Nous suivre Industrie Techno

Safran pilote un projet de pile à combustible pour avion

Safran pilote un projet de pile à combustible pour avion

Générateur de pile à combustible.

© Safran Power Units/Angélique Brandan

A travers le projet PIPAA piloté par Safran, différents acteurs publics-privés vont développer et qualifier un système de pile à combustible pour l'alimentation électrique de systèmes pour avions, hors propulsion. L'investissement s'élèvent à 51,6 millions d'euros sur 5 ans. Les premières applications commerciales sont attendues pour 2019-2020. 

Safran Power Units, une filiale de Safran spécialisée dans les systèmes de fourniture d'énergie non propulsive pour avions et hélicoptères, a pris la tête d'un nouveau projet collaboratif de recherche et développement d'une pile à combustible pour l'alimentation électrique de systèmes pour avions, hors propulsion. Baptisé PIPAA, pour « pile à combustible pour applications aéronautiques », le projet vise à développer des démonstrateurs applicatifs pour une commercialisation de premières solutions intégrant des piles à combustible dans l’aéronautique à l’horizon 2019-2020.

Deux premières applications ont été clairement identifiées et retenues : le développement d'une solution pour alimenter un système de taxiage autonome (le moteur électrique est installé dans le train principal de l'avion) destiné au roulage au sol des avions commerciaux et le développement d'une solution destinée à fournir la puissance électrique requise par un avion d'affaires, au sol et en vol, dans le cas de missions spéciales. « Il s'agit par exemple d'assurer les besoins spécifiques en énergie liés à la médicalisation de personnes, dans le cadre d'une mission d'évacuation sanitaire », explique Fabien Boudjemaa, chef du projet PIPAA. Dans les deux cas, le générateur de pile à combustible sera embarqué dans la soute des appareils.

Un investissement de 51,6 millions d’euros

Le compte à rebours est engagé, avec un calendrier serré. Les 18 premiers mois seront consacrés au design des deux démonstrateurs. 18 mois seront ensuite nécessaires pour la réalisation des systèmes physiques et les campagnes d'essais sur bancs, avant d'engager les phases d'intégration sur un avion commercial pour le premier démonstrateur et sur un avion d'affaires, de type Falcon, pour le second. Labellisé par le pôle de compétitivité Aerospace valley, PIPAA devrait mobiliser 51,6 millions d'euros sur 5 ans, financés à hauteur de 19,3 millions d'euros par le Programme d'Investissement d'Avenir.

Des partenaires public-privé

Safran Power Units embarque dans l'aventure plusieurs partenaires publics et privés. Du côté des industriels, le vendéen Tronico apportera son expertise en électronique de puissance (notamment sur les aspects conversion d'énergie) et la société Ad-Venta, ses compétences dans le développement de composants adaptés au stockage de l'hydrogène. Cette TPE, créée en 2005 dans la Drôme, a mis au point une nouvelle génération de têtes de réservoir qui assure la sécurité du stockage de l'hydrogène dans des applications mobiles. La compagnie EasyJet contribuera pour sa part aux premiers essais embarqués de la solution de taxiage sur un Airbus de la famille A320.

Côté recherche, Safran Power Units pourra compter sur le Liten, le Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Energies nouvelles et les Nanomatériaux du CEA et sur l'INP de Toulouse et les moyens de la plateforme PACAERO (Piles à combustible dans un contexte Aéronautique) du laboratoire Laplace (CNRS/INPT/UPS), dont les bancs de tests seront mis à contribution.

Deux vitrines technologiques

Une équipe toulousaine de l'Enac (Ecole Nationale de l’Aviation Civile) est également associée au projet pour des études spécifiques portant sur l'opérabilité de l'hydrogène dans le contexte d'une plateforme aéroportuaire, au titre du programme régional HyPort, dont PIPAA est l'un des volets. Retenu dans le cadre de l’appel à projets national « Territoires hydrogène », HyPort, initié par la Région Occitanie, vise à faire des deux plateformes aéroportuaires de Toulouse-Blagnac et de Tarbes-Lourdes-Pyrénées des vitrines technologiques au service du développement d'usages de mobilité à hydrogène (avions, mais aussi voitures, bus, taxis, véhicules utilitaires...) avec l'ambition de structurer une filière hydrogène régionale solide. « PIPAA devra ainsi contribuer à valider l'ensemble d'une chaîne de distribution et d'avitaillement en hydrogène des aéronefs sur une plateforme aéroportuaire », insiste François Tarel, Directeur Général de Safran Power Units.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Circuit de chaleur, 3IA Grenoble, Ghryd ... les meilleures innovations de la semaine

Circuit de chaleur, 3IA Grenoble, Ghryd ... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Comment Airbus a utilisé Palantir pour assurer la montée en cadence de l’A350

Comment Airbus a utilisé Palantir pour assurer la montée en cadence de l’A350

La nacelle du Stratobus de Thales Alenia Space est validée par le CNIM

La nacelle du Stratobus de Thales Alenia Space est validée par le CNIM

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Plus d'articles