Nous suivre Industrie Techno

SOS OS

M. L. T.

Sujets relatifs :

,
« J'ai l'tibia qu'est pas droit... » Pas de problème. La chirurgie réparatrice viendra à votre secours en utilisant cet os artificiel. Ce qui se fait de mieux en matière de biomatériaux...

Deux équipes de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL, Suisse) ont conçu cet os artificiel qui représente une alternative à l'autogreffe ou au recours à l'allogreffe utilisant des dons post mortem...

Une nouvelle approche est donc désormais envisageable. Mis en place par voie chirurgicale, ce biomatériau va d'abord remplir la fonction de soutien de l'os qui pose problème. Simultanément, il sert de support à la régénération du tissu vivant : biorésorbable, le matériau a la capacité de laisser peu à peu sa place à des cellules osseuses qui vont le coloniser et donner au final un os naturel.

Ce que l'on voit en gris, c'est la structure intime de l'os artificiel conçu par les chercheurs suisses. Tout comme pour l'os naturel, cette structure présente des pores interconnectés - dont le diamètre varie de 0,2 à 1 millimètre -, le chemin idéal pour la prolifération de nouvelles cellules osseuses.

En bleu, il s'agit de la simulation numérique d'une opération utilisant ce biomatériau : pour corriger des jambes "en X", le chirurgien cale une portion d'os à l'intérieur du plateau du tibia. À terme, le matériau artificiel sera remplacé par l'os naturel et le tibia sera redressé. Ce modèle numérique permet de calculer les contraintes dans le substitut osseux et donc de définir les propriétés mécaniques qu'il devra assurer en conditions réelles.

Résultat de trois ans de travaux, ce matériau composite est constitué d'une matrice polymère poreuse renforcée par de fines particules de céramique. Les chercheurs de l'EPFL envisagent trois types d'applications chirurgicales : le comblement de perte osseuse importante après un accident ou l'ablation d'une tumeur ; la reconstitution de substance osseuse destinée à recevoir un implant, notamment lors du remplacement d'une prothèse de hanche ; la correction de la forme d'un os, par exemple des jambes "en X". Reste qu'au moins cinq ans de travaux sont encore nécessaires avant d'arriver à ce stade.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0862

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

XXS Et 240 km/h

XXS Et 240 km/h

Elle s'appelle Tango. Elle est américaine, électrique, hypersportive, biplace et "extra small" : elle ne mesure que 99 centimètres de large. Roulez[…]

01/05/2005 | Haute Tech
COAGULATOR

COAGULATOR

CLIC-CLAC... MERCI CHARPAK
UNE RÉVOLUTION POUR LE DOMAINE ORTHOPÉDIQUE

CLIC-CLAC... MERCI CHARPAK UNE RÉVOLUTION POUR LE DOMAINE ORTHOPÉDIQUE

PUCE CONTRE PUCE

PUCE CONTRE PUCE

Plus d'articles