Nous suivre Industrie Techno

Spring : 25 ans et plus dynamique que jamais

Industrie et  Technologies
Que de chemin parcouru en un quart de siècle ! Le prestataire de services en CFAO est devenu bâtisseur européen de solutions PLM, réalise un chiffre d'affaires de plus de 14 M€, est responsable de groupes de travail dans des Pôles de compétitivité et lanc


J'ai, à l'occasion de l'anniversaire des 25 ans d'existence de Spring Technologies, fait avec Gilles Battier, P-DG de l'entreprise, un point sur l'évolution de la société et ses ambitions.

Spring Technologies a été créée en 1983 par des transfuges de Computervision, emmenés par Christian Bernadac et Olivier Allais, qui souhaitaient offrir du service en développement d'applications spécifiques et en formation autour de Cadds 3, solution de CAO qui était alors vendue aux alentours du million de francs par poste de travail.

« Cela nous a amené à développer nos compétences en conception, mais aussi en production et plus récemment en gestion de données et en méthodologies de travail, ce qui nous a conduit naturellement au PLM », constate Gilles Battier. La société qui était à l'origine très axées sur les outils de Computervision, s'est ouverte au fil du temps et des demandes de ses clients aux principales offres du marché : Dassault Systèmes, PTC, SAP, Siemens PLM Software. Notons toutefois que si elle propose des services d'intégration et de formation autour de toutes ces offres, elle ne revend que les outils de PTC. Les activités de formation sont quant à elles devenue l'apanage de son entité CADécole dès 1992.

Un autre axe de développement de l'entreprise est concrétisé maintenant par son offre Atelier Numérique. « Nous avons senti depuis de nombreuses années les forts besoins des industriels dans le domaine de l'usinage, qu'il s'agisse de création ou de simulation de parcours d'outils. Cela nous a conduit à développer dès 1989 notre propre outil de simulation d'usinage, NCSimul, et à intégrer plusieurs technologies tierces, notamment autour des conditions de coupe et des couples outils/matières. A cela se sont ajoutées des compétences autour de la création et de la documentation des gammes d'usinage, ce qui nous permet maintenant d'offrir une gamme complète et intégrée de produits que nous avons baptisé Atelier Numérique ».

Développer l'international

Enfin, le troisième axe de développement de la société est l'international. « Après avoir ouvert un réseau d'agences pour couvrir l'ensemble de la France, il nous a semblé logique de nous développer à l'étranger. La première implantation a été la création en 1998 d'une filiale à Hongkong pour couvrir l'ensemble de l'Asie ». Après un mariage malheureux avec l'Allemand Cenit de 2000 à 2003, la société a retrouvé son indépendance et est repartie à l'assaut de l'international en reprenant S-CFAO en Suisse en 2005, puis en prenant une forte participation dans le distributeur allemand de FAO ECS en 2007. « Le succès de ces opérations et les demandes de nos clients pour les accompagner, vont nous conduire dès cette année à nous intéresser au marché chinois. Ainsi, Serge Vendrou, notre nouveau directeur des affaires internationales est chargé de monter un réseau de partenaires dans ce pays ».

Spring Technologies a réalisé un chiffre d'affaires de 14 millions d'euros en 2007 en France et en Suisse avec 110 personnes, alors que l'entité allemande a réalisé un chiffre d'affaires de 1 M€, le tout étant nettement profitable malgré les investissements consentis. « Nous devrions atteindre 16 M€ en France et Suisse en 2008 et 1,5 M€ en Allemagne, où nous devrions acquérir la majorité de notre partenaire en mai prochain. Il est d'ailleurs intéressant de noter le pragmatisme des industriels allemands dans le domaine de la fabrication. Alors que dans les grands groupes industriels français vous devez faire vos preuves pendant au moins deux ans si vous ne faite pas partie du trio des grands noms de la CFAO, en Allemagne on évalue et on juge votre technologie sans a priori. Et si vous êtes meilleur que la technologie en place, on vous adopte en quelques semaines. C'est ainsi que nous avons pu remplacer des outils de Dassault Systèmes, UGS ou Vericut dans des comptes comme GKN Aerospace, MTU ou Daseel en aéronautique, CF Maeir ou Novem dans l'automobile, Stryker dans le médical ou Schunk dans l'outillage. C'est aussi ce qui explique notre progression rapide sur ce marché ».

Fabriquer moins cher que l'Asie

Spring Technologies a bien compris la préoccupation majeure de la plupart des industriels occidentaux : il faut que la production soit moins chère ici que dans les pays à bas coût de main d'œuvre ou elle partira. Pour cela, il faut augmenter la capacité à faire tourner les machines-outils le plus possible. « Cela suppose le développement et la mise en place d'outils d'ordonnancement qui fonctionnent en prise directe et en temps réel avec l'atelier. Au-delà des actuels systèmes DNC, il faut pouvoir faire remonter l'information de la machine vers le système de pilotage de la production pour l'informer d'une panne, d'un bris d'outil ou d'une dérive qui auront forcément un impact sur le fonctionnement global de l'atelier. Il faut aller des outils de GPAO actuels, qui donnent une vision prévisionnelle macroscopique, à des outils qui donnent une vision microscopique qui soient capables d'alimenter en temps réel de véritables tableaux de bord d'aide à la prise de décision. On peut même aller plus loin en leur donnant la capacité de modifier en temps réel les plannings de production. Nous évaluons actuellement plusieurs technologies qui nous permettraient d'aller dans ce sens ».

Notons d'ailleurs dans le domaine de la recherche que Spring Technologies est responsable d'un groupe de travail dans le projet Usine Numérique 2 du Pôle Systematic qui traite de la réussite d'une pièce du premier coup en simulant, pour mieux les maîtriser, la déformation des outils, des porte-outils et des pièces en cours d'usinage. Belle réussite pour une PME qui se retrouve aux côtés de Dassault Aviation, Safran, Dassault Systèmes et des centres de Recherches de l'ENSAM et du CEA-LIST. Un projet avec un autre Pôle de compétitivité est aussi en cours d'élaboration dans le domaine des conditions de coupe pour le décolletage cette fois.

Et Spring Technologies ne s'arrêtera pas en si bon chemin puis qu'elle vient de lancer avec le fabricant espagnol de machines-outils Danobat le projet Covass dans le cadre européen plus généraliste Manunet. « Il s'agit cette fois d'asservir en temps réel la commande des centres de tournage et de fraisage aux conditions de coupe, pour optimiser les temps d'usinage et la qualité des surfaces obtenues ».

Belle réussite pour une PME.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : www.springplm.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 26 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles