Nous suivre Industrie Techno

Roquette opte pour une chaudière à bois et la géothermie

L'amidonnerie Roquette de Beinheim (Alsace) a commencé sa conversion aux énergies renouvelables. Après la mise en service d'une chaudière à bois qui couvre 50 % de ses besoins de chaleur, elle prévoit d'en produire 25 % par géothermie.

LE PROBLÈME : RÉDUIRE LES GAZ À EFFET DE SERRE

Depuis le Grenelle de l'environnement, les industriels sont incités à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L'évolution du prix du gaz, ainsi que du prix des émissions de CO2 sont fortement incitatifs. C'est ce qui a décidé l'usine Roquette de Beinheim, en Alsace, à entamer une démarche de diversification de son mix énergétique. Jusqu'en 2011, la vapeur nécessaire à sa production d'amidon était alimentée par du gaz naturel. La société a souhaité réduire sa dépendance à cette ressource en même temps que son empreinte carbone.

LA SOLUTION : SE CHAUFFER AU BOIS

Plusieurs options ont été considérées dans un premier temps. D'une part, celle de l'appel d'offres « CRE biomasse », visant à favoriser les projets de cogénération d'électricité et de chaleur à partir de biomasse. D'autre part, l'appel à projets du Fonds chaleur de l'Ademe, lancé fin 2008. C'est ce deuxième choix qu'a fait l'usine Roquette. « Celui-ci demandait un investissement plus faible pour l'installation d'une chaudière à bois, avec un rendement énergétique supérieur », justifie Clément Robert, le directeur du site. Comparé à la cogénération, ce système consomme une plus faible quantité de biomasse pour une même puissance thermique.

Roquette répond ainsi au premier appel à projets du Fonds chaleur de l'Ademe, en 2009, afin d'obtenir le financement d'une partie du projet. Celui-ci est validé : le groupe bénéficie d'une aide de 11,2 millions d'euros, étalée sur six ans. L'investissement total de ce projet se monte à 21 millions d'euros, pour remplacer 50 % de la consommation de gaz par du bois. Mais le groupe ne s'arrête pas là : un autre projet est en cours pour produire 25 % de la chaleur grâce à la géothermie. En juin 2011, Roquette s'associe au groupe ÉS et à la Caisse des dépôts pour créer la société Écogi. Son but est de construire une centrale à une quinzaine de kilomètres de l'usine, afin de puiser à plus de 2 500 mètres de profondeur une eau à plus de 150 °C. Celle-ci sera acheminée par des canalisations souterraines. L'investissement total est de 45 millions d'euros.

LE RÉSULTAT : 76 000 TONNES D'ÉMISSIONS EN MOINS

Mise en service en décembre 2011, la chaudière à bois de Roquette produit 43 mégawatts thermiques, soit 29 800 tonnes équivalent pétrole par an, à partir de 145 000 tonnes de bois, pour une réduction de 76 000 tonnes des émissions de CO2. Le combustible, utilisé sous forme de plaquettes, est issu à 60 % de l'exploitation forestière, dans un rayon de 100 kilomètres autour du site, et à 40 % de l'industrie du bois, avec des rondins inexploitables en bois d'oeuvre.

La centrale de géothermie, elle, devrait être opérationnelle début 2015, et faire grimper à 75 % la production de chaleur d'origine renouvelable de l'usine. Toutefois, le gaz garde un rôle : « l'activité industrielle suppose des arrêts pour maintenance et nettoyage, ainsi que des ralentissements en fonction du marché », explique Clément Robert. « Le gaz reste donc nécessaire en tant que ressource tampon, pour absorber ces variations d'activité tout en continuant à produire la chaleur renouvelable pour laquelle nous nous sommes engagés auprès de l'Ademe. »

ROQUETTE FRÈRES EN BREF

Implanté dans plus de 120 pays, ce groupe français fabrique plus de 700 produits chimiques à destination de la chimie, de l'agroalimentaire, de la cartonnerie et de la papeterie. L'usine de Beinheim (Bas-Rhin), un des cinq sites de production français, fabrique de l'éthanol et de l'amidon à partir de maïs et de blé.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0951

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

EDF investit dans PowerUp pour allonger la durée de vie de ses batteries dédiées au stockage stationnaire

EDF investit dans PowerUp pour allonger la durée de vie de ses batteries dédiées au stockage stationnaire

PowerUp a annoncé le 26 novembre avoir levé 5 millions d’euros, notamment auprès d’EDF. La start-up issue du CEA[…]

26/11/2020 | EDFCEA
Plastic Omnium veut conquérir le marché de la mobilité hydrogène en réduisant ses coûts de production

Plastic Omnium veut conquérir le marché de la mobilité hydrogène en réduisant ses coûts de production

[Cahier Technique] Avec le photovoltaïque organique, le solaire gagne en souplesse

[Cahier Technique] Avec le photovoltaïque organique, le solaire gagne en souplesse

Une membrane hybride pour une désalinisation plus efficace

Fil d'Intelligence Technologique

Une membrane hybride pour une désalinisation plus efficace

Plus d'articles