Nous suivre Industrie Techno

abonné

Robots industriels: ils savent (presque) tout faire

Guillaume Lecompte-Boinet
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Robots industriels: ils savent (presque) tout faire

Flexibles, mobiles et interconnectés, adaptés aux petites séries et aux grosses pièces : voilà en résumé la carte d'identité des robots dont les industriels ont besoin pour demain. Avec un impératif, un retour sur investissement le plus rapide possible.

Les robots ont fait des pas de géant en moins de trente ans. Vitesse, précision et même prix : « on peut dire qu'aujourd'hui, on est un peu aux limites de l'exercice », estime Jean-Hugues Ripoteau, PDG de Fanuc France, la filiale française du fabricant japonais. Les robots actuels offrent une précision au centième de millimètre quand leurs « ancêtres » travaillaient avec 1 mm de marge d'erreur. Et ce, avec une vitesse multipliée par plus de deux et des prix divisés par dix. « Les marges de progrès, il faut désormais les chercher dans de nouvelles fonctionnalités, comme la mobilité, la capacité du système à s'adapter rapidement et surtout, le rapprochement entre les hommes et les robots », ajoute le patron de Fanuc France.

Au-delà des fameux cobots, la grande tendance initiée par les constructeurs automobiles est de dé-confiner les cellules de robots d'assemblage pour que les opérateurs et les machines collaborent de façon étroite. Les industriels en attendent des gains économiques (un confinement représente jusqu'à 30 % du coût d'une cellule), et à terme, plus de souplesse dans l'organisation. « Certaines opérations de manutention ne seront plus nécessaires », ajoute Jean-Camille Uring, membre du directoire du groupe Fives et président du Syndicat des machines et des technologies de production (Symop). Cette mini révolution - qui en est à ses balbutiements - aura des conséquences sur toute la chaîne de valeur des robots. « Elle va nécessiter des architectures mécatroniques moins rigides, adaptées à la présence de l'homme, de nouveaux capteurs, des logiciels de supervision et de nouveaux algorithmes pour planifier les tâches », explique Karine Gosse, directrice de l'institut de recherche CEA-List. Le labo du CEA a développé un logiciel de contrôle avec une modélisation 3D du bras articulé et un système de recalage par caméra. Ce qui permet de définir des zones dans lesquelles le bras n'a pas le droit d'aller. « On trouvera surtout ces robots collaboratifs dans les opérations d'assemblage », note Jean-Luc Umhos, directeur général de Kuka France.

Devenir mobile pour tourner autour d'une pièce

L'autre grande tendance concerne l'agilité et la connectivité des robots. L'un des objectifs est d'installer les machines sur des chariots mobiles autonomes afin qu'ils tournent autour d'une[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0969

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

À Barcelone, OnRobot plaide pour une robotique plus accessible

À Barcelone, OnRobot plaide pour une robotique plus accessible

A l'occasion de l'inauguration des locaux de sa division Europe du Sud, le 7 novembre à Barcelone, le spécialiste des[…]

12/11/2019 |
Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Les robots s'attaquent aux chantiers

Les robots s'attaquent aux chantiers

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles