Nous suivre Industrie Techno

La fabrique de l'innovation

Start-up ? Démarrer c'est bien, grandir c'est mieux

4 commentaires

4 commentaires

- 13/03/2015 12h:26

Bonjour, je vous invite à découvrir l'Institut du Mentorat Entrepreneurial dont l'ambition depuis 2008 est d'accompagner les entreprises de croissance dans leur développement. http://www.entreprises.cci-paris-idf.fr/web/club/institut-du-mentorat-entrepreneurial Nous sommes également partenaire de la nouvelle initiative lancée par BPI France la semaine dernière, qui vise à faire émerger les futures ETI de demain http://www.bpifrance.fr/Vivez-Bpifrance/Actualites/Accelerateur-PME-un-accompagnement-sur-mesure-pour-les-ETI-de-demain-13220 Au plaisir d'échanger avec vous sur ce sujet ;-)

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 17/03/2015 11h:51

@ l'auteur, Avant de grossir, il faut démarrer. Créer une foule de startups françaises est aussi un bon moyen de faire éclore les géants économiques français, européens et mondiaux de demain. Mais seuls quelques startupeurs de la génération 1 seront les growthupeurs de la génération 2. C'est un travers très français que de vouloir enjamber la première étape. Certes, c'est plus confortable de bosser ou d'être à la tête d'une entreprise qui grossit : salaires en hausse et moins de pâtes même si les horaires sont toujours à rallonge, mais une aventure démarre toujours par un premier pas. L'esprit d'entreprendre, c'est moins l'envie de grossir que l'envie de démarrer. Sans doute quelque chose que nous avons encore du mal à comprendre. C'est en tout cas ce que je retire de la lecture de ce très court article. Et je le regrette. M.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 18/03/2015 10h:50

En effet, c'est un véritable phénomène de mode. Il faut définitivement encourager les Startups, mais l'important c'est la vision long terme "grow up" pour reprendre vos propos. J'avais écris un petit billet sur le terme "Startup" avec un ton décalé : http://benoitcollet.com/combien-de-temps-est-on-une-startup/

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 31/03/2015 00h:41

Avant de developper une start-up il faut savoir comment et sur quels critéres on la sélectionne et on la démarre. Et si à ce stade on peut le faire avec plus de pragmatisme, il convient aussi d'en assurer un développement obtimisé. Il ne s'agit alors pas d'opposer la création pléthorique de start-up illusoires au développement de ce qui peut déjà exister. Il convient d'associer le développement à la création pertinente et optimisée, sachant qu'un vrai développement ne se réalise en général qu'avec l'accompagnement d'une activité d'innovation/amelioration/diversification intense sachant que dans le domaine des activités plus technologiques, les choses évoluent vite, et la plus grande erreur financiere que l'on peut faire, c'est de ne pas innover de maniére pertinente avec un rythme suffisant qui permet de rivaliser et /ou de dépasser les concurrents les mieux établis. Les clients dans ces domaines ne sont que rarement "fidéles" et se dirigent immédiatement vers ce qui semble plus avancé et plus intéressant ( ils peuvent souvent s'informer en temps réel de ce qui apparait de nouveau sur les marchés). Hors désolé de le dire aussi crument: Ceux qui sélectionnent les projets de start-up n'ont en général que peu de réelles compétences plus approfondies sur le sujet, et ne font que se fier aux rumeurs de la mode et aux statistiques du passé (plus ou moins obsolétes). Pas de marketing de terrain (en général uniquement du marketing theorique trop schematique), pas ou peu d'expertise de la recherche appliquée concernée, et encore bien moins quand il s'agit de prendre en compte les synergies plus subtiles et les réalités des développements en cours dans le monde. Pour les start-up on ne retient en général que les projets à l'aspect "simple et clair " qui sont dans les critéres des statistiques du passé ( comme-ci-il s'agissait d'un exercice d'école et de jeux de rôle, et comme-ci les choses évoluaient lentement). Mais ce qui est "clair et simple" d'autres ont pu également déjà y penser, oubien encore l'avoir déjà préparé de maniére plus compléte plus convaincante avec plus de moyens. Alors comment s'étonner que tant de start-up vont "dans le mûr" à peine mises en oeuvre? Où est-ce que l'on tient compte de la dynamique des évolutions plus rapide ? Quasimment jamais, et on ne fait que parier sur le succes d'un produit plus ou moins figé et réputé homologué aux seules apparences de pertinence. Alors ce qui semble relever du plus pur bon sens: c'est d'associer plus étroitement plusieurs aspects de la création et du développement des entreprises à savoir: -la R&D et l'engineering d'application - l'adaptation des nouveaux produits aux réalités des marchés en temps réel, pendant la réalisation des contrats et des commandes. (avec une interactivité plus efficace et plus rapide, entre contacts et négociations commerciales, marketing, R&D, engineering et fabrication). - Installation du projet de start-up au sein d' une société bien choisie dont on fait l'acquisition au préalable avec une procédure LMBI/LBO. Avec cela de créer les conditions de réalisation de: * Projet moins hasardeux et assurant une plus grande sécurité financiere * Mise en oeuvre plus rapide et moins chére * Contact immediat avec une clientéle réelle et concrete (et non pas virtuelle qui ne ferait que se décider à acheter bien plus tardivement ) * Produire plus rapidement des résultats * Anticiper de maniere pertinente et concrete sur les tendances des marchés. Ce qui semble alors trop compliqué et financierement moins rentable, assure alors en fait tout le contraire, en évitant beaucoup d'activités couteuses qui débouchent sur des pertes trop grandes, qui font prendre du retard technologique et commercial , sur les concurrents, l'épuisement des moyens initiaux et la perte de confiance des investisseurs.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Start-up ? Démarrer c'est bien, grandir c'est mieux

Start-up ! Le mot est sur toutes les bouches. Pas une journée sans que l'on n'entende parler d'elles. Des objets connectés au Big Data, de la cybersécurité aux drones, les start-up sont partout. L'expression, désignant à l'origine de jeunes entreprises innovantes plutôt issues du web, a même été adoptée par les grands groupes. Tout le CAC 40 tente ainsi de se réinventer en "mode start-up". Et si l'on ajoute à cela le "bruit" médiatique autour des start-up (alimenté notamment par votre serviteur ici écrivant), notre esprit sature et le mot devient vide de sens.

Cette boulimie de start-up interroge : que cache cet engouement pour les start-up ? Projette-t-on sur elles une image de l'entreprise idéale ? Ce serait évidemment se tromper gravement. Pour s'en convaincre, il suffit de discuter quelques instants avec ces entrepreneurs qui se lancent dans l'aventure. Les conditions de travail y sont spartiates. Petits salaires, horaires à rallonge et pâtes sont au menu des premiers mois voire années de lancement. Rien n'y fait. Malgré tous ses désavantages compétitifs, la start-up demeure sexy.

Ceci n'est pas sans poser question sur les envies de notre pays. Doit-on se réjouir de notre armée de start-up ou s'en inquiéter ? L'enjeu pour la France est-il de créer beaucoup d'entreprises, de lancer une foule de start-up ? Ou de faire émerger des entreprises qui comptent ? De faciliter la croissance de groupes ambitieux décidés à jouer dans la cour des grands, c'est-à-dire au niveau mondial ? En d'autres termes, démarrer (start-up) des entreprises, c'est bien mais les développer, c'est mieux. Parlons moins des start-up et plus de "grow-up" !

Thibaut De Jaegher

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles