Nous suivre Industrie Techno

Total fait s'affronter des robots pétroliers

Total fait s'affronter des robots pétroliers

Le robot français Vikings

Total mise sur l'Open Innovation pour trouver un robot autonome adapté aux besoins et à l'environnement souvent complexes de ses installations. Cinq équipes s'affrontent depuis lundi à Lacq pour présenter leur solution. Verdict final au printemps 2017.

Pour relever les défis de l’exploration et de la production d’hydrocarbures en conditions difficiles, Total compte sur l’appui des robots de dernière génération. Le groupe français a lancé fin 2013 le Challenge Argos (Autonomous Robot for Gas and Oil Sites : des équipes internationales s’affrontent pour mettre au point le premier robot de surface autonome adapté aux environnements spécifiques de l’Oil & Gas, et conformes à la norme Atex/IECEx dédiée aux atmospheres explosibles).

Lors de la première compétition en juin 2015, cinq équipes originaires d’Autriche/Allemagne, d’Espagne/Portugal, de France, de Suisse et du Japon ont été retenues sur les trente équipes du début. Et sur les cinq équipes, celle arrivée en tête présentait le robot Vikings, de l’équipe française de l’Irseem, Institut de recherche de l’école d’ingénieurs rouennaise ESIGELEC, associée à la PME Sominex. Lors de cette première manche, le robot devait être capable de réaliser des missions d’inspection automatique, sans être téléopéré, en conditions réelles. Le script, fourni 2 heures avant le test, imposait le passage du robot par des points de contrôle depuis lesquels il devait vérifier l’état de capteurs de pression  (des manomètres à aiguilles) et la position de vannes. Des obstacles imprévus ont été ajoutés et le robot devait aussi être capable de franchir un obstacle de 20 cm, afin de pouvoir monter et descendre automatiquement de la plate-forme.

La deuxième manche de la compétition a débuté ce lundi 4 avril. Les cinq équipes restantes s’affrontent sur le site de Lacq (Sud-Ouest de la France) dans une ancienne unité de déshydratation de gaz dans des conditions proches de celles rencontrées sur les installations de Total. Sur leurs parcours, les robots sont confrontés à des obstacles (sols glissants, humides...) et des anomalies : il doit être en mesure d’identifier des bruits anormaux tels qu’une fuite de gaz ou un phénomène de cavitation dans les tuyaux. Il doit alors aller vérifier la présence d’obstacles inconnus ou encore la présence d’extincteurs. Pour faire tout cela sur les niveaux supérieurs de la structure, il devra pouvoir monter et descendre des escaliers.

La troisième et dernière manche se déroulera en février 2017. L’Agence nationale de la recherche (ANR) a été mandatée pour lancer  l’appel à projets en décembre 2013. Total attribue quant à lui une enveloppe pouvant atteindre 600 000 euros à chaque équipe. Une dotation de 500 000 euros sera remise au vainqueur.

Découvrez les cinq robots en compétition (cliquer dessus pour agrandir) :

Le robot Viking piloté par le consortium français IRSEEM, Sominex :

 

Le robot Lio piloté par le consortium suisse constitué de l’EPF de Zurich, Alstom, Inspection Robotics :

 

Le robot Foxiris piloté par le consortium espagnol et portugais formé de GMV, idMind, UPM-CAR :

 

Le robot Argonauts piloté par le consortium autrichien et allemand auquel prennent part Taurob GmbH, l’Université Technique de Vienne, l’Université Technique de Darmstadt :

 

Le robot japonais Air-K conçu par BestTechnology, Mobile Robot Research, FujiSoft, l’Université de Tohoku, l’Institut technologique de Shibaura :

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Nvidia ouvre un laboratoire de recherche en robotique

Lu sur le web

Nvidia ouvre un laboratoire de recherche en robotique

Nvidia vient d'ouvrir un laboratoire de robotique en Californie pour développer les capacités cognitives des robots collaboratifs.[…]

Des chercheurs américains font avancer les procédés d’impression par photopolymérisation

Des chercheurs américains font avancer les procédés d’impression par photopolymérisation

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Le Naviator, un drone mi-oiseau mi-poisson

Le Naviator, un drone mi-oiseau mi-poisson

Plus d'articles