Nous suivre Industrie Techno

ThrustMe valide en vol le premier moteur ionique à iode et fait un pas de plus vers les constellations

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

ThrustMe valide en vol le premier moteur ionique à iode et fait un pas de plus vers les constellations

Utilisant de l'iode comme carburant, le moteur de ThrustMe a permis au nanosatellite de SpaceTy de changer d'orbite. D'autres mises à feu suivront selon un planning qui dépendra de l'opérateur du satellite.

© ThrustMe

ThrustMe a réalisé avec succès deux tests en orbite basse de son moteur ionique NPT30-I2-1U qui utilise de l'iode comme carburant. Une première pour une technologie qui a de quoi séduire dans l'univers des constellations de satellites : faible coût et simplicité de mise en oeuvre. La start-up parisienne affirme avoir déjà de nombreux contrats commerciaux.

Avec deux mises à feu en orbite de 90 minutes, le nanosatellite Beihangkongshi-1 s'est élevé de 700 mètres. Réalisés fin décembre et début janvier, ces deux tests démontrent le fonctionnement des technologies développées par ThrustMe pour alimenter son moteur ionique NPT30-I2-1U avec de l'iode.

La start-up parisienne l'a annoncé le 18 janvier dans un communiqué. « Les premières mises à feu en orbite sont une étape cruciale dans le développement d'un moteur », souligne Ane Aanesland, directrice générale de la start-up.

Lancé le 6 novembre 2020, le satellite du chinois Spacety devra encore effectuer une trentaine de mises à feu similaires pour atteindre son orbite finale 20 kilomètres plus haut.

Nombreux contrats et prospects

Ces premiers tests ont de quoi conforter ThrustMe et lui ouvrir des perspectives pour la suite. Au delà d'une mission scientifique pour laquelle son moteur a été choisi et deux missions pour des agences spatiales, l'entreprise indique avoir de nombreux contrats et prospects commerciaux sur lesquels elle ne souhaite toutefois pas communiquer. Mme Aanesland précise que ThrustMe a les capacités de production pour honorer ses commandes cette année : « L'année prochaine, il faudra peut-être penser à un endroit plus grand. »

Très concurrentiel, le secteur des moteurs ioniques miniatures fourmille d'acteurs qui développent des technologies différentes. Le principe général : des ions sont créés, à partir d'un carburant et d'électricité, et éjectés pour générer une poussée. De quoi atteindre les orbites voulues, opérer les satellites et les désorbiter en fin de vie. Autant de fonctions nécessaires aux constellations qui se multiplient.

L'iode : « Une vraie rupture »

Alors que ses concurrents utilisent généralement du xénon comme carburant, ThrustMe se distingue par l'usage de l'iode. « C'est une vraie rupture, assure Mme Aanesland. L'industrie spatiale y travaille depuis plus de quinze ans. » Et pour cause : l'iode est moins cher à produire et à utiliser, ajoute-t-elle : « Il divise par quarante les coûts de mise en œuvre du moteur. Cela fait une grosse différence pour les constellations. »

Alors que le xénon est utilisé sous forme de gaz sous pression, l'iode est solide. Résultat : le moteur est livré avec le plein et le client l’intègre seul, poursuit-elle : « C'est le premier moteur clé en main. » Pour cela, il a fallu développer les moyens de sublimer l'iode et de gérer le flux de gaz.

Au delà de l'orbite basse, ThrustMe travaille sur une version de son moteur pour l'orbite géostationnaire, là où les radiations plus intenses nécessitent de revoir, tester et qualifier toute l'électronique. Une procédure lourde que la start-up espère bien simplifier.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Spatial : coup d’accélérateur pour ISAR Aerospace et son petit lanceur européen

Spatial : coup d’accélérateur pour ISAR Aerospace et son petit lanceur européen

La société ISAR Aerospace a remporté le 30 avril la première place d’un concours organisé par les agences[…]

03/05/2021 | Satellite
Avec la mise en orbite de Pléiades Neo 3, Airbus arrive sur le marché de l’imagerie spatiale haute résolution

Avec la mise en orbite de Pléiades Neo 3, Airbus arrive sur le marché de l’imagerie spatiale haute résolution

« Les industriels des méga-constellations doivent prendre en compte des contraintes liées à l'astronomie », déclare Eric Lagadec, président de la SF2A

« Les industriels des méga-constellations doivent prendre en compte des contraintes liées à l'astronomie », déclare Eric Lagadec, président de la SF2A

« Notre ambition est d’aller chercher des projets deeptechs le plus en amont possible », déclare Christelle Astorg-Lépine, directrice de BLAST

« Notre ambition est d’aller chercher des projets deeptechs le plus en amont possible », déclare Christelle Astorg-Lépine, directrice de BLAST

Plus d'articles