Nous suivre Industrie Techno

SAP s'offre Business Objects

Industrie et  Technologies
Le géant allemand de l'ERP vient de faire l'acquisition du spécialiste Franco-américain de la business intelligence. Une entorse à sa volonté d'axer son développement sur une croissance organique, dictée par sa détermination à contrer Oracle.


L'éditeur allemand de logiciels d'entreprise SAP a annoncé dimanche l'acquisition la plus importante qu'il ait jamais réalisée, celle de Business Objects pour un peu plus de 4,8 milliards d'euros. Il offre en effet 42 euros par action, ce qui représente une prime de 20% par rapport au cours de clôture de Business Objects vendredi. SAP a précisé que cette acquisition ne devrait pas entraîner de restructuration à grande échelle. « Les opportunités sur la première ligne de produits sont telles que nous n'avons pas besoin de lourde restructuration », rassure en effet  Henning Kagermann, le président du directoire de SAP.

Au terme de cette opération Business Objects deviendrait une Business Unit indépendante de SAP, qui resterait dirigée par John Schwarz, l'actuel CEO de Business Objects. Celui-ci deviendrait membre du Directoire de SAP, tandis que Bernard Liautaud, Président du conseil d'administration et fondateur de Business Objects, serait invité à devenir membre du Conseil de Surveillance de l'éditeur allemand.

Une entorse à la stratégie

Cette acquisition va à l'encontre de la stratégie clairement affichée jusque là par SAP qui axait son développement sur la croissance organique, contrairement à son grand rival américain Oracle, qui a déjà dépensé plus de 20 milliards de dollars pour acquérir de la technologies et des parts de marché.

Cette acquisition suscite donc un certain nombre d'interrogation. Déjà sur le prix offert. Business Objects a en effet annoncé que son chiffre d'affaires du troisième trimestre serait en retrait par rapport aux attentes des analystes (370 millions de dollars contre 385 M$ attendus). SAP, qui compte boucler cette acquisition début 2008, a d'ailleurs prévu qu'elle entraînerait une légère baisse du dividende par action, malgré une hausse espérée des profits.

Autre interrogation, la remise en cause de la stratégie affichée de longue date par SAP qui misait sur la croissance organique, d'autant que dans ce cas il existe un fort recouvrement entre les offres des deux éditeurs. Comme le font remarquer les analystes tels Oddo Securities : « nous sommes relativement surpris que SAP jette son dévolu sur Business Objects dans le cadre d'une opération de cette envergure. En effet, SAP dispose déjà de près de 90% des produits de Business Objects avec parfois de multiples redondances. Dans le domaines des applications financières, SAP aura à gérer, par exemple, les doublons de Cartesis, BO Planning, Outlooksoft, BPS et SEM ».

« SAP a toujours défendu l'idée qu'ils ne voulaient pas acquérir de base installée et c'est pourtant de cela dont il s'agit ici. Il nous apparaît donc que la stratégie d'Oracle de racheter de nombreux éditeurs, souvent présents dans la base installée de SAP, commence à irriter le géant allemand, ce qui pourrait annoncer d'autres acquisitions significatives dans les mois à venir. Autre explication possible, le pipeline d'upgrade de SAP commence à s'essouffler chez ses clients ».

La course entre SAP et Oracle s'accélère, d'autant qu'une contre offre d'Oracle sur Business Objects reste toujours possible.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.sap.com & http://www.france.businessobjects.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Au Sido, les start-up misent sur l'IA pour séduire l'industrie

Au Sido, les start-up misent sur l'IA pour séduire l'industrie

Les start-up n'ont pas manqué le rendez-vous du salon international des objets connectés (Sido) de Lyon pour présenter leur[…]

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

La première Ecole IA Microsoft de Lyon

La première Ecole IA Microsoft de Lyon

Plus d'articles