Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

SpaceClaim débarque en France

Industrie et  Technologies
Ce nouveau logiciel voulant démocratiser la CAO 3D est apparu en mars aux USA. Il arrive maintenant en Europe avec une interface en français. Première démo, premières impressions.


J'avais attiré votre attention début avril sur la société SpaceClaim et son logiciel éponyme (voir notre article) qui venait d'être créée par les anciens fondateurs de PTC et SolidWorks. J'ai pu cette semaine assister à une démonstration faite par Bruno Chollat, ancien responsable commercial de SolidWorks en France, qui vient de prendre la responsabilité de SpaceClaim pour l'Europe du Sud.

« Les différentes études de marché sont toutes à peu près d'accord : sur les 5 millions de personnes à travers le monde actuellement impliquées dans une approche PLM, seules 1 million sont des utilisateurs d'outils de CAO, les autres se contentent de visualiser sans pouvoir modifier les modèles ou exprimer leurs idées en 3D. Notre objectif est de faire en sorte qu'ils puissent y arriver facilement », explique Bruno Chollat.

Ne nous y trompons pas, SpaceClaim ne vise pas le marché du grand public comme le fait Google avec SketchUp ou Dassault Systèmes depuis sa récente annonce de 3DSVia (voir notre numéro du 28 juin). SpaceClaim se positionne sur le marché des utilisateurs professionnels et cela se voit rien qu'à l'interface utilisateur, qui reste très conventionnelle, même si elle tire parti des avantages de Windows Vista. SpaceClaim reste un outil de CAO 3D très orienté vers la mécanique qui demandera une formation initiale.

Un logiciel professionnel

Par contre, sa facilité d'emploi, ses capacités de récupération et de modification de modèles 3D existants, ainsi que les performances de ses commandes, en feront un outil de choix pour les professionnels, par exemple, en pré-processeur des outils de calcul ou de FAO, ou encore en amont des outils de création de documentations techniques.

Pour cela, SpaceClaim est capable de récupérer de très nombreux formats : Catia V5 et V4, NX, Pro/Engineer, SolidWorks, Inventor, ACIS, Parasolid, JT Open, IGES, STEP, DWG, DXF et VDA. « Le logiciel récupère directement les modèles 3D issus de la plupart des logiciels de conception du marché, mais ne tient pas compte des historiques de conception. L'utilisateur peut alors modifier le modèle sans être gêné par la paramétrisation mise en place par son créateur. Par contre, SpaceClaim sait toutefois reconnaître et utiliser les entités technologiques ("features") et les singularités géométriques. Cela permet à l'utilisateur d'arriver plus vite à son objectif ».



Et de fait la démonstration à laquelle j'ai pu assister mettait bien en valeur ces possibilités. Il s'agissait de modifier un élément de façade et une poignée d'un barbecue à gaz créé originellement dans SolidWorks. Le modèle est récupéré rapidement et correctement avec toutes ses pièces individualisées. Par contre, l'historique de conception de chacune d'entre-elles est effectivement "oublié". SpaceClaim reconnaît bien les "features" et les singularités géométriques dont il se sert lors des modifications. Par contre, toutes les contraintes et paramètres initiaux sont "gommés" pour faciliter les modifications. Une approche de modélisation dynamique que l'on retrouve aussi dans la nouvelle version de NX chez UGS PLM Software.

On peut travailler dans le contexte sur chacune des pièces du modèle récupéré aussi bien en 2D qu'en 3D de manière interactive. D'ailleurs pour bien l'illustrer, le plan 2D sur lequel on travaille peut être manipulé dans l'espace comme on le ferait avec une vulgaire feuille de papier. De même, le "sketcheur" permet de créer rapidement une esquisse à partir de rien, de passer en 3D et d'incorporer le résultat dans un ensemble récupéré.

Sans entrer dans le détail de la démonstration, on peut dire que les commandes sont facilement appréhendables par quelqu'un d'un peu habitué à la CAO ou ayant été formé à ce logiciel. Elles semblent déjà puissantes et performantes, bien qu'il ne s'agisse que de la version 1.0 du logiciel. On ressent bien là toute l'expérience des géniteurs du logiciel, Michael Payne et Daniel Dean, qui ont été à l'origine de Pro/Engineer et SolidWorks.

Une interface en français

Le fait d'avoir choisi d'utiliser XML comme format natif pour SpaceClaim garantit à l'utilisateur qu'il restera bien le propriétaire de ses données sans être dépendant du bon vouloir ou de la survie d'un éditeur de CAO. « De plus, cela permet d'intégrer facilement des modèles 3D dans des présentations PowerPoint, ce qui facilite leur communication vers le plus grand nombre dans l'entreprise », précise Bruno Chollat.
Notons que le logiciel initialement en Anglais vient d'être doté d'interfaces utilisateurs en Allemand et en Français, ce qui devrait faciliter sa diffusion en Europe. D'autres langues devraient d'ailleurs suivre rapidement et pourraient être disponibles avec l'arrivée de la version 2.0 du logiciel, qui est prévue pour novembre.

Bref un logiciel professionnel "bien léché" qui utilise les dernières technologies informatiques et est dans l'air du temps, à savoir faciliter l'usage du 3D au plus grand nombre dans l'entreprise.

D'ailleurs les investisseurs ne s'y sont pas trompés. SpaceClaim vient en effet de boucler un second tour de table financier de 13,5 millions de dollars qui complète les 7,5 M$ du premier tour. Il a été souscrit par les investisseurs initiaux, North Bridge Venture Partners et Kodiak Venture Partners, ainsi que par Borealis Ventures et Needham Capital Partners.

Reste maintenant à promouvoir les ventes, la licence annuelle étant de 1 300 €. « Ma première mission est de créer un réseau de revendeurs. Les premiers devraient être des éditeurs tiers à la recherche d'un outil venant en amont de leur propre logiciel pour leur permettre de récupérer et de préparer facilement des modèles 3D. Je vais aussi assurer la visibilité de SpaceClaim en Europe du Sud et en promouvoir les ventes à travers Internet », conclu Bruno Chollat.

Bref, on a pas fini de parler de SpaceClaim.

Bonnes vacances à toutes et à tous, et rendez-vous début septembre.

Pour en savoir plus : http://www.spaceclaim.com

Les caractéristiques de SpaceClaim Professional 2007

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 25 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.






Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles