Nous suivre Industrie Techno

Lu sur le web

Samsung et Baidu, deux géants asiatiques qui veulent s’imposer sur le véhicule autonome

Juliette Raynal
Samsung et Baidu, deux géants asiatiques qui veulent s’imposer sur le véhicule autonome

Baidu mène des tests réalisés sur des BMW série 3, modifiées et équipées de Lidar, de capteurs, de caméras et de logiciels de Deep Learning et de cartographie.

© Baidu

Samsung vient d’ouvrir un nouveau département dédié à la production de composants pour les véhicules connectés et autonomes. Baidu, le "Google" chinois, entend pour sa part fabriquer son propre véhicule sans chauffeur. Des expérimentations ont déjà débuté sur des autoroutes au nord de Pékin.

Samsung compte bien se faire une place sur le marché des véhicules autonomes. Pour cela, le conglomérat sud-coréen ne prévoit pas de concevoir son propre véhicule sans chauffeur, à l’image de son rival Apple avec le projet Titan. Il mise sur une autre stratégie en annonçant l’ouverture d’une nouvelle division dédiée à la fabrication de composants pour les constructeurs automobiles. Une approche déjà adoptée en 2013 par LG, note le site Engadget.

Cette diversification paraît presque évidente tant les univers du mobile et de la voiture tendent à converger. D’après les premières informations, la nouvelle entité devrait d’abord fabriquer des composants électroniques pour l’info-divertissement, domaine dans lequel Samsung détient une certaine expertise (batterie,  technologie GPS, connexion sans fil, écran tactile, processeur, etc.). A terme, ce sont bien des composants pour les véhicules autonomes que souhaite produire le conglomérat coréen, qui n’a pas donné davantage de détails.

Un véhicule autonome dédié au transport public

Mais Samsung n’est pas le seul géant asiatique à convoiter le marché des véhicules autonomes. Le moteur de recherche chinois Baidu vient de révéler qu’il concoctait, lui aussi, son propre véhicule sans chauffeur. L’entreprise chinoise envisage de proposer un véhicule dédié au transport public plutôt qu’une voiture pour un usage individuel. C’est Andrew Ng qui pilote cette initiative. Chercheur à l’Université de Stanford, il avait notamment collaboré avec Google sur des algorithmes de Deep learning.

Baidu mène actuellement une série d’expérimentations sur des autoroutes situées au nord de Pékin. Ces tests sont réalisés sur des BMW Série 3, modifiées et équipées de Lidar, de capteurs, de caméras et de logiciels de Deep Learning et de cartographie développés par Baidu. L’agence de presse étatique Xinhua affirme que le prototype du véhicule sans chauffeur aurait atteint une vitesse de 100 km/h lors des essais. Baidu a, quant à lui, précisé qu’il tablait sur un déploiement d’ici trois ans. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

Dossiers

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

La perception 3D dynamique, la maîtrise de situations variées et l’explicabilité des algorithmes restent des obstacles[…]

27/10/2020 | 3DGoogle
Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Dossiers

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Dossiers

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Dossiers

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Plus d'articles