Nous suivre Industrie Techno

S'affranchir des lunettes à tout prix

RIDHA LOUKIL ET ANTOINE CAPPELLE redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Le marché des écrans 3D ne fait que démarrer dans le grand public. Les ventes sont croissantes, mais les utilisateurs ont encore des raisons de douter. Les écrans domestiques nécessitent le port de lunettes, la visualisation est parfois inconfortable, et les technologies ne sont pas standardisées. Pourtant les contenus se développent. L'arrivée de la 3D sans lunettes changera peut-être la donne.

La vision en 3D est une histoire ancienne. Appliquée à la photographie dès le XIXe siècle, elle a tenté de gagner le cinéma à plusieurs reprises, notamment dans les années cinquante. Mais faute de technologies satisfaisantes, ce n'est qu'en 2009, avec le film Avatar, que la 3D parvient à s'imposer dans les salles. Le matériel audiovisuel grand public ne tarde pas à suivre, et tous les magasins proposent aujourd'hui des écrans capables de lire des images en relief. « Le marché n'a vraiment démarré qu'en octobre 2010 », analyse Hervé Vancompernolle, directeur marketing de Sony France. « L'offre de produits va s'élargir, les prix deviendront plus attractifs, et le contenu va se développer. »

À chaque technologie son type de lunettes

Les appareils actuels sont-ils mûrs, les technologies sont-elles prêtes pour réellement conquérir le grand public ? Les différents modèles d'écrans ne sont pas compatibles d'un constructeur à l'autre. Plusieurs technologies d'affichage coexistent : avec lunettes passives ou actives. On ne peut donc pas toujours utiliser les mêmes lunettes sur des téléviseurs différents. « Il y a de la place pour les différentes technologies », estime Pascal Chevallier, délégué général adjoint du Syndicat des industries de matériels audiovisuels et électroniques (Simavelec). « Chacun peut trouver les différents modes de vision en relief plus ou moins bien adapté à sa vue. »

C'est la grande difficulté de l'image en relief : on a affaire à des phénomènes physiologiques complexes. Regarder un film en 3D peut susciter un inconfort, voire des maux de têtes chez une personne, tandis que son voisin n'y verra aucun inconvénient. « L'un des critères de qualité d'une image en relief, c'est de ne pas voir de "fantômes", c'est-à-dire éviter que l'image de l'oeil droit soit vue par l'oeil gauche, et inversement », explique le stéréographe Laurent Verduci, spécialiste de la création d'images en relief. Pour lui, le marché de la 3D grand public est encore trop neuf. « Il est compliqué d'obtenir une image de bonne qualité, il faut jouer sur les nombreux réglages du téléviseur. »

Avec l'hologramme, le relief n'a plus besoin d'écran

De plus, regarder un film en famille dans son salon quand chacun porte de grosses lunettes sur le nez peut sembler inconfortable et peu convivial. Les grands fabricants d'audiovisuel s'intéressent donc au relief sans lunettes. Certains ont dévoilé des prototypes d'écran, mais aucun n'a encore révélé de téléviseurs destinés à la vente. Cette technologie est encore réservée à des usages professionnels. L'entreprise Alioscopy produit des écrans qui pourraient devenir le standard de cette technologie. Ils projettent simultanément huit images au lieu de deux, et permettent de se déplacer tout en continuant à voir le relief. D'autres systèmes nécessitent en revanche un point de vue fixe. Ils s'appliquent à de petits écrans, et existent déjà sur certains appareils comme les caméscopes 3D.

Avec ou sans lunettes, les écrans ne seront pas adoptés si un contenu de qualité n'est pas proposé. Certains téléviseurs offrent la possibilité de transformer en direct un contenu 2D en relief. Une méthode aux résultats hasardeux, qui risque de décevoir les utilisateurs. Créer ses propres images pourrait être un moteur pour les utilisateurs : plusieurs modèles de caméscopes grand public à deux objectifs sont déjà sur le marché, et capturent des images de qualité satisfaisante, selon Laurent Verduci : « Ces objets sont intéressants, ce ne sont pas de simples gadgets », estime-t-il.

