Nous suivre Industrie Techno

Science et Défense font bon ménage

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Paris, 2-3 décembre. Les énergies du futur étaient en première ligne aux Entretiens Science et Défense avec des applications concrètes de la science fondamentale. Autres centres d'intérêt : les collaborations entre

Tous les organismes ne peuvent plus être sur tous les fronts, il faut travailler en synergie. Ainsi, lors des entretiens Science et Défense consacré aux «futures énergies embarquées»,  la DGA, délégation générale à l’armement annonçait la signature imminente d’un accord avec le CEA et un peu plus tard avec le CNRS. Histoire de formaliser un peu plus les liens de recherche entre ces organismes, mutualiser les efforts et les dépenses sur des objectifs et des préoccupations  communes, poser des principes en matière de propriété industrielle.

Concernant le CEA, Alain Bugat, administrateur général précisait que ce protocole porte entre autres «sur les armes à énergie dirigée, l’électronique, la protection biologique, l’aide aux PMI… » .

Propos confirmés par Pierre Guillon de la DGA qui rappelait que si la loi de programmation militaire 2003-2008 mettait un coup d’arrêt à l’érosion des crédits depuis quinze ans et prévoyait même une augmentation de 16%, il n’était pas question d’émietter ces crédits. Il existe d’ailleurs une ligne explicite «recherche duale» dans le budget. L’accord cadre CNRS-DGA à venir servira à intégrer de manière plus importante les préoccupations de défense dans les recherches du CNRS. La DGA qui finance déjà 120 bourses de thèses en sciences dures et 25 en sciences humaines va accroitre de 30 % ce chiffre sur les trois ans à venir.

Dans toutes ces recherches, les préoccupations d’environnement deviennent une dimension importante souligne Pierre Guillon qui indique que les dérogations pour cause de défense nationale vont disparaître d’ici quelques années. Plus question de véhicules polluants. Bref, on est prié de laisser le champ de bataille dans l’état où on l’a trouvé…

Les entretiens de cette année étaient focalisés sur l’énergie. Les besoins sont larges, depuis les petites batteries ou piles à combustibles nécessaires au fantassin jusqu’aux dispositifs de plusieurs mégawatts pour les sous marins en passant par ceux des minidrones ou des canons électromagnétiques.

Dans ce domaine on constate que la science fondamentale trouve des applications très concrètes. Le cas le plus flagrant est celui des composés énergétiques (explosifs pour faire court). On sait maintenant calculer et construire a priori une formule chimique, mettre les radicaux explosophores au bon endroit, anticiper la densité du composé et même l’éventuel polymorphisme (différentes variétés cristallographiques possibles) grâce à des calculs basés sur l’équation de Schrödinger.

Certes, tout n’est encore pas calculable et il faut aussi recourir à la modélisation chimique. Mais l’emploi judicieux des différentes méthodes permet de converger rapidement vers des structures que l’on demande ensuite aux chimistes de synthétiser. Les mesures effectuées ensuite sont très proches des valeurs calculées : une enthalpie calculée à mieux que 0,5 kJ/g, une densité à 3 % près comme l’expliquait Philippe Simonetti de CEA-DAM. L’objectif avoué de cette démarche est de rendre les programmes de développement moins coûteux et plus rapides.

A un niveau au dessus, c’est à dire à celui du mélange des poudres et des liants, les connaissances fondamentales trouvent également des applications comme l’a exposé Stéphane Benazet de SME (SNPE) : il est possible d’agir sélectivement sur les différentes faces d’un même cristal pour modifier la forme des cristaux et les rendre ainsi plus aptes à la compression par exemple (un problème que l’on retrouve chez les pharmaciens).

Les mécanismes réactionnels ultrarapides (nanoseconde et même picoseconde) sont maintenant décorticables par des mesures ultrarapides. La structure d’une flamme est modélisée très finement avec des centaines de réactions possibles et plusieurs dizaines de réactifs transitoires.

Ces recherches servent bien sûr à développer des composés plus énergétiques pour les militaires, à trouver des compositions moins toxiques et aussi à des applications civiles, la plus connue étant celle du gonflement des airbags par des composés pyrotechniques. Une application qui se fait jour également est l’alimentation de pile à combustible par de l’hydrogène généré lentement par un composé chimique.

Les préoccupations environnementales sont prises au sérieux à la DGA depuis la nomination d’un homme « développement durable » en la personne de Claude Eon depuis un an.

Passons sur les arguments défense utilisés pour justifier a posteriori ce qui se faisait déjà (furtivité infra rouge et sonore par exemple), mais un certain nombre de pays sont engagés de manière forte dans cette voie. La Suède par exemple qui en 2004 inclura l’environnement dans 80 % de ses appels d’offre. Les critères requis sont les mêmes que pour les activités civiles : consommation d’énergie, recyclabilité, réduction des émissions et des substances à risque etc.

Les Etats Unis, plus récemment se sont lancés aussi dans ce créneau. A tel point que l’on dispose aujourd’hui de la signature environnementale (l’expression est jolie) du procédé de fabrication de la GBU 24 qui n’est autre… qu’une bombe. Ce pays prévoit aussi la mise en place d’écolabels. Pas d’angélisme dans le fait que la France se lance également dans cette démarche : les enjeux économiques sont importants et les positions sur le marché mondial devront être défendues aussi sur ces aspects.

Christian Guyard

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles