Nous suivre Industrie Techno

Toulouse White Biotechnology (TWB) étoffe ses technologies

Toulouse White Biotechnology (TWB) étoffe ses technologies

De gauche à droite : Silas Villas-Boas, co-fondateur de Green Spot Technologies, Olivier Rolland Directeur exécutif TWB et Nina Granucci, co-fondatrice de Green Spot Technologies.

© TWB

Le démonstrateur pré-industriel TWB (ToulouseWhite Biotechnology) accélère ses projets de R&D en accueillant dans son écosystème de nouvelles start-up.

Arrivé début 2019, à la tête de TWB (Toulouse White biotechnology), Olivier Rolland affiche de grandes ambitions pour son centre de recherche. « Nous souhaitons devenir le leader des biotechnologies en Europe », avance-t-il d’emblée. Associant un démonstrateur pré-industriel et un incubateur, la structure placée sous la triple tutelle de l’Inra, de l’Insa et du Cnrs, a récemment accueilli deux nouvelles start-up actives dans le domaine des biotechnologies, ce qui porte à 6 le nombre d'entreprises accompagnées dans ses locaux.

Accélérer l'industrialisation

Créée initialement en Nouvelle-Zélande par deux chercheurs brésiliens, Ninna Granucci et Silas Villas-Boas, Green Spot Technologies a fait le choix de se rapprocher des équipes et des moyens technologiques de TWB pour industrialiser un nouveau procédé de fermentation, qui permet de valoriser les déchets de fruits et légumes non utilisés par l’industrie agro-alimentaire en produits à haute valeur ajoutée, en les transformant en farines particulièrement riches en fibres et en protéines. La société, qui a déjà réalisé des premiers tests sur des lots d'une centaine de kilos et sur plusieurs types de fruits et légumes, cherche à lever des fonds pour accompagner le développement d'un pilote pré-industriel. De son côté, iMean conjugue biologie et intelligence artificielle. La société développe des outils de modélisation et des algorithmes à destination des sociétés de biotechnologies et de la recherche académique. L'objectif est d'accélérer l'évaluation du potentiel des matières premières et l'identification des meilleures voies technologiques de transformation, grâce à des analyses de modèles. Ses prestations incluent l'optimisation de bio-procédés, le design en biologie de synthèse pour la microbiologie industrielle et la sélection virtuelle de plantes d’intérêt agronomique.

Une pépinière de projets

Depuis sa création, TWB a contribué au lancement de plus d'une centaine de projets collaboratifs de recherche. 60 projets sont actuellement en cours, dont 40 nouveaux projets signés en 2018, dont 65% de contrats industriels, qui ont généré un chiffre d'affaires de 8,3 millions d'euros en 2018, en progression de 40% par rapport à 2017. Fin 2020, TWB qui emploie actuellement 90 personnes dont 80 ingénieurs, chercheurs et techniciens, devrait déménager dans de nouveaux locaux, au sein d'un nouveau complexe de 15.000 m2, entièrement dédié aux biotechnologies, sur le campus de l'Insa de Toulouse. Le site permettra de regrouper le LISBP et le Critt Bio-industrie, en lien avec la formation et d'offrir au centre de recherche pas moins de 3 000 m2, soit près du double des surfaces dont il dispose à l'heure actuelle.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trois propositions pour dynamiser la Health Tech française

Trois propositions pour dynamiser la Health Tech française

BCG, Bio-Up, Bpifrance et France Biotech ont publié le 13 avril un rapport sur la Health Tech française. Pointant un retard[…]

14/04/2021 | Médical
A Paris, l’Institut Curie veut incuber les futurs champions des biotechnologies

A Paris, l’Institut Curie veut incuber les futurs champions des biotechnologies

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Plus d'articles