Nous suivre Industrie Techno

SpaceClaim : futur géant de la CAO-Mécanique 3D ?

Industrie et  Technologies

Sujets relatifs :

, ,
La start-up lance un logiciel 3D novateur qu'elle promet être utilisable par tous. A surveiller quand on sait que ses fondateurs ont été à l'origine de PTC puis de SolidWorks.


L'explosion de l'utilisation de la 3D dans l'entreprise étendue est maintenant patente. Par contre, elle reste encore, hors les applications de visualisation, trop souvent limitée aux seuls spécialistes capables de manipuler des outils de CAO. Il semble donc qu'il y ait un marché potentiel pour des outils plus simples d'emploi pouvant être diffusés auprès de tous les acteurs contribuant au développement d'un nouveau produit : du concepteur au prestataire extérieur en passant par les "non-techniciens".

« Actuellement seule une petite partie de la chaîne des acteurs intervenant dans le développement d'un nouveau produit tire réellement partie de la 3D, ce sont les concepteurs capables d'utiliser les logiciels de CAO après une formation lourde. Les autres acteurs doivent se contenter au mieux de visualiser cette 3D et au pire de continuer à travailler sur des images ou des plans », constate Michael Payne, PDG de SpaceClaim, une start-up fondée en septembre 2005, qui lancera officiellement son logiciel éponyme fin avril à la Foire de Hanovre. « Nous avons donc l'ambition de changer cela ».

Un avis que l'on ne peut occulter quand on sait que le personnage a été cofondateur de Parametric Technology, puis de SolidWorks, avant d'être vice-président en charge de la technologie chez Dassault Systèmes et plus récemment CEO de Spatial, la filiale de Dassault Systèmes en charge du moteur géométrique Acis. D'autant plus que parmi les autres dirigeants de SpaceClaim on retrouve Daniel Dean, lui aussi cofondateur de PTC et qui est là en charge de la R&D. Si l'on ajoute que dans le "board" on retrouve Steve Walske, ancien patron de PTC, Lou Volpe ex VP Operations du même éditeur, maintenant business angel et Richard Riff, responsable PLM de Ford Motor, il y a fort à parier que SpaceClaim soit une entreprise qui devrait faire parler d'elle dans les mois à venir.



« Grâce à notre logiciel SpaceClaim, l'équipe étendue peut travailler directement avec le modèle 3D, afin d'étudier pleinement l'impact de chaque idée et de valider la géométrie issue des demandes de modification avant de les partager avec l'équipe chargée de la conception. Cette méthode améliore la qualité de chaque itération de conception et permet aux spécialistes de la CAO de travailler uniquement sur des demandes valides, d'où des produits de meilleure qualité et une commercialisation plus rapide », affirme Michael Payne.

D'ailleurs SpaceClaim Professional 2007 s'intègre dans le flux de travail existant du développement des produits en permettant aux utilisateurs d'importer et d'exploiter des modèles créés dans de nombreux systèmes de CAO (Catia, Inventor, NX, Pro/Engineer, SolidWorks en direct et les formats standard Acis, DWG, DXF, IGES, Parasolid, Step, VDA). En outre, le format de données XML ouvert utilisé par SpaceClaim garantit que ses clients, et non l'éditeur du logiciel, conservent la propriété des données des produits et l'accès à celles-ci. Notons que SpaceClaim vient aussi d'annoncer qu'il retenait le moteur géométrique Acis de Spatial, comme noyau de son logiciel.

Nous n'avons pas encore pu tester le logiciel, car il a été annoncé le 30 mars aux USA, mais vous pourrez lire en annexes les principaux avantages mis en avant par ses créateurs. Une chose est certaine SpaceClaim se veut aussi novateur dans sa tarification. Il propose des contrats de licence annuelle ou triennale payables, soit au moment de l'acquisition (1 290 ou 3 420 €), soit au mois. Notons enfin que toute licence professionnelle comporte aussi une licence pour usage personnel à domicile, ainsi qu'un outil de visualisation gratuit SpaceClaim Viewer. En outre, SpaceClaim propose un produit d'échange de données pour effectuer des conversions au-delà des standards de l'industrie, et un produit qui prend en charge l'échange de données Catia V5. SpaceClaim offre également une bibliothèque de composants standard. Côté matériel, SpaceClaim Professional 2007 fonctionne sous Windows XP SP2 et Windows Vista et demande une carte graphique supportant au minimum DirectX 9c avec 64 MB de mémoire graphique et une résolution minimum de 1024x768.

Une nouveauté dont nous aurons certainement l'occasion de reparler bientôt.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.spaceclaim.com

Les caractéristiques de SpaceClaim Professional 2007



Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d’expert] Infiltration des centrales énergétiques : autopsie d’une cyberguerre furtive

Avis d'expert

[Avis d’expert] Infiltration des centrales énergétiques : autopsie d’une cyberguerre furtive

Comment des hackers parviennent-ils à s’infiltrer dans les systèmes d’opération des centrales[…]

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Plus d'articles