Nous suivre Industrie Techno

SGI annonce des super calculateurs sous Linux

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

, ,
Altix 3000 chez SGI

SGI décline son architecture modulaire NumaFlex déjà largement utilisée dans ses supercalculateurs Origin 3000 basés sur des processeurs Mips sous Irix, pour l’adopter dans de nouvelles machines utilisant des processeurs Itanium 2 d’Intel et fonctionnant sous Linux. SGI considère en effet que le marché Linux devrait largement se développer dans les années à venir. Il a d’ailleurs largement contribué au développement de Linux en Open Source en offrant des technologies de paramétrage au mieux, de gestion du système de fichiers XFS ou en améliorant la taille des buffers. Notons toutefois que SGI garde pour lui un certain nombre d’amélioration de Red Hat Linux 7.2 permettant entre autre l’optimisation de ses performances en gros environnement de production.

Les systèmes Altix 3000 sont donc la version Linux de machines déjà largement éprouvées. Ils sont destinés à remplacer les grappes de serveurs Linux par rapport auxquels ils offrent l’avantage de travailler sur une mémoire partagée globale. Le cœur de ces machines repose sur une nouvelle brique (un tiroir standard compatible avec l’architecture modulaire NumaFlex). Cette C-Brick comporte jusqu’à 16 unités comportant chacune 4 processeurs Itanium 2 et 32 Go de mémoire. Elle est vue comme un nœud exécutant une image du système d’exploitation Linux. Lorsque plusieurs nœuds exploitent l’interconnexion de grappes interne de SGI NumaLink, fonctionnant à 6,4 Go/s, les données sont transmises jusqu’à 200 fois plus rapidement qu’au moyen des méthodes de mise en grappe classiques.

Ce gamme se décline pour le moment en deux machines. Le Serveur 3300 est un système d’entrée de gamme mono-nœud disposant de 4 à 12 processeurs Itanium 2 à 900 MHz avec 1,5 Mo de mémoire cache L3. Il gère jusqu’à 96 Mo de mémoire pour un prix débutant à 106 k€. Le Supercluster 3700 est beaucoup plus évolutif. Il accepte de 4 à 64 processeurs Itanium 2 à 900 MHz avec 1,5 MB de mémoire cache L3 ou à 1 GHZ avec 3 MB de mémoire cache L3, par nœud Linux. La mémoire partagée est supportée entre tous les nœuds. Cette machine gère jusqu’à 2 048 processeurs (32 C-Brick) et 16 To de mémoire. Les prix débutent à 500 k€ pour 16 processeurs et 1,7 M€ pour 64 processeurs. Enfin, ces machines disposent du système de gestion de fichiers partagés SAN CXFS permettant de traiter les très gros volumes de données.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.sgi.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

FIC 2016 : la pépite TrustInSoft utilise les maths pour éliminer les failles des logiciels

FIC 2016 : la pépite TrustInSoft utilise les maths pour éliminer les failles des logiciels

Spin-off du CEA, l’entreprise TrustInSoft a mis au point un cadre technologique qui permet à différentes méthodes[…]

Une nouvelle version pour Backtrack

Une nouvelle version pour Backtrack

Tizen, le système d’exploitation qui veut concurrencer Android

Tizen, le système d’exploitation qui veut concurrencer Android

Une plate-forme mobile Linux compatible avec Symbian et Android

Une plate-forme mobile Linux compatible avec Symbian et Android

Plus d'articles