Nous suivre Industrie Techno

Thassalia pompe les calories marines

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

Thassalia pompe les calories marines

Sur le port de Marseille, pompes, groupes froids et thermo-frigo-pompes alimentent simultanément un réseau de chaud et de froid. La centrale thermo-frigorifique de Thassalia assure l’échange de calories entre des circuits d’eau de mer et d’eau douce avant d’alimenter certains bâtiments du quartier d’Euroméditerranée.

Que se passe-t-il à l’intérieur de l’énorme bloc de béton posé sur le port de Marseille ? La première centrale thermo-frigorifique phocéenne fait du chaud et du froid à partir de l’eau de mer. Mais pour Patrick Berardi, directeur de Thassalia, une filiale d’Engie et Cofely, « le plus difficile a été de faire passer les tuyaux à 7 mètres sous terre dans la ville ». Pour l’instant, 2 kilomètres de réseau cheminent de Thassalia vers les Docks, le Calypso, l’Hermione et le Golden Tulip qui bordent le port. Deux tuyaux d’eau chaude à 60°C et deux tuyaux d’eau froide à 5°C sont alimentés par huit pompes qui font circuler de l’eau douce dans ce circuit fermé où les débits peuvent atteindre 2 280 m3/h pour le froid et 1 050 m3/h pour le chaud. Lors du passage dans la centrale, eau douce et eau salée échangent des calories sans jamais se mélanger.

Thermo-frigo-pompe, groupe froid et chaudière à gaz

Dimensionné pour un débit maximum de 3 600 m3/h, le circuit d’eau de mer débute à 7 mètres de profondeur où elle est puisée par six pompes en parallèle installées dans la centrale. « Aujourd’hui, on fonctionne autour de 600 m3/h avec une seule pompe. Mais cet été on aura sûrement besoin de plus », confie Patrick Berardi. Filtrée trois fois pour la débarrasser de ses particules jusqu’à 0,5 mm de diamètre, l’eau du port de Marseille échange des calories avec de l’eau douce dans des échangeurs à plaques. « Pour des raisons techniques, l’eau de mer ne va pas dans les thermo-frigo-pompes », ces dispositifs qui prélèvent des calories à l’eau froide et en donnent à l’eau chaude. L’eau froide qui en sort est plus froide, l’eau chaude est plus chaude. L’eau de mer alimente aussi des groupes froids qui ne produisent que du froid. Enfin, des chaudières au gaz complètent l’installation pour palier d’éventuelles insuffisances.

L’eau de mer ne circule pas dans le réseau qui chemine en ville. Elle est puisée dans le port, chemine dans Thassalia, et finit sa course là d’où elle vient. « En moyenne, l’eau est à 14°C l’hiver et 22°C l’été », précise Patrick Berardi. Pour des raisons environnementales, sa température de rejet ne peut excéder 30°C et la différence de température avec l’eau prélevée ne peut dépasser 5°C. Un suivi biologique est effectué régulièrement.

70% d’énergie renouvelable

Si elle est capable de livrer 19MW froid et 19MW chaud, la centrale n’est pas autosuffisante en énergie. Pour 100% d’énergie livrée en chaud ou en froid, elle consomme en énergie primaire 25% d’électricité et 5% de gaz. 70% de l’énergie livrée en ville vient donc de la mer.

Le projet de 35 millions d’euros a été financé principalement par des fonds privés. 7 millions d’euros proviennent de l’ADEME, du Fonds européen de développement régional (FEDER), de la région, du département, de la ville et de la métropole. Lancés en 2014, les travaux se sont terminés en 2016 et la centrale a été inaugurée le 17 octobre de la même année. Une nouvelle thermo-frigo-pompe deux fois plus puissante sera installée d’ici 2019 et le réseau prolongé pour atteindre 3 kilomètres. Cela permettra de chauffer et climatiser 500 000 m2 de bureaux et logements dont les tours Constructa, le Floreal, le Castel, le Parc Habité d’Arenc et le Mirabeau2 d’ici 2022.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dans les Alpes-Maritimes, des camions bennes carburent aux plastiques

Dans les Alpes-Maritimes, des camions bennes carburent aux plastiques

Le département des Alpes-Maritimes a inauguré le 17 juillet deux camions bennes qui circuleront avec du carburant produit à[…]

Classement des écoles d’ingénieurs, hydrogène, France Industrie, le best-of de la semaine

Classement des écoles d’ingénieurs, hydrogène, France Industrie, le best-of de la semaine

[Avis d'experts] Nouveaux gaz : l'avenir de la transition énergétique

[Avis d'experts] Nouveaux gaz : l'avenir de la transition énergétique

Décryptage de la nouvelle éolienne offshore de 14 MW annoncée par Siemens Gamesa

Décryptage de la nouvelle éolienne offshore de 14 MW annoncée par Siemens Gamesa

Plus d'articles