Nous suivre Industrie Techno

Simuler le comportement des skis

Nadège Aumond

Sujets relatifs :

,
En s'appuyant sur la conception interactive, l'école du Pays basque et l'équipementier travaillent au développement d'un simulateur de skis.

«Participation croisée », c'est ainsi que se définit le partenariat, signé début 2005, entre l'École supérieure des technologies industrielles avancées (Estia) de Bidart (Pyrénées-Atlantiques) et le leader mondial de matériel de sports d'hiver, le groupe Rossignol. L'un fournissant à l'autre, respectivement : une nouvelle méthode de conception interactive ; un cas concret d'application pour valider la dite méthode.

Le trait d'union entre l'école et l'entreprise est Matthieu Léger. Après un DESS effectué à l'Estia et une thèse (contrat Cifre) financée par Rossignol, le jeune scientifique a été engagé par le spécialiste du ski. « Je connaissais leurs travaux, ils connaissaient les miens en matière de vibration et de glisse.

D'un côté, nous apportons à l'école notre savoir-faire métier au niveau du ski, des matériaux qui le composent et de leur assemblage, de l'autre, cela permet à Rossignol d'appréhender de nouvelles méthodes originales de conception », explique Matthieu Léger.

Ce projet devrait prendre fin en mars 2006. À cette échéance, un système de mesure miniaturisé faisant appel à des Mems et à des technologies de communication sans fil, ainsi qu'une série de mesures doivent être livrés.

Caractéristiques du ski et critères sensoriels

Plus largement, les objectifs du projet sont d'analyser le comportement du ski et les mouvements du skieur. De corréler et de modéliser l'ensemble, puis d'introduire des facteurs sensoriels, pour enfin mettre au point, en quelque sorte, un banc de test capable de reproduire les différents phénomènes et comportements du ski. L'objectif ultime est d'obtenir, à partir d'un certain nombre de critères, notamment sensoriels, les caractéristiques du ski correspondant à fabriquer. « Pour ce faire, nous nous appuyons sur des travaux que nous menons depuis plusieurs années et qui font appel aux mathématiques appliquées, aux statistiques, à diverses techniques d'intelligence artificielle, à des méthodes telles que Triz, ou encore "Sensorial Design" (modélisation des attentes utilisateurs) récemment développée au sein de l'école », explique Xavier Fischer, chercheur au laboratoire en ingénierie des processus et des services industriels (Lipsi) de l'Estia.

« Ce simulateur virtuel grandeur nature qui comprend, entre autres, un casque d'immersion et un dispositif de retour d'effort, devrait permettre au final à Rossignol de réduire le nombre de prototypes et d'essais et, par là même, de réduire les délais et les coûts de conception, glisse Matthieu Léger. À plus long terme, l'acquisition de méthodes de conception réactives, intégrant l'aspect physique et sensitif, pourrait permettre à Rossignol de conserver sa place de leader. » Cette méthode interactive d'aide à la décision, ou plutôt d'aide à la conception, devrait également bénéficier aux domaines de l'aéronautique, de l'automobile ou encore à celui de la construction navale.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0872

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies