Nous suivre Industrie Techno

Avis d'expert

Simplifier l'audit énergétique : l'avis d'Arnaud Gheysens, TEEO

Simplifier l'audit énergétique : l'avis d'Arnaud Gheysens, TEEO

Arnaud Gheysens, directeur associé de TEEO.

Les entreprises obligées de réaliser avant le 5 décembre un audit énergétique ou de se faire certifier ISO 50001 (système de management de l'énergie) – dans le cadre de la DDADUE -  ont appris qu’elles avaient finalement jusqu’au 30 juin 2016 pour transmettre leurs justificatifs. Quelques 5 000 entreprises sont concernées. Arnaud Gheysens, directeur associé de TEEO, spécialisé dans le management de l’énergie, propose une méthode de certification plus concrète et efficace que les audits classiques. Explications.

Industrie & Technologies : Qu’est-ce que le management de l’énergie ?

Arnaud Gheysens : C’est un concept nouveau : l’énergie n’est plus une fourniture mais une ressource de l’entreprise comme les autres. Toutes les entreprises utilisent de l’énergie mais ce n’est pas leur cœur de métier. Pourtant, elle doit être au centre de la stratégie de l’entreprise et aussi mise sous la contrainte de l’amélioration continue, pour des bénéfices environnementaux comme économiques pour l'entreprise.

I&T : Les entreprises sont-elles incitées à l’amélioration ?

A.G. : Oui notamment avec la certification 50 001. Celle-ci certifie qu’a été mise en place un cadre d’optimisation énergétique. C'est un point important pour tirer les organisations vers le haut. La Loi sur la transition énergétique a demandé à travers la loi DDADUE de réaliser un audit énergétique ou de se faire certifier ISO 50 001. Elle a aussi demandé aux électriciens intensifs de justifier leurs avantages en prouvant qu'ils utilisent l'énergie de manière rationnelle (soit sans gaspillages, ni mauvaises utilisations). Les électro-intensifs, identifiés comme très consommatrices d'électricité [environ 500 en France, NDLR], bénéficiaient jusqu’ici de tarifs préférentiels pour l’électricité.  Elles doivent donc mettre en place un système de management de l'énergie certifié par un tiers, garant d'une bonne utilisation de l'énergie.

I&T : Qu’est-ce que TEEO propose d’original pour aider les entreprises ?

A.G. : Nous ne démarrons pas de l’audit, mais nous appuyons sur une bonne mise en place du management énergétique dans l'entreprise. L’optimisation énergétique est moins une question de technique que de gouvernance. Nous aidons les entreprises à lire les données qui leur permettront de prendre les bonnes décisions sans tomber dans l’écueil d’audits aux processus trop complexes et longs. Notre outil logiciel est là pour aider les entreprises à mettre en place un système plus économe en énergie et le maintenir dans la durée. Pour cela, il fournit des données fiables et disponibles, il simplifie les procédés, et il implique les parties prenantes.

I&T : Concrètement, comment une entreprise se lance dans une démarche d’optimisation?

A.G. : Cela commence par le haut, par une impulsion forte de la direction. Celle-ci doit d’abord établir une politique énergétique, qui définit des objectifs et des moyens clairs. Une organisation adaptée doit ête mise en place avec un Référent Energie, ainsi que des indicateurs de performance directement liés à la facture.

I&T :  Quelles sont les étapes d’optimisation ?

A.G. : La mesure est au centre de la démarche ! Il s’agit tout d’abord de comprendre comment est utilisée l’énergie. On peut mettre en place des capteurs permanents ou procéder par campagnes de mesures. Cette première étape doit permettre de comprendre et d’identifier les anomalies et les gaspillages. Ceux qui étaient non-sachants jusque-là s’approprient ces informations. On peut identifier à partir de là les premières actions de réglage et de résolution des anomalies. Typiquement, il s’agit de procédés qui restent allumés entre deux campagnes par exemple et consomment donc de l’énergie pour rien. Au total, entre 5 et 22 %, en moyenne 10 % de consommation peuvent être réduit ainsi, sans rien changer aux équipements.

I&T :  Après les premiers gains de performance, que peut-on encore faire  ?

A.G. : Ensuite on peut changer les équipements pour d’autres ayant de meilleures performances énergétiques. Deux types d’actions sont possibles. Sur les utilités (chauffage, froid, etc) ou sur les procédés. Dans ce deuxième cas, l’intervention d’experts sera nécessaire pour améliorer les procédés. Nous n’intervenons que comme soutien.

I&T :  Combien de temps cela prend-il et quels gains peut-on en attendre ?

A.G. : Cela prend en moyenne 6 mois pour mettre en place une certification ISO 50 001. Quant aux gains, cela dépend de l’âge des procédés et des équipements. Par exemple en 2006, GlaxoSmithKline (GSK), un groupe pharmaceutique britannique, a anticipé sur son site de Dreux, sur une décision de la direction. Celle-ci a exprimé la volonté de diminuer la consommation de 40 % en huit ans, et sont finalement arrivés à moins 45 % de consommation.

 

 

La Start up TEEO est née à La Réunion, île modèle en matière d’innovation environnementale, qui vise l’autonomie énergétique en 2030. Conscient très tôt des enjeux environnementaux, son fondateur Dominique Vienne conçoit dès 2009 un système innovant de management de l’énergie, où convergent des expertises comme l’automatisme, l’informatique, les NTIC, le contrôle de gestion opérationnel, le Lean Management, la qualité et la maîtrise des processus.Expert du management énergétique avec 135 sites certifiés à ce jour, et plus de 50 entreprises qui seront certifiées ISO 50 001 en 2015, TEEO accompagne les entreprises vers la transition énergétique, dans les domaines de l’aéronautique, de l’énergie, du bâtiment, de la Grande Distribution et du secteur hospitalier. Partenaire historique de l’AFNOR pour le déploiement de la norme ISO 50 001, il s’appuie sur sa solution Sime, qui se compose d’une plate-forme Smart Sime et d’une méthodologie propre.

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Le fabriquant d’hydroliennes fluviales et marines Hydroquest et Construction mécaniques de Normandie (CMN) ont annoncé le 15[…]

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Premier bilan positif pour l'éolienne marine flottante Floatgen

Premier bilan positif pour l'éolienne marine flottante Floatgen

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles