Nous suivre Industrie Techno

Spatial - La Station Spatiale Internationale, un gâchis scientifique ?

Philippe Beaufils
En panne de financement, la Station Spatiale Internationale (ISS) a du mal à tenir ses objectifs initiaux.

Citée comme « modèle de coopération internationale », la Station Spatiale Internationale a pourtant bien du mal à tenir ses promesses et son fonctionnement pourrait même être remis en cause. 

Les chefs des agences spatiales participant au projet de la Station spatiale internationale (ISS) vont se réunir le 5 décembre à Tokyo pour évoquer les problèmes de financement de l'ISS, a indiqué le chef de l'Agence aérospatiale russe (Rosaviakosmos) Iouri Koptev.

Rosaviakosmos et l'Agence spatiale européenne (ESA) avaient exprimé à plusieurs reprises leur inquiétude sur l'avenir de la station, en raison de la diminution du financement de l'ISS par Washington. 

Ces problèmes budgétaires, qui entraînent le report de la construction du module de secours américain ont conduit à réduire l'équipage de l'ISS à trois personnes au lieu de six ou sept. Ce sous-effectif revient à réduire de 85% le temps d'exploitation scientifique de la station, fruit d'une collaboration de 16 pays, dont les Etats-Unis, la Russie, le Japon, le Canada et la France, et d'un coût qui devrait dépasser 60 milliards de dollars. 

Rosaviakosmos avait par ailleurs affirmé début octobre qu'elle n'arrivait plus à financer la construction des vaisseaux spatiaux pour maintenir en vie l'ISS. La Russie qui s'était engagée en 1998 à lancer six vaisseaux cargo Progress et deux vaisseaux Soyouz par an n'enverra que deux Progress en 2003, et peine à trouver l'argent pour construire ses vaisseaux Soyouz. L'agence Russe comptait notamment sur les rentrées d'argent procurées par un troisième touriste de l'espace.

Le directeur de la partie russe de l'ISS, Valeri Rioumine, avait même envoyé une lettre à la Nasa pour proposer de "suspendre temporairement" l'exploitation de la station. Les agences européenne (Esa) et japonaise (Nasda) ont également souligné le potentiel commercial de la station. PhB

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L'Onera lance sa plateforme PyCoFiRe pour évaluer le comportement au feu des matériaux composites des moteurs d'avion

L'Onera lance sa plateforme PyCoFiRe pour évaluer le comportement au feu des matériaux composites des moteurs d'avion

Evaluer le comportement au feu des matériaux composites qui rentrent de plus en plus dans les moteurs d’avion, voilà la mission de[…]

09/12/2021 | Composites
Drones : le nouveau hub technologique de Systematic dévoile sa feuille de route

Drones : le nouveau hub technologique de Systematic dévoile sa feuille de route

« Nous pouvons déjà réduire de 10 % les émissions de CO2 de chaque vol moyen-courrier », assure Sébastien Fabre DG de SITA for Aircraft

« Nous pouvons déjà réduire de 10 % les émissions de CO2 de chaque vol moyen-courrier », assure Sébastien Fabre DG de SITA for Aircraft

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Plus d'articles