Nous suivre Industrie Techno

SBB Tech remplace le métal par un polymère dans ses réducteurs pour la robotique ludique

Jean-François Preveraud
SBB Tech remplace le métal par un polymère dans ses réducteurs pour la robotique ludique

Conserver de bonnes caractéristiques mécaniques, tout en réduisant la masse et le coût des réducteurs.

© DR

Le constructeur remplace le métal par un polymère dans la construction de réducteurs de vitesse utilisés en robotique ludique. Il réduit ainsi le masse et le coût de ces équipements.

Le constructeur coréen SBB Tech, spécialiste depuis plus de vingt ans de la fabrication et de la fourniture de roulements à billes en métal ou en céramique pour environnements spéciaux, remplace le métal jusqu’alors utilisé dans la fabrication de ces réducteurs de vitesse pour la robotique ludique, par le polymère PEEK de Victrex. Le fabricant a ainsi pu réduire leur masse et leur coût de production.

Ces réducteurs sont notamment destinés aux robots légers comme les modèles humanoïdes devant être utilisés chez les particuliers ou dans les écoles. Ils sont généralement composés d’un pignon intérieur, d’un pignon extérieur et d’un dispositif d’entraînement.

« Le pignon extérieur doit être particulièrement résistant et élastique pour supporter de longues heures de rotation sans dommage. L’utilisation du métal permet d’obtenir une denture à profil fin et régulier, mais le métal a tendance à perdre de son élasticité avec le temps. L’élasticité supérieure du polymère PEEK élimine tout problème à l’engrènement des deux pignons », explique Lee Bu-Rak, président de SBB Tech.

Pour cette première Coréenne que constitue la mise au point d’un réducteur en plastique, SBB Tech a travaillé en étroite collaboration avec Victrex Polymer Solutions pour affiner la conception, les performances et la fabrication des composants en PEEK. « La création d’un profil de denture fin n’est pas une tâche facile », constate Brian Kim, l’un des responsables de l’assistance technique Victrex en Corée, « car une denture fine et étroite risque de s’écraser ou de compliquer l’engrènement des deux pignons. La difficulté réside dans l’obtention d’une denture qui soit très dense tout en restant solide, ce qui est réalisable avec le PEEK ».

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.sbb.co.kr & http://www.victrex.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles