Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

SolidWorks 2007 veut vous faciliter la vie

Industrie et  Technologies
J'ai eu l'occasion voici quelques jours d'avoir une démonstration privée de SolidWorks 2007 et de rencontrer John McEleney, CEO de l'entreprise, lors de l'un de ses passages éclairs à Paris pour participer au comité de direction de Dassault Systèmes.


C'est devenu une tradition SolidWorks présente juste avant les vacances d'été la prochaine version de son logiciel éponyme, qui ne sera effectivement disponible en clientèle qu'à la rentrée.

Outre les habituelles améliorations de fonctionnalités et autres corrections de bugs, cette version apporte un certain nombre de technologies et d'outils innovants. La plus importante est SolidWorks Intelligent Feature Technology (SWIFT). L'objectif est de proposer à l'utilisateur des outils avancés puissants lui facilitant réellement la vie. Quatre outils utilisant cette technologie sont disponibles. FeatureXpert gère automatiquement la création de congés et de dépouilles sur l'esquisse d'une pièce, sans que l'utilisateur ait à indiquer l'ordre logique des opérations. SketchXpert analyse les relations et les dimensions dans un assemblage et résout les conflits potentiels. MateXpert valide le respect des contraintes dans les assemblages lors des modifications ou de l'ajout d'une pièce. Enfin, DimXpert assure une cotation en vue de la fabrication. « Notre objectif avec ces outils est d'aider le concepteur à se focaliser sur son projet plutôt que sur les outils qu'il doit mettre en Å“uvre pour le réaliser », explique Bertrand Leblanc, responsable technique de SolidWorks France. Et force est de constater sur la démonstration qui m'a été faite, que cela fonctionne.

Autre avancée, une fenêtre de recherche similaire à Google qui permet au concepteur de retrouver tous les éléments relatifs à son projet, qu'ils se trouvent sur le bureau de son ordinateur, dans l'outil de GDT ou dans sa Supply Chain. L'objectif est d'éviter de réinventer une roue que quelqu'un d'autre a déjà créée. Toujours pour aller plus vite, la notion de blocs d'esquisse apparue dans la version précédente a été développée. Elle montre sa plénitude dans le domaine des transmissions où les courroies, les chaînes et les engrenages sont dotés d'un "sens fonctionnel" où le simple fait de les mettre en place crée automatiquement la chaîne cinématique. Enfin, toujours utile, Design Checker permet de vérifier que les mises en plans sont conformes aux standards internationaux ou aux règles propres à l'entreprise. Ce module analyse les plans et propose des corrections, mais il est aussi capable "d'apprendre" automatiquement les règles d'une entreprise à partir d'une liasse de plans. Toujours dans le domaine du 2D, notons maintenant pour l'échange d'informations le support du format PDF 3D d'Adobe Systems en complément du standard maison eDrawings.

Dans les outils de conception, le module de création de surfaces est devenu beaucoup plus intuitif et performant, permettant notamment un meilleur contrôle de la continuité en courbure. Notons aussi l'arrivée du module ScanTo 3D qui permet de récupérer facilement des nuages de points en vue de recréer rapidement des modèles 3D de pièces existantes. Notons que ce module a été optimisé pour fonctionner avec les scanners Desktop 3D proposés par NextEngine.

Le calcul aussi

Cette version 2007 de SolidWorks est aussi complétée par des évolutions de l'outil d'analyse CosmosWorks. Ainsi CosmosWorks Designer, qui est inclus dans le package SolidWorks Office Premium, est maintenant doté de bibliothèques d'analyse qui reprennent les cas les plus courants de pièces et d'assemblages rencontrés par les concepteurs. Ces véritables "feuilles de style d'analyse" facilitent l'étude de certains éléments comme par exemple les pièces circulaires à répétition cyclique ou les assemblages mécano-soudés, notamment grâce au raffinage automatique des maillages. Signalons aussi que ce package inclus maintenant le logiciel CosmosMotion pour l'analyse dynamique des mécanismes. Notons enfin que le module Animator de SolidWorks est maintenant utilisable pour la présentation de tous les résultats d'analyse.

Parmi les avancées intéressantes des modules d'analyse, notons aussi la possibilité d'inclure dans un ensemble des capteurs virtuels qui à l'instar de leurs homologues réels fournissent des informations sur le fonctionnement du prototype. Il devient ainsi beaucoup plus facile d'évaluer rapidement le fonctionnement correct d'un ensemble. A l'inverse, il est aussi possible d'inclure dans un maillage les valeurs données par un capteur réel implanté sur un prototype physique. Enfin, des connecteurs permettent de remplacer pour l'analyse les composants standard (roulements, ressorts, boulons, appuis élastiques, engrenages...) par des modèles comportementaux.

Dans le domaine de la mécanique des fluides, CosmosFloWorks sait maintenant traiter les assemblages comportant des parois minces sans qu'il soit nécessaire de raffiner manuellement les maillages. Ainsi dans le domaine de l'électronique il devient possible de traiter des refroidisseurs de type Pelletier. Notons aussi l'arrivé de nouveaux modèles de cavitation sans changement de phase.

Les autres outils de la gamme ont aussi été améliorés. Ainsi les algorithmes de PDMWorks ont été réécris pour en accélérer le fonctionnement. PhotoWorks a lui aussi bénéficié d'évolutions « afin que les rendus réalistes soient beaux en standard », commente Bertrand Leblanc. Voilà pour le plus important. Charge à vous maintenant de découvrir tous les détails.

John McEleney confiant dans l'avenir

John McEleney, CEO de SolidWorks, résume ainsi cette annonce : « Cette version est l'une des plus importante que nous ayons jamais mise sur le marché, car elle permettra à nos clients de passer de la conception automatisée à la conception intelligente, en se concentrant uniquement sur leur projet. Je pense que notre technologie Swift fera date dans l'histoire des outils de conception, car elle apporte le savoir-faire des experts à tous les concepteurs ».

Concernant des sujets plus stratégiques, tel la relation avec Dassault Systèmes, il estime : « Nous sommes parfaitement intégrés dans le groupe et il y avait plus de conflits potentiels il y a cinq ans que maintenant. Nous sommes toujours focalisés sur les PME manufacturières souhaitant mettre en place rapidement un outil de conception de produits. Nous laissons aux autres offres de Dassault Systèmes le créneau des entreprises souhaitant intégrer la conception produit/process, ainsi que celles voulant s'intégrer pleinement dans une filière métier ».

« Toutefois notre offre est suffisamment souple pour répondre à de multiples besoins. Ainsi dans le domaine de la GDT, nous offrons SolidWorks Explorer pour les configurations à 1 ou 2 utilisateurs. Les bureaux d'études ayant de 3 à 10 postes seront plus à l'aise avec PDMWorks, alors que ceux disposant de plusieurs systèmes de CAO différents ou ayant plus de 10 utilisateurs opteront pour PDMWorks Enterprise. Au-delà, les entreprises voulant réellement se lancer dans une démarche PLM auront avantage à passer à Smarteam ». Notons que PDMWorks Enterprise a été annoncé récemment suite à l'acquisition de GCS Scandinavia, un partenaire suédois qui avait développé l'outil de GDT d'entreprise Conisio, qui fonctionnait aussi dans les environnements Inventor et Solid Edge.

Concernant la concurrence directe, John McEleney n'y va pas par quatre chemins : « Solid Edge est un bon produit, malheureusement pour lui et heureusement pour nous, il ne débouche pas au niveau commercial. C'est à mon sens un problème de volonté de réussite de la part d'UGS et de mise en place d'un réseau commercial performant tel le nôtre. A l'inverse, je qualifierai Autodesk de suiveur avec Inventor. Ils ne proposent pas d'innovations, mais des fonctionnalités similaires aux nôtres ... plus tard ».

A notre question sur la possibilité de voir surgir un nouvel acteur sur le marché : « Tout est toujours possible. Il n'est besoin que de se rappeler l'arrivée de SolidWorks en 1995 sur un marché déjà passablement encombré. Pour réussir, il faut apporter un réel différenciateur technique au niveau de la plate-forme, ainsi qu'un nouveau business model. Ce n'est pas facile, mais toujours possible... ».

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.solidworks.com/SW2007PR/

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 24 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles