Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Tour de France des biotechs : avant le film, le debrief

Tour de France des biotechs : avant le film, le debrief

Deux élèves de Sup'Biotech ont silloné la France cet été à vélo à la rencontre de 27 biotechs.

© DR

Un écosystème très connecté, d’entreprises de petite à grande taille, menées par des dirigeants passionnés et dynamiques… Voilà ce que Joaquim Eeckhout, étudiant à Sup’Biotech qui a réalisé cet été avec l'un de ses condisciples un Tour de France dans onze villes de l'Hexagone retire de son enquête. L’un des deux participants de ce Tour de France assez unique dans onze villes de l'Hexagone, nous donne son point de vue sur cette industrie émergente, à une semaine de la première du film que les deux aventuriers des biotechs ont tiré de leur expérience.

Industrie & Technologies : Comment Sup’Biotech vous a aidé dans l'organisation de ce Tour de France ?

Joachim Eeckhout : Sup’Biotech nous a offert son soutien sur la communication autour du projet, mais aussi dès le début au niveau de l’organisation : nous avons pu bénéficier du carnet de contacts de la directrice de l’école, pour contacter certains pôles de compétitivité en pointe sur les biotechs. On peut dire que notre école a été séduite et nous a encouragés à poursuivre cette initiative personnelle. Mais pour ce qui est du financement, il vient pour l’essentiel des entreprises que nous avons visitées, et aussi pour une plus petite partie d’argent public, grâce à la plate-forme de financement collaboratif mise en place via notre site LaBiotech.fr.


I&T : Qu’est-ce qui vous a le plus marqué côté entreprises dans ce voyage ?

JE : Avant tout les personnes que nous avons rencontrées. Elles sont toutes extrêmement fières des technologies qu’elles développent, et passionnées par le secteur dans lequel elles travaillent. Il y a aussi eu des surprises dans les laboratoires : nous avons vu que, dès que la biotech atteint une certaine taille, elle fait appel à des automates, pour dégager les techniciens des tâches répétitives, ou répondre à des carnets de commande extrêmement serrés.


I&T : Suite à votre Tour de France, quelles grandes tendances voyez-vous dans la filière française des biotechnologies ?

JE : Je n’ai pas d’éléments de comparaison avec l’étranger, mais je pense que les biotechs françaises ressemblent à celles d’autres pays. D’après ce que l’on a vu, environ huit biotechs sur dix se consacrent au biomédical, le reste ciblant l’environnement, l’agro-alimentaire et la cosmétique. On rencontre aussi toutes les tailles d’entreprises, de 4 à 2 000 salariés pour la plus grande visitée, le Laboratoire français du fractionnement et des biotechnologies. Enfin, le marché des biotechs est un écosystème très connecté, où tout le monde se connait et collabore les uns avec les autres. Les grands font vivre les petits, qui ont de fait souvent un statut de prestataire de services : on peut citer par exemple Aldevron, qui fabrique des anticorps pour des grands groupes pharmaceutiques ou Innate Pharma, à Marseille, qui fonctionne en partenariat avec les grands groupes pour développer leurs médicaments. Il y a quand même quelques exceptions à ce modèle.


I&T : Quelles sont à votre avis les forces des biotechs françaises ?

JE : Je dirais de belles innovations et de bons scientifiques. Contrairement à ce que l’on entend souvent, nous avons aussi d’excellents commerciaux dans le domaine des biotechs, soit des anciens de l’industrie pharmaceutique ou des ''serials entrepreneurs'', qui savent mener une entreprise innovante vers le succès. Nous avons également pu constater que la France est en train de s’organiser pour compenser la panne d’innovation qui touche les groupes pharmaceutiques. Plusieurs campus que nous avons visités (Luminy à Marseille, Toulouse White Biotechnology) mutualisent les moyens et rapprochent laboratoires académiques et entreprises. C’est une organisation idéale pour accompagner une biotech, depuis sa naissance à la création d’une TPE ou PME.


I&T : La projection de votre film a lieu la semaine prochaine… Et pour la suite ?

JE : Le film sera visible et totalement gratuit sur le site web. Nous voulons ensuite le traduire en différentes langues, anglais, allemand et espagnol. L’idée est qu’il soit partagé au maximum sur la toile. Si des investisseurs étrangers avec un projet de s’installer en France pouvaient le voir, nous serions ravis. Nous conserverons en parallèle notre site de veille technologique gratuit LaBiotech.fr, car il répond à un véritable besoin d’information des étudiants et des professionnels. Pour ma part, je vais suivre une année d’études en management de la technologie et de l’innovation, et je rechercherai ensuite un emploi de responsable développement au sein d’une biotech. Le Tour de France de LaBiotech est une première, mais il pourrait se reproduire dans un autre pays, au hasard… les Etats-Unis où se trouve Philip en ce moment !

Propos recueillis par Ludovic Fery

NB : Pour assister à la projection du film, rendez-vous le 25 septembre à 18h à l'Ecole des Mines ParisTech,
60 boulevard Saint-Michel,
Paris
Inscription sur : http://labiotech.eventbrite.fr
Contact : contact@labiotech.fr

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trophée de l’ingénieur manager : Fabien Guillemot, imprimeur de tissus vivants

Trophée de l’ingénieur manager : Fabien Guillemot, imprimeur de tissus vivants

Fabien Guillemot, fondateur de Poietis, a reçu le Trophée de l’ingénieur manager lors de la 15ème édition de[…]

07/12/2018 | SantéImpression
Ecoles d’ingénieurs, Perlan II, œil bionique… les meilleures innovations de la semaine

Ecoles d’ingénieurs, Perlan II, œil bionique… les meilleures innovations de la semaine

Des cartilages imprimés en 3D !

Des cartilages imprimés en 3D !

Des nanorobots hybrides pour décontaminer le sang

Fil d'Intelligence Technologique

Des nanorobots hybrides pour décontaminer le sang

Plus d'articles