Nous suivre Industrie Techno

Risk Weather Tech simule des milliers de tempêtes sur la France pour prévoir les risques

Martin Clavey
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Risk Weather Tech simule des milliers de tempêtes sur la France pour prévoir les risques

© Risk Weather Tech

10 000 tempêtes réalistes sur la France simulées ! La startup Risk Weather Tech a pu créer un catalogue de tempêtes réalistes permettant de prévoir les dégâts que pourraient engendrer de tels événements sur l’hexagone.

En utilisant le super calculateur Myria du Centre Régional Informatique et d'Applications Numériques de Normandie (CRIANN), la jeune startup Risk weather Tech a réussi à simuler 10 000 tempêtes probables et réalistes qui pourraient avoir lieu en France métropolitaine.

L’idée de cette toute jeune entreprise, créée en 2019 par la climatologue Blandine Lhévéder et l’expert dans les risques naturels Gilles André, est d’envisager une quantité importante de tracés réalistes de tempêtes qui pourraient avoir lieu sur le sol français afin de mieux anticiper des scénarios extrêmes sur notre territoire.

Si la première application est de donner des outils probabilistes pour le secteur assurantiel en permettant d’estimer plus finement le coût des sinistres naturels, ce genre d’outils pourrait aussi permettre de mieux connaître la vulnérabilité des grandes infrastructures installées récemment sur le territoire français comme les éoliennes ou les champs de panneaux solaires.

Des simulations réalistes prenant en compte l’atmosphère

L'apport de la simulation est d'explorer une quantité de situations de tempêtes bien plus importante et variée que les événements enregistrés. Concernant la France, seuls deux catalogues de tempêtes historiques existent : celui de Météo France, qui contient 354 tempêtes historiques enregistrées entre 1980 et 2020 et celui du Met Office, le service de météo britannique, qui en contient 52 sur la période de 1980 à 2013.

Un premier catalogue de 10 000 tempêtes simulées a été créé par le Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE). Mais l'approche utilisée ne s'appuie pas réellement sur la dynamique et la physique de l’atmosphère puisqu'il s'agit d'un générateur météorologique, qui génère des séries chronologiques aléatoires de variables climatiques avec des statistiques réalistes.

Risk weather Tech, elle, part bien de la modélisation de l'atmosphère. La start-up s'est inspirée d’une méthode de prévisions météorologique utilisée notamment pour les cyclones mais encore jamais pour des simulations massives de phénomènes météorologiques. Il s'agit du modèle météorologique Weather Research and Forecasting, qui permet de simuler l’atmosphère avec une résolution horizontale de 5 kilomètres.

Un catalogue solide

Grâce à une subvention du programme national Simséo d'accompagnement des TPE, PME et ETI à l'usage de la simulation numérique coordonné par le Grand équipement national de calcul intensif (Genci), la startup a pu utiliser 800 000 heures CPU du supercalculateur Myria du CRIANN pour simuler les 354 tempêtes recensées par Météo France puis les perturber 28 fois chacune afin d’obtenir leur catalogue de 10 000 tempêtes réalistes sur le territoire.

« La première difficulté a été de réussir à perturber suffisamment le modèle de circulation atmosphérique pour que les tempêtes initiales changent de trajectoire et d’intensité. Pour cela, nous avons dû débuter les simulations des tempêtes 4 jours avant qu'elles ne touchent la France, quand elles étaient au beau milieu de l’Atlantique », témoigne Blandine Lhévéder.

La start-up se targue d'avoir obtenu, pour les simulations des tempêtes historiques, des résultats très proches des observations de Météo France lors de ces événements.

La tempête d'octobre 1987 selon les observations de Météo France

La tempête d'octobre 1987 simulée par Risk Weather Tech

Le catalogue de ces 10 000 tempêtes réalistes simulées va permettre aux assureurs d’affiner leurs estimations de coût de tempêtes demandé par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. Risk weather Tech envisage maintenant d’améliorer son outil pour ajouter une couche d’informations sur les dommages éventuels créés par ces tempêtes.

Vidéo de la simulation par Risk weather Tech de la tempête Martin qui a touché une large moitié Sud de la France en 1999.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Collaboration start-up-grand groupe pour l'industrie 4.0 : tracer son chemin entre le sur-mesure et le générique

Collaboration start-up-grand groupe pour l'industrie 4.0 : tracer son chemin entre le sur-mesure et le générique

Arts et Métiers Accélération a organisé, mardi 6 juillet à Station F à Paris, un événement[…]

[Video] Grâce à la simulation, Facebook apprend aux robots à s’adapter à différents terrains

[Video] Grâce à la simulation, Facebook apprend aux robots à s’adapter à différents terrains

Comment le consortium « le Kollectiv » veut mettre l’exploitation des données au cœur du NewSpace

Comment le consortium « le Kollectiv » veut mettre l’exploitation des données au cœur du NewSpace

Cybersécurité dans le secteur de l'énergie : des infrastructures critiques à protéger

Avis d'expert

Cybersécurité dans le secteur de l'énergie : des infrastructures critiques à protéger

Plus d'articles