Nous suivre Industrie Techno

SEB : dis-moi ce que tu manges et je saurai comment innover

Thibaut De Jaegher

Mis à jour le 27/01/2014 à 13h52

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

SEB : dis-moi ce que tu manges et je saurai comment innover

Le groupe d’électroménager français a résisté à la concurrence low-cost en faisant le pari de l’innovation. Un succès qui ne doit rien au hasard mais tout à une approche pragmatique des besoins du client et à une méthode originale de management des projets.

Dis-moi ce que tu manges, et je te dirai quel produit inventer. Cette maxime (détournée) de Brillat Savarin résume parfaitement la stratégie d’innovation du groupe SEB. L’industriel d'Ecully s’est en effet imposé en quelques années comme l’un des groupes les plus innovants au monde en matière d’électroménager. L’inventeur de la cocotte-minute, ou plus récemment de l’Actifry, a réussi à s’internationaliser fortement tout en préservant une grande partie de sa production en France. Pour cela, le groupe s’est donné pour "mantra" de lancer 200 produits nouveaux chaque année en moyenne (338 lancés en 2012 !) et, sur ce lot, de mettre au point au moins 3 blockbusters (comprendre : capables de réaliser 100 millions d’euros de chiffre d’affaires). Cette exigence permet aujourd’hui au groupe SEB de réaliser 60 % de ses ventes avec des produits qui n’existaient pas il y a trois ans.

La performance ne manque pas d’étonner lorsque l’on se penche sur la matière travaillée par SEB : du banal petit électroménager allant de la poêle à frire au fer à repasser en passant par les robots de cuisine ou autres cuits vapeurs. Pour réinventer ces produits presque devenus de simple commodités, le groupe familial, dirigé par Thierry de la Tour d’Artaise depuis 14 ans, a repensé toute son organisation. Son obsession ? Se rapprocher du terrain. Pour sortir des sentiers battus et se démarquer de la concurrence à bas coût venue d’Asie, SEB a décentralisé au maximum son processus d’innovation. Sur les 1300 personnes qui composent la communauté de l’innovation chez SEB (sur plus de 25 000 salariés au total), une poignée seulement (une trentaine) est ainsi installée au siège français. L’essentiel des forces vives se déniche ailleurs, dans les usines et dans les filiales : en France, en Chine, en Colombie ou ailleurs. Le terrain pour SEB, c’est aussi la maison de monsieur-tout-le-monde aux quatre coins du monde. L’entreprise prend donc le temps d’observer comment on mange, on cuisine ou on prend soin de sa maison dans différents pays pour alimenter son "pipe". C’est par exemple en observant les femmes japonaises repasser à genou que l’idée du fer à repasser sans fil a vu le jour. Un anthropologue, intégré à l’entreprise, est particulièrement chargé de décrypter ces us et coutumes pour alimenter le moteur des idées.

L’autre originalité de SEB en matière d’innovation, c’est son management de projet. L’entreprise développe toujours ses produits en associant trois services : le marketing stratégique, le design et la R&D. Cet attelage permet de garantir que l’équation SEB est bien respectée : inventer des produits répondant aux besoins des clients (le rôle du marketing stratégique), faciles et agréables à utiliser (c’est le rôle du design) et technologiquement innovants (la R&D)… le tout dans des coûts acceptables bien sûr !

Repenser la cuisine à l'heure numérique

Cette recette a permis à SEB de préserver une base industrielle solide en Europe et de faire mieux que résister au diktat du low cost. Mais pour préserver son avance, le groupe aux 24 marques (Rowenta, SEB, Moulinex, Tefal…) pense déjà au coup d’après. Et selon lui, il sera forcément numérique. Il ne s’agit évidemment pas de digitaliser ses équipements actuels, mais de repenser la manière dont on fera la cuisine demain. Leader du projet "Open food system", SEB a regroupé autour de lui de nombreux partenaires pour plancher sur les briques technologiques (software et hardware) de cette nouvelle ère de l’électroménager.

 

L’idée, cette fois, n’est plus de penser ses produits en termes de fonctionnalités mais de résultats (comprendre : d’usages) dans l’esprit de sa machine Nutricook, présentée au CES. D’une certaine manière, SEB reste fidèle à la maxime de Brillat-Savarin en l’amendant encore légèrement : "dis-moi ce que tu cherches sur Google quand tu as faim et je te dirai quel produit je vais inventer".

Thibaut De Jaegher

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment façonner les ondes électromagnétiques à l'aide de matériaux intelligents

Comment façonner les ondes électromagnétiques à l'aide de matériaux intelligents

Dompter les ondes radiofréquences devient un enjeu fondamental pour de nombreuses applications, communications en tête. S’inspirant[…]

25/03/2020 | TélécomsRFID
Pour bien commencer la semaine : Les atouts de Qualcomm pour la 5G dédiée à l'industrie

Pour bien commencer la semaine : Les atouts de Qualcomm pour la 5G dédiée à l'industrie

Une nano-antenne en or pour produire un faisceau lumineux

Une nano-antenne en or pour produire un faisceau lumineux

Les villes apprennent à gérer le multilangue sur leur réseaux

Dossiers

Les villes apprennent à gérer le multilangue sur leur réseaux

Plus d'articles