Nous suivre Industrie Techno

Tiré par l’hydrogène et l’éolien offshore, le marché des composites se prépare à rebondir selon le JEC

Tiré par l’hydrogène et l’éolien offshore, le marché des composites se prépare à rebondir selon le JEC

La production de réservoirs à hydrogène en composites devrait favoriser la reprise du marché selon JEC.

© Pascal Guittet

Après un plongeon vertigineux en 2020, le secteur des composites devrait renouer avec la croissance à partir de cette année, selon le dernier baromètre JEC Observer. Pour cela, il devrait profiter de l’accélération dans des débouchés prometteurs : l’hydrogène et l’éolien en mer.

 

Fortement impacté par la crise sanitaire, le marché des composites se prépare à rebondir rapidement. C’est ce qui ressort de la dernière étude annuelle du groupe JEC Composites (JEC Observer) qui a été présentée le 20 avril. « 2020 a été, comme pour beaucoup de secteur, une année difficile. », explique Franck Glowacz, expert technique pour JEC « Beaucoup de débouchés clés pour les composites, comme l’automobile ou l’aéronautique, ont connu un net recul ».

Le marché mondial des composites s’est en effet contracté, en volume, de -14% en 2020.  Il est passé de 11,7 millions de tonnes en 2019, à 10 millions de tonnes. Un coup rude pour le secteur qui était jusqu’à présent en croissance continue avec une progression des volumes de 4% par an en moyenne entre 2010 et 2019. En valeur, le marché s’établit en 2020 à 78 milliards de dollars, tiré principalement par l’Asie.« Même si l’Asie représente le plus gros des volumes dans le domaine des composites, les Etats-Unis et l’Europe regroupent les applications avec le plus de valeur ajoutée » pointe Julien Deleuze, Vice-président du cabinet d’analyse Estin & Co. La chute de production des composites enregistrée en 2020 est plus marquée en Europe et aux Etats-Unis.

Une progression de 5 à 6 % en Europe

Le JEC anticipe cependant un net rebond du marché et 2021 devrait annoncer un retour à de meilleurs auspices. A partir de cette année et jusqu’en 2025, le marché devrait progresser entre 2 et 9 % par an selon les régions du monde. L’Europe est bien positionnée : sa croissance est estimée entre 5 et 6 % par an entre 2021 et 2025, portée par l’émergence de nouvelles opportunités sur les marchés de l’hydrogène et de l’éolien offshore. La progression des technologies de recyclage devrait également favoriser le déploiement des composites dans de nouveaux débouchés. « Ces tendances étaient déjà présentes sur le marché des composites. La crise n’a fait que les accélérer », souligne Julien Deleuze. Seule ombre au tableau : le secteur aéronautique, dont la reprise n’est pas attendue à court terme.

L’hydrogène et l’éolien offshore en fer de lance

L’hydrogène est particulièrement prometteur pour la filière des composites. « Jusqu’en 2030, le nombre de véhicules à hydrogène produits devrait progresser de 38% par an », met en avant Julien Deleuze. Une croissance intéressante car les véhicules hydrogène utilise un nombre de plus en plus important de pièces en composites.  Ces matériaux très légers et résistants sont en effet privilégiés pour la conception des réservoirs haute pression, de certaines parties de la pile à combustible, ainsi que l’habillage des batteries. Dans des modèles comme la Honda Clarity, la Toyota Mirai ou la Hyundai Nexo, les composites représentent environ 12 % du poids du véhicule.

Le secteur de l’éolien est également jugé très dynamique par JEC, notamment en ce qui concerne les parcs offshore. « Les composites sont pertinents pour les installations en mer, car les éoliennes sont généralement plus grandes et bénéficient ainsi davantage de la résistance et de la légèreté de ces matériaux », souligne Philip Cole, directeur des partenariats chez WindEurope. La part du offshore dans les installations mondiales d’éoliennes devrait progresser de 11 points entre 2020 et 2024, passant ainsi de 8%  à 20 %.

Le recyclage à améliorer

Enfin, les progrès à venir sur le recyclage des composites, que ce soit grâce à des procédés mécaniques, thermiques ou chimiques, devraient permettre d’améliorer l’empreinte environnementale de ces matériaux et ainsi favoriser leur adoption dans l’industrie. « En prenant en compte l’ensemble de leur cycle de vie, les composites ont un impact environnemental plus faible que d’autres matériaux. » explique Julien Deleuze, « Le seul point noir se situe au niveau de la recyclabilité des pièces ». En 2020, le taux de recyclage était particulièrement faible : entre 1 et 2 % des pièces en composite en fin de vie ont été valorisées dans le monde. Mais ce chiffre qui pourrait rapidement progresser avec l’arrivée à maturité de certains procédés de recyclage et l’essor des composites à matrice thermoplastiques.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une synthèse rapide et douce de ces amides au cœur des polymères et médicaments

Fil d'Intelligence Technologique

Une synthèse rapide et douce de ces amides au cœur des polymères et médicaments

Des scientifiques de l'Université de Zhengzhou, en Chine, ont mis au point une méthode de synthèse rapide d'amides, sans[…]

20/10/2021 |
Recyclage des batteries : ruée vers l’hydrométallurgie

Recyclage des batteries : ruée vers l’hydrométallurgie

Plastiques : Carbios inaugure son démonstrateur industriel de recyclage enzymatique

Plastiques : Carbios inaugure son démonstrateur industriel de recyclage enzymatique

Electrode en silicium pur et électrolyte solide : une nouvelle architecture de batterie Li-ion

Fil d'Intelligence Technologique

Electrode en silicium pur et électrolyte solide : une nouvelle architecture de batterie Li-ion

Plus d'articles