Nous suivre Industrie Techno

Simulation et IA, découvrez les quatre lauréats du prix Atos-Joseph Fourier 2019

Simulation et IA, découvrez les quatre lauréats du prix Atos-Joseph Fourier 2019

L'équipe du professeur Elie Hachem a obtenu le premier prix dans la catégorie simulation numérique pour ses travaux sur la modélisation des matériaux.

Quatre équipes de chercheurs travaillant dans les domaines de la simulation et de l'intelligence artificielle ont été mises à l'honneur lors de la remise du prix Atos-Joseph Fourier 2019. Ces travaux marquent des avancées majeures dans les domaines de l'informatique et du calcul.

Le prix Atos-Joseph Fourier, qui récompense depuis sa création en 2009 les avancées remarquables de la recherche dans le domaine du numérique, a été décerné le 3 juillet à Paris. Organisée par le spécialiste de l’informatique Atos et par le Genci (Grand équipement national de calcul intensif), le jury de cette édition 2019 a choisi de distinguer deux équipes de chercheurs, dans deux disciplines : la simulation numérique et l’intelligence artificielle.

Modéliser, de la molécule aux galaxies

Dans le premier domaine, le premier prix, correspondant à une dotation de 10.000 euros a été attribué au professeur Elie Hachem et son équipe des Mines ParisTech pour leurs recherches dans les outils de modélisation des matériaux. En utilisant un maillage anisotrope parallèle, ces chercheurs sont parvenus à atteindre une précision 100 à 1000 fois supérieure aux autres procédés de simulation. Ce procédé de modélisation, déjà déployé sur les supercalculateurs, permet de mieux comprendre le comportement des matériaux, d’analyser certains phénomènes physiques encore méconnus, et, pour les industriels, notamment de l’aéronautique, d’accélérer les temps de développement des innovations.

Le second prix dans la catégorie simulation a été remis à Dominique Aubert et les chercheurs de son équipe mixte de l’Université de Strasbourg, du CNRS et de l’école normale supérieure de Pise, en Italie. Les scientifiques ont travaillé sur le logiciel de simulation Garlhyc (pour Galaxies and Reionization simulations using hybrid computing), qui, en s’appuyant sur les capacités de calcul actuel, est capable de reproduire la formation d’objets astrophysiques complexes et massifs, comme les galaxies.  Les travaux de Dominique Aubert permettent ainsi d’explorer via le calcul les premiers milliards d’années de vie de l’univers. Grâce à cette récompense, les chercheurs ont obtenu  200 000 heures de temps de machine sur des supercalculateurs de Genci.

Curiosité artificielle et simulation quantique

Dans la deuxième catégorie, dédiée à l’intelligence artificielle (IA), le jury a distingué les travaux de Pierre-Yves Oudeyer et de l’INRIA Bordeaux, sur la curiosité artificielle. Ce chercheur, récipiendaire du prix Inria 2018, explore les fonctions d’auto-apprentissage des machines. Ses recherches se situent à l’intersection de deux disciplines : l’informatique et les neurosciences. Ses objectifs sont multiples : à la fois optimiser la manière dont les machines perçoivent leur environnement  et en tirent des enseignements, mais aussi renforcer les méthodes d’apprentissage des humains. L’équipe de Pierre-Yves Oudeyer obtient une enveloppe de 10 000 euros.

Enfin, le prix spécial Genci, décerné dans le domaine de l’IA, revient à Filippo Vincetini et Alberto Biella du laboratoire matériaux et phénomènes quantiques de l’université Paris Diderot. Leurs recherches portent sur la simulation de systèmes quantiques ouverts grâce à des réseaux neuronaux. Ce travail publié dans la revue Physics dresse un lien entre l’IA et la physique quantique, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives à la simulation. Les deux chercheurs bénéficieront de 50 000 heures GPU de temps machine sur des supercalculateurs.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Lors du salon Supply Chain Event, qui se tient les 3 et 4 décembre à Paris, Renault a présenté un retour[…]

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Plus d'articles