Nous suivre Industrie Techno

C’est pas nouveau, quoique !

Salon de Genève : Renault Scénic génération 4 s’ouvre à l’hybride

Salon de Genève : Renault Scénic génération 4 s’ouvre à l’hybride

Mégane Scénic IV, un monospace compact aux allures de SUV

Le Salon de l’automobile de Genève est avec ceux de Paris et de Francfort l’un des principaux lieux d’annonce de nouveaux véhicules en Europe. Rien d’étonnant donc à ce que Renault ait choisi Genève pour présenter la 4e génération de son monospace Scénic. Une histoire qui a débuté en 1991 avec un concept car, puis un premier modèle en 1995. Un véhicule qui a été déjà vendu à près de 5 millions d’exemplaires. Avec cette fois une surprise, une version hybride !

Le concept car Scénic présenté par Renault au Salon de l’auto de Francfort en 1995 lançait le concept de monospace compact, épaulant ainsi le monospace haut de gamme Renault Espace lancé en 1984. Il était basé sur la plate-forme de la Renault Mégane dont il constituait l’une des déclinaisons.

                   

L’idée du monospace compact a été impulsée en 1988 par Patrick Le Quément, directeur du design de Renault, lors des premières réflexions sur le renouvellement du milieu de la gamme, qu’il voyait comme une plate-forme pouvant prendre de multiples visages (cabriolet, coupé, berline 2 et 3 corps, break, monospace). Cette démarche s’est traduite par la présentation en 1991 du concept car Scénic, réalisé sous la houlette d'Anne Asensio, très axé sur la sécurité et l’innovation, car ce nom voulait dire Safety Concept Embodied in a New Innovative Car.

Scénic I : 1996 - 2003

Devant l’engouement du grand public pour ce concept car, les études pour un modèle de série ont été lancées et ont abouti à la présentation du Mégane Scénic I au Mondial de l’automobile de Paris de 1995. C’était le véhicule qui rendait le monospace accessible au plus grand nombre. Plus petit que l’Espace, il s’inscrivait dans l’esprit de l’époque avec des formes rondes et douces, ainsi qu’une position haute des sièges procurant une bonne visibilité et une sécurité active et passive accrue, tout en offrant l’habitabilité, la modularité et le confort qui siéent à un véhicule à vocation familiale.

                   

En effet, Scénic I était déjà équipé de trois sièges indépendants à l’arrière, afin que chaque enfant puisse avoir son propre espace et que l’on puisse configurer l’habitacle en fonction de ses besoins. De plus, des tablettes équipaient le dos des sièges avant et de nombreux rangements, notamment dans le plancher, étaient proposés. Enfin, le coffre, cubique, offrait un gros volume de chargement permettant d’emporter tous les bagages d’une famille. Bref une ‘‘voiture à vivre’’. Côté innovation, ce modèle marquait les débuts de l’utilisation de matières recyclables, ainsi que l’utilisation de l’ABS couplé à une transmission automatique. Des points qui en firent la ‘‘Voiture européenne de l’année 1997’’.

Scénic II : 2003 - 2009

Après un restylage en 1999, la première génération de Scénic a été remplacée en 2003 pour répondre à une concurrence grandissante (Citroën Xsara Picasso, Opel Zafiara…). Le design de la Mégane Scénic II, moins haut mais plus large, devait à la fois capitaliser sur le succès de la première génération vendue à 2,8 millions d’exemplaires et conserver sa position de référence du marché, tout en utilisant les lignes plus géométriques de la nouvelle berline Mégane II. L’idée novatrice fut de créer trois versions : Un Scénic court de 4,30 m avec 5 places ; un Grand Scénic long de 4,50 avec 5 ou 7 places. De plus, alors que la première génération réutilisait la planche de bord de la berline, cette 2e génération a été dotée d’une planche de bord spécifique, dont le pontet central accueillait le levier de changement de vitesses, pour plus d’ergonomie et de précision. Autres nouveautés dans l’habitacle, le rangement central coulissant et le dossier du siège avant rabattable formant table. Les designers ont d’ailleurs mis l’accent sur les espaces de rangement qui représentaient plus de 90 litres.

                  

Côté nouveautés technologiques, le Mégane Scénic II adoptait un frein de parking automatique, des projecteurs bi-xénon, la carte mains libres, le système de surveillance de pression des pneumatiques, un régulateur et limiteur de vitesse, ainsi que l’aide au stationnement. Mégane Scénic II sera vendu à un peu plus de 1,3 million d’exemplaires, tandis que la concurrence du Citroën C4 Picasso se fait beaucoup plus virulente.

Scénic III : 2009 - 2016

Difficile d’innover sans déstabiliser quand on est la référence du marché. C’est pourtant ce que vont faire les designers de Renault avec la 3e génération qui sera présentée au Salon de l’auto de Genève en 2009. La Mégane Scénic III offrait un design différent de la face avant et de l’arrière entre ses versions Scénic et Grand Scénic, tout en s’inspirant des lignes plus arrondies et plus douces de la Mégane III.

                   

Mais les principales nouveautés sont dans l’habitacle où l’accent est mis sur l’agrément de conduite et le confort. Ainsi la vision vers l’avant est élargie, tandis que les passagers arrière se voient offrir plus d’espace au niveau des genoux. Les dossiers des sièges de la rangée centrale deviennent eux aussi rabattables pour former une table. Enfin, ce modèle, comme l’ensemble de ceux de la gamme Renault de l’époque, voit une arrivée massive du multimédia. Ecologie oblige les motorisations essence et diesel sont renouvelées pour être plus respectueuses de l’environnement. Cette 3e génération adoptera la face avant symbolisant la nouvelle identité du groupe en 2013. Cette version redeviendra alors le monospace compact le plus vendu en France sur les années 2013, 2014 et 2015. La Mégane Scénic III a été vendues jusqu’à aujourd’hui à plus de 600 000 exemplaires.

Scénic IV : 2016 …

Mais au bout de sept années d’existence, Renault se devait de renouveler son modèle. Un premier aperçu de cette évolution a été donné au Salon de l’auto de Genève 2011 avec la présentation du concept car R-Space, réalisé sous la direction de Laurens van den Acker. Celui-ci voulait allier les besoins de la famille avec la sensualité, la fonctionnalité avec la sportivité, à l’image de la famille moderne, multiple, qui veut une voiture belle et pratique.

                  

C’est cette réinterprétation du monospace compact qui a donné naissance aujourd’hui à la 4e génération de Scénic qui tranche par rapport à l’image du monospace à laquelle Renault nous avait habituée. Nous sommes ici beaucoup plus proche du SUV avec des roues de grand diamètre (20 pouces), des protections de bas de caisse et une peinture bicolore, même si la modularité, le multimédia, le plaisir de conduite et la sécurité sont toujours de mise.

Avec son design de rupture la Mégane Scénic IV entend, 20 ans après la sortie de la première génération, redéfinir le monospace compact. Déjà un Scénic IV c’est plus haut, plus large et plus long, tout en offrant un équilibre harmonieux. La ceinture de caisse et le pare-brise plongeants vers un capot court, ainsi que les épaules marquées, apportent une vraie fluidité à la silhouette, tout en renforçant le côté monospace. Le pare-brise et les deux vitres latérales séparées par des montants minces offrent une vraie vue panoramique. Touche finale du design extérieur, les roues de 20 pouces (17 pouces sur Scénic III) renforcent l’aspect SUV et sont un vrai élément de personnalisation avec une multitude de jantes et d’inserts décoratifs.

                   

A l’intérieur, la planche de bord, en continuité avec les panneaux de porte, renforce la sensation d’espace, tout en se recentrant vers le conducteur. La visière du tableau de bord intègre un afficheur couleur tête haute (vitesse, navigation, aides à la conduite). La tablette 8,7 pouces R-Link 2 sur la console centrale est identique à celle de la berline Mégane IV, de la Talisman ou de l’Espace V. Elle est dotée de la reconnaissance vocale pour la navigation, le téléphone, les applications et la radio.

Une technologie dite Multi-Sense permet de personnaliser ‘‘l’expérience de conduite’’, c’est-à-dire d’agir dans certaines limites sur la réponse de la pédale d’accélérateur et du moteur, sur le temps de passage des vitesses avec une boîte de vitesses automatique EDC, sur la fermeté de la direction, sur les 5 ambiances lumineuses de l’habitacle, ainsi que sur la fonction massage du siège conducteur, quand elle est disponible.

Cette commande Multi-Sense, positionnée sur la console centrale, permet d’accéder directement aux cinq modes de conduite, affichées sur l’écran de R-LINK 2 : neutre, sport, confort, personnalisé, éco.

Une version hybride pour la fin de l’année

Côté innovations technologiques en termes de conduite la Mégane Scénic IV apporte un freinage actif d’urgence (AEBS), basé sur une caméra frontale et un radar, fonctionnant entre 7 et 60 km/h, pour éviter les collisions avec les piétons. En plus des assistances à la conduite habituelles, un assistant au maintien de voie (LKA), actif entre 70 et 160 km/h, évite de franchissement de lignes en agissant directement sur la direction, tandis qu’une alerte détection de fatigue (FDW) est aussi proposée.

La Mégane Scénic IV sera proposée avec 6 motorisations diesel et 2 motorisations essence s’étalant de 95 à 160 ch. Mais la principale nouveauté dans ce domaine résidera dans une version Hybrid Assist où le moteur diesel Energy dCi 110 avec boîte à 6 vitesses manuelle sera associé à un moteur électrique couplé à une batterie de 48 V, qui lui apportera un surplus d’accélération, notamment à bas régime. Ce système permettra aussi la récupération d’énergie lors de la décélération.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.renault.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Pas encore en vacances ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider à garder néanmoins le sourire.[…]

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Mobilité hydrogène : Plastic Omnium ouvre deux centres de R&D en Belgique et en Chine

Mobilité hydrogène : Plastic Omnium ouvre deux centres de R&D en Belgique et en Chine

Plus d'articles