Après les écrans en relief, les prochaines années verront peut-être éclore le relief sans écran. C'est du moins ce que prévoit IBM, en plaçant les hologrammes dans la liste des « cinq innovations qui changeront nos vies dans les cinq années à venir ». D'après le constructeur d'électronique, il deviendrait possible de discuter par hologrammes interposés. Jean-Marc Fournier a enseigné l'holographie à l'université de Harvard. Il se montre plus prudent sur l'avenir de la technologie : « Dès la fin des années soixante-dix, on espérait que les hologrammes 3D allaient envahir le monde. Je ne pense pas que nous verrons ce genre d'applications dans un avenir proche. » Les hologrammes animés sont encore dans les laboratoires. Les fans de science-fiction devront attendre pour communiquer comme dans La Guerre des étoiles.

PRÉVISION

91 millions de téléviseurs 3D devraient être vendus dans le monde en 2014 (Source : DisplaySearch).

DES LUNETTES EN CARTON À L'HOLOGRAPHIE

AVEC DES LUNETTES PASSIVES L'écran est couvert d'un revêtement polarisant qui diffuse deux images polarisées : l'une pour l'oeil droit, l'autre pour l'oeil gauche. De simples lunettes en carton suffisent pour percevoir le relief. Les verres en plastique agissent comme des filtres ne laissant passer que l'image correspondant à chaque oeil. Ce procédé est utilisé souvent au cinéma. Avantage : les lunettes sont légères et bon marché. Inconvénient l'écran coûte plus cher. AVEC DES LUNETTES ACTIVES L'écran affiche de façon alternée les images droite et gauche. L'affichage est synchronisé avec des lunettes dont les verres s'obturent alternativement de façon à laisser voir l'image droite par l'oeil droit, puis l'image gauche par l'oeil gauche et ainsi de suite. La synchronisation est assurée par une liaison infrarouge. Avantage : l'écran 3D est quasi identique à un écran 2D. Inconvénient : les lunettes, munies de verres à LCD, d'électronique et de batteries, sont lourdes et chères. L'AUTOSTÉRÉOSCOPIE L'écran est couvert d'un film optique à barrière de parallaxe ou à lentilles. Grâce à ce film, une colonne de pixels pour l'image droite alterne avec une colonne de pixels pour l'image gauche. Résultat : plus besoin de lunettes pour percevoir le relief. La technologie fonctionne avec un seul point de vue sur petits écrans. Mais sur grands écrans commela télévision, il faut multiplier les points de vue pour offrir un grand-angle de vision 3D. L'HOLOGRAMME L'hologramme est une image en relief visible sans lunettes particulières. Elle est enregistrée sur un support, physique ou numérique, grâce aux interférences entre deux faisceaux lasers, dont l'un est projeté sur l'objet à photographier. L'image est restituée en projetant un faisceau sur le support. En utilisant un matériau particulier, on sait faire aujourd'hui des hologrammes en temps réel dont l'image change toutes les deux secondes.

LA 3D SANS LUNETTES DÉJÀ SUR LE MARCHÉ

TÉLÉVISION Deux téléviseurs LCD de 12 et 20 pouces sont proposés par Toshiba. L'effet 3D est obtenu par un film lenticulaire associé à neuf points de vue. Ils sont commercialisés au Japon depuis un an. CAMÉSCOPE Le caméscope HDR-TD10E de Sony filme et affiche en 3D sur son écran LCD de 3,5 pouces. L'effet 3D est assuré par une barrière de parallaxe. Il sera sur le marché en avril 2011. CADRE PHOTO NUMÉRIQUE Le NF-300i 3D de Nikon dispose d'un écran LCD lenticulaire de 7,2 pouces. Il affiche en 3D des photos obtenues par conversion d'image 2D via un service en ligne dédié. Il est disponible uniquement au Japon. SMARTPHONE Le Galapagos de Sharp affiche en 3D sur un écran LCD de 3,8 pouces à barrière de parallaxe. L'un des deux modèles filme également en 3D. On le trouve uniquement au Japon. CONSOLE DE JEUX La console de jeux portable 3DS de Nintendo est munie d'un écran LCD 3D de 3,5 pouces. Elle prend également des photos 3D grâce à ses deux caméras. Sur le marché en mars 2011.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0930

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

Bâtiments à énergie positive : de l'énergie à revendre

Bâtiments à énergie positive : de l'énergie à revendre

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Plus d'articles