Nous suivre Industrie Techno

Révélations sur la corrosion

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Des chercheurs allemands ont développé une méthode pour déterminer la vitesse de corrosion de tous types d’objets. Elle basée sur l’utilisation de plaquettes de verres spécifiques.

A quelle vitesse une carcasse de voiture rouille-t-elle ? La verra-t-on disparaître plus vite dans le désert ou au fond d’un jardin en Europe ? Pas facile de répondre à cette question tant les mécanismes mis en jeu dans un tel processus sont complexes, sans parler de la cinétique des phénomènes.

C’est en réalité un vrai casse-tête si l’on a une approche en termes de phénomènes physico-chimiques individuels (humidité, ensoleillement, polluants gazeux etc) et en extrapolant de manière plus ou moins hasardeuse. Sans oublier que dans la nature, il y a toujours des organismes vivants qui vont trouver que la carcasse en question pourrait bien être un refuge pour eux ; leur fixation participera du mécanisme de dégradation.

Des chercheurs de l’institut des silicates (Fraunhofer ISC) ont développé, eux, une méthode globale. Elle basée sur l’utilisation de plaquettes de verre spécifique de quelques centimètres carrés que l’on expose quelques semaines puis que l’on observe au microscope et par spectroscopie infrarouge.

L’altération du verre sera révélatrice des mécanismes mis en jeu et de leur cinétique. Un résultat sera obtenu bien avant que l’objet que l’on étudie (la carcasse en question, ou bien une façade d’immeuble etc.) ne porte des traces visibles de dégradation.

Toute l’astuce est de fabriquer un verre avec une composition particulière qui le rend très corrodable (haute teneur de calcium et de potassium) et de savoir corréler les observations avec l’agressivité du milieu. Ce qui est intéressant c’est qu’à partir des données sur le verre il est possible d’en déduire ce qui se passera pour d’autres matériaux minéraux (pierres) et des métaux.

La méthode a été développée à partir de recherches sur les vitraux d’église et de bâtiments historiques, mais elle peut servir à des mesures industrielles.

 Ainsi Daimler Chrysler a vérifié si l’environnement autour des ses usines était corrosif. Des tests sont en cours dans une unité de production de puces électroniques en adaptant bien sûr la composition du verre à ces problèmes. Le procédé est même validé par une procédure reconnue (VDI Richtlinie 3955/2).

Christian Guyard

Pour en savoir plus
- Source ISC Fraunhofer
- Contact Dr Hannelore Römich tel + 49 93 42 92 21 703

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles