Nous suivre Industrie Techno

Sigfox Foundation : l'Internet des objets pour protéger les hommes et l'environnement

Sigfox Foundation : l'Internet des objets pour protéger les hommes et l'environnement

Sigfox a déployé deux antennes au niveau de la station Princess Elisabeth en Antarctique pour connecter des balises qui doivent permettre de suivre en temps réel les déplacements des techniciens et des scientifiques lors d'opérations menées sur le terrain.

© DR

La start-up toulousaine Sigfox a donné, ce mardi 19 janvier, le coup d'envoi de la Sigfox Foundation. Protection de l'environnement, santé, lien social... La nouvelle entité indépendante entend oeuvrer pour des causes pour lesquelles le réseau bas débit dédié aux objets connectés de Sigfox pourrait apporter une partie de la solution. Une permière mission a d'ores et déjà débuté en Antarctique afin de sécuriser des opérations de recherches scientifiques sur le climat.

 

Participer à la sauvegarde des rhinocéros, développer des gilets connectés pour les pêcheurs indonésiens qui doivent s’éloigner de plus en plus des côtes, contribuer à la préservation de l’environnement en endiguant les feux de forêts, détecter les signes précoces d’une maladie, accompagner les personnes âgées en perte d’autonomie… Ces projets ne font pas partie du programme d’une ONG mais ont été présentés, ce mardi 19 janvier, comme des pistes de réflexion par la start-up toulousaine Sigfox, à l’origine d’un réseau bas débit dédié à l’Internet des objets.

Plutôt habituée à traiter avec des industriels, la jeune pousse a décidé de s’attaquer à des domaines où on ne l’attendait pas forcément. Et pour cause, ce n’est pas elle qui gèrera directement ces nouvelles initiatives, mais la Sigfox Foundation, une structure indépendante dont le coup d’envoi a été donné officiellement ce matin lors d’une conférence de presse. « Cela fait environ neuf mois que nous travaillons sur ce projet », confie Marion Moreau, qui pilote la fondation, accompagnée d’une poignée de collaborateurs pour commencer.

« Cela fait quatre ans que nous développons notre technologie à travers le monde. Nous voulions donner du sens à ce que l’on fait », explique Christophe Fourtet, cofondateur et directeur technique de Sigfox. « L’objectif est d’adresser des causes qui nous semblent importantes et dans lesquelles la technologie de Sigfox, qui par nature est très frugale, pourrait apporter une partie de la solution », ajoute Ludovic LeMoan, cofondateur et CEO de l’entreprise toulousaine.

Quelle enveloppe Sigfox va consacrer à cette fondation ? Aucun chiffre précis n’a été dévoilé. « Nous allons fonctionner par projet et  par enveloppe budgétaire. Nous présenterons le budget d’un projet aux investisseurs donateurs et leur demanderons s’ils sont intéressés », expose Ludovic LeMoan. Selon lui, chaque projet devrait représenter quelques centaines de milliers d’euros. Pour étendre sa force de frappe, la nouvelle fondation cherche donc à nouer des partenariats avec des entreprises mécènes. Le nom des premiers partenaires sera dévoilé dans les semaines à venir. La fondation compte également s’appuyer sur un comité de pilotage qui participera à la sélection des projets. « Il y aura forcément un arbitrage entre l’importance de la cause et la capacité à la financer », note Ludovic LeMoan.

Sécuriser des opérations scientifiques en Antarctique et surveiller le stress des rhinocéros 

La première mission sur laquelle s’est penchée la fondation est l’accompagnement des scientifiques lors de leur mission en Antarctique. La fondation s’est rapprochée du Secrétariat polaire belge et de la start-up Sensolus afin de connecter l’expédition Belare, dont les participants sont rattachés à la Station Princess Elisabeth. Concrètement, chercheurs et techniciens sont équipés de 45 trackers GPS, fournis par la start-up Sensolus, qui sont reliés au réseau Sigfox grâce à l’implantation de deux antennes installées au niveau de la base scientifique.

Le dispositif doit permettre de suivre en temps réel les déplacements des membres. « L’objectif est d’augmenter la sécurité des équipes pendant leurs opérations. En Antarctique, nous avons actuellement très peu d’informations sur les personnes sur le terrain », explique Rachid Touzani, directeur du secrétariat polaire belge. Les équipes sont, en effet, parfois amenées à parcourir jusqu’à 200 km pour rejoindre la cote. Si une personne se perd pendant une telle expédition ou se retrouve coincée à cause des conditions climatiques extrêmes, il sera alors facile de la localiser. Les trackers de Sensolus offrent une précision de 20 mètres et une autonomie de 5 ans grâce à trois piles AA. Les essais ont déjà débuté et une interface web permet de consulter les différents trajets effectués mais aussi de voir, par exemple, combien de temps une personne s’est arrêtée à un endroit. Les premiers résultats de l’expérience seront communiqués en mars.

A terme, la fondation Sigfox entend déployer davantage d’antennes en Antarctique et réfléchit déjà à d’autres cas d’utilisation, comme faciliter l’observation des phénomènes du réchauffement climatique. Parmi les autres projets à l’étude : la sauvegarde des rhinocéros. Au Zimbabwe, la fondation  réfléchit à installer des antennes qui permettront à des capteurs intégrés dans la corne des rhinocéros de communiquer afin de connaître leur niveau de stress. Un dispositif similaire existe déjà, mais la technologie sur laquelle il repose ne lui offre que six mois d’autonomie. Ce qui nécessite de venir remplacer régulièrement le capteur. Avec le réseau Sigfox, le dispositif pourrait durer plusieurs années et être expulsé naturellement avec la croissance de la corne.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Au Sido, les start-up misent sur l'IA pour séduire l'industrie

Au Sido, les start-up misent sur l'IA pour séduire l'industrie

Les start-up n'ont pas manqué le rendez-vous du salon international des objets connectés (Sido) de Lyon pour présenter leur[…]

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

La première Ecole IA Microsoft de Lyon

La première Ecole IA Microsoft de Lyon

Plus d'articles