Nous suivre Industrie Techno

Skygofree, un logiciel espion Android peut prendre le contrôle de votre mobile

Skygofree, un logiciel espion Android peut prendre le contrôle de votre mobile

© Eduardo Woo / Flickr

Kaspersky Lab a annoncé la découverte d’un logiciel de surveillance pour Android, très actif depuis 2014. Baptisé Skygofree, cet « implant » permet de prendre totalement le contrôle des appareils infectés. 

Le monde de la cybersécurité est toujours sur le qui-vive. Les chercheurs de Kaspersky Lab viennent de découvrir un logiciel espion dans les appareils Android actif depuis 2014. Ce dernier dispose de fonctionnalités très poussées – 48 commandes différentes - dont prendre le contrôle total de l’appareil infecté. Le « spyware » se propage à travers les pages web factices, imitant celles des grands opérateurs mobiles. La campagne est toujours en cours selon les experts de Kaspersky : la dernière date d’octobre 2017. Plusieurs victimes ont été recensées à ce jour, toutes en Italie.

« Skygofree est un logiciel-espion élaboré, à plusieurs modules, qui permet à des pirates de prendre totalement le contrôle à distance d’un appareil infecté, explique Kaspersky dans son communiqué. N’ayant cessé d’évoluer depuis la création de sa première version fin 2014, il est désormais capable d’intercepter les conversations et les bruits ambiants lorsque l’appareil infecté se trouve à un endroit donné. » Du jamais vu, selon les chercheurs de Kaspersky. D’autres fonctionnalités avancées : ce logiciel espion peut également pirater des messages Whatsapp ou connecter l’appareil à un réseau Wi-Fi contrôlé par des hackers.

Une prise de contrôle totale

Le logiciel permet d’obtenir un accès root (avoir tous les droits sur l’appareil), de prendre des photos et des vidéos, de capturer des appels, des SMS, d'accéder à la géolocalisation de l’appareil, aux événements de l’agenda voire aux informations professionnelles stockées en mémoire. Entre d’autres termes : il peut prendre le contrôle de l'appareil. « Une fonction spéciale permet de contourner une technique d’économie de la batterie employée par un grand fabricant : l’implant s’ajoute alors à la liste des applications protégées de façon à ne pas être désactivé automatiquement lorsque l’écran est éteint », ajoute Kaspersky. Les chercheurs ont également découvert des modules développés ciblant Windows.

« Les éléments que nous avons découverts dans le code malveillant et notre analyse de l’infrastructure nous portent à croire avec un haut degré de certitude que les auteurs des implants Skygofree travaillent par une société informatique italienne proposant des solutions de surveillance, à la manière de HackingTeam », avance Alexey Firsh, analyste en malware spécialisé dans l’étude des attaques ciblées chez Kaspersky Lab.

 

Toutes les informations sur Skygofree (liste des commandes, indicateurs d’infection, domaines, modèles d’appareils ciblés) sont disponibles sur Securelist.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Amazon, Cartésiam, Oxytronic... la guerre des assistants de maintenance prédictive aura-t-elle lieu ?

Amazon, Cartésiam, Oxytronic... la guerre des assistants de maintenance prédictive aura-t-elle lieu ?

Avec Monitron et Amazon Lookout for Equipement, Amazon Web Services (AWS) se positionne sur le marché de la maintenance prédictive. Fort[…]

Cyberattaques : l’industrie fortement touchée en 2020 selon IBM Security

Cyberattaques : l’industrie fortement touchée en 2020 selon IBM Security

"La France a l'opportunité de faire naître des leaders mondiaux du quantique", affirme Christophe Jurczak, le cofondateur de Quantonation

Dossiers

"La France a l'opportunité de faire naître des leaders mondiaux du quantique", affirme Christophe Jurczak, le cofondateur de Quantonation

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

Plus d'articles