Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Thales dévoile le drone de surveillance Spy’Ranger

Thales dévoile le drone de surveillance Spy’Ranger

© thales

Thales a présenté le 18 novembre au salon Milipol 2015 un drone de surveillance et de reconnaissance. Le drone s’appuie à la fois sur des technologies déjà éprouvées et des innovations techniques.

Spy Ranger a été spécialement conçu par Thales pour des missions de sécurité et de défense. Le drone de 15 kilogrammes pour 3,70 mètres d’envergure est doté d’une propulsion électrique (batteries lithium-ion) et offre une autonomie de 3 heures. Il est conçu pour voler de 150 à 400 mètres d’altitude.

Sur le drone, une boule gyrostabilisée tri-senseur contient toute la chaîne image. Elle assure la capture des données images et leur pré-traitement embarqué. Elle est équipée d’un capteur infrarouge, d’un capteur dans le domaine du visible, et d’un laser proche infrarouge "sans équivalent en termes de résolution". Pour le traitement des données elles-mêmes, dont une première étape est effectuée au niveau du drone lui-même, Thales se sert d'algorithmes déjà utilisés par exemple sur le Rafale. Les données sont transmises en haut débit jusqu’à 30 km de distance jusqu’à la station Spy’C, elle-même déjà largement éprouvée sur des terrains d’opération par l’armée française. L’ingénierie de l’avion a été effectué par Aviation Design, une PME spécialiste des composites basée en Essonne, qui compte comme références l’Onera ou Dassault Aviation. L’architecture est réalisée par moulage en carbone. Spy Ranger se démarque également par l’intégration d’une mousse absorbante et remplaçable pour son atterrissage.

Un drone en kit à construire sur le terrain

Le drone a été spécifiquement conçu pour accompagner des hommes au sol et les aider dans leur collecte d'informations d'origine image. Ainsi une personne au sol  équipée de jumelles infrarouges peut voir au sol la tâche laissée par le laser du drone. Inversement, si l’homme repère du sol une cible avec les jumelles, il est en mesure de transmettre la position de la cible au drone et de télécommander celui-ci jusqu’à la cible. Le drone a été également conçu pour être facilement transportable au sol. Il tient dans un sac, avec sa rampe de lancement. A l’équipier de réassembler les différentes parties du drone entre elles, puis de monter la rampe de lancement et le tour est joué !

Démonstration en vidéo :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles