d’euros en 2019) consacré à la recherche de 2,5 % en 2019 à 4 % cette année. L’essentiel de ce budget ira au site de Baldenheim, qui concentre une grande partie de l’innovation du groupe. « Sur place, une équipe de 30 personnes est dédiée à l’amélioration et au développement de nouveaux produits. Nous allons prochainement l’agrandir », affirme Xavier Lechler.

Principal objectif : renforcer les compétences du groupe en matière de systèmes électroniques et de cyberprotection. Pour[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1030

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2020 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Que sait-on de la cyberattaque au ransomware du géant français Sopra Steria ?

Que sait-on de la cyberattaque au ransomware du géant français Sopra Steria ?

Depuis quelques jours, Sopra Steria, sixième ESN de France et membre fondateur du futur Campus cyber, est victime d’une attaque au[…]

26/10/2020 | CybersécuritéBig Data
Wallix renforce sa présence en région et s’attaque à la cybersécurité industrielle et à l'IoT

Wallix renforce sa présence en région et s’attaque à la cybersécurité industrielle et à l'IoT

« A La Défense, le Campus cyber accueillera 60 sociétés dès septembre 2021 », annonce Michel Van Den Berghe

« A La Défense, le Campus cyber accueillera 60 sociétés dès septembre 2021 », annonce Michel Van Den Berghe

Rapport Kapersky sur les cyberattaques industrielles : moins nombreuses mais plus sophistiquées

Exclusif

Rapport Kapersky sur les cyberattaques industrielles : moins nombreuses mais plus sophistiquées

Plus d'articles