Nous suivre Industrie Techno

The Machine, le futur de l'architecture informatique selon HP

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

The Machine, le futur de l'architecture informatique selon HP

© HP

Big data ? Cloud computing ? Des technologies bientôt obsolètes pour HP. Le groupe informatique a développé un type d'architecture informatique basé sur des technologies novatrices et pense tenir ainsi la clé d'une révolution. Son nom ? The Machine.

HP a vu le futur de l'informatique et il s'appelle "The Machine". Derrière ce nom obscur se cache une architecture pensée pour gérer les flux de données immenses qui existeront dans un futur proche. HP est persuadé que les modèles de gestion de données actuels, type Big data, ne seront plus viables à l'avenir, lorsque les données concernées auront atteint des tailles tellement grandes qu'elles ne pourront plus être regroupées en un seul endroit.

La solution ne sera alors plus de regrouper toutes les données dans le cloud, mais simplement d'interconnecter chaque source locale via le cloud et d'y indexer les données, obtenant ainsi un résultat équivalent, mais moins cher et plus efficace. Au cœur de cette architecture se trouve un datacenter du futur qui n'en est pas vraiment un. Sa structure atypique le rend difficile à décrire, et faute de lui avoir trouvé un nom commercial, c'est son nom de code que les ingénieurs de HP ont finalement gardé : The Machine.

UNE ARCHITECTURE ATYPIQUE

The Machine utilise des clusters de cœurs dédiés à des tâches spécifiques au lieu d'avoir quelques cœurs "à tout faire". Il emploie de plus des liens photoniques au lieu des connexions en cuivre traditionnelles, gagnant ainsi en débit et en économie d'énergie. Enfin, il est équipé de memristors (memory resistors), qui lui confèrent une mémoire unifiée, aussi rapide que de la RAM, mais capable de stocker des données de manière permanente, comme un disque dur. Ces technologies brevetées ont toutes été développées en interne au sein des HP Labs.

La combinaison de ces technologies produit un ordinateur capable de gérer des quantités de données bien plus importantes qu'un serveur classique, tout en consommant moins d'énergie. HP parle de performances six fois supérieures pour une consommation électrique 80 fois moins élevée. Toujours selon son concepteur, The Machine pourrait gérer 160 petaoctets de données en 250 nanosecondes. Et l'utilisation de technologies photoniques signifie également une plus grande flexibilité en matière de taille, qui va de réseaux immenses dépassant les capacités des super-ordinateurs actuels à de simples ordinateurs portables ou même des smartphones.

Pour accompagner ce hardware qui se veut révolutionnaire, HP développe son propre système d'exploitation. Une version modifiée d'Android, qui pourrait servir à une adaptation mobile, est également en projet. La technologie est encore en développement et HP ne compte pas lancer d'équipements basés sur The Machine avant 2018, mais sa confiance en son produit semble inébranlable, notamment en ce qui concerne son utilisation au cœur de l'Internet des objets, pour lequel elle est particulièrement bien adaptée.

Ci-dessous, une vidéo de présentation du concept :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L'open source séduit toujours plus les entreprises françaises et s'impose pour l'IA et la blockchain

L'open source séduit toujours plus les entreprises françaises et s'impose pour l'IA et la blockchain

Alors que vient de s'ouvrir l'Open Source Summit (OSS), qui se tient les 10 et 11 décembre aux Docks Pullman (Paris), Syntec[…]

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Plus d'articles