Nous suivre Industrie Techno

Robot d’assistance : l’effet Popeye

Charles Foucault

Sujets relatifs :

, ,
Robot d’assistance : l’effet Popeye

Le Cobot de RB3D supporte les efforts de l'opérateur.

© RB3D

Le robot collaboratif développé par la société RB3D subit les efforts à la place de l'opérateur qui le maneuvre. Celui-ci peut ainsi se concentrer sur la précision de ses gestes tout en évitant les troubles musculo squelettiques.

Cobot. Pour robot collaboratif. C’est ainsi que la société RB3D, créée en 2001 à Auxerre, a baptisé sa machine d’assistance à l’effort, mis au point en collaboration avec le CEA-List et le Cetim. L’opérateur est toujours là. Il meule, ponce, burine des pièces ou manipule des produits, mais l’effort impliqué par cette activité est pris en charge par le bras d’assistance fixé au dessus de son poste de travail et qu’il dirige par une poignée. Le Cobot annule aussi les vibrations, afin de lutter contre les si tristement connus troubles musculo squelettiques (TMS).

L’homme sert donc de contrôle commande et l’intelligence embarquée dans le bras mécatronique amplifie sa force d’un facteur 1 à 50 (selon les réglages effectués) grâce aux remontées d’informations en provenance d’un capteur d’effort. Le premier client du Cobot (qui ne désire pas se faire connaitre) a été livré en décembre 2011. Un démonstrateur portant un outil de parachèvement de pièces de fonderie devrait rejoindre le CEA durant ce premier semestre. Le Cobot coûte entre 150 000 et 200 000 euros, étude d’implantation et ingénierie de mise en place incluses.
 

                           


Charles Foucault.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

Limitée par les technologies de fabrication traditionnelles, l’optimisation de la dynamique des fluides trouve une nouvelle alliée[…]

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Dossiers

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Plus d'articles