Nous suivre Industrie Techno

Respirez, vos matériaux dépolluent l'air !

MURIEL DE VÉRICOURT mvericourt@industrie-technologies.com

PRODUCTION Des routes, des murs ou des peintures chargés de rendre notre air plus respirable ? Il y a quelques années à peine, l'idée aurait pu sembler farfelue. Ce n'est plus le cas, grâce à une famille de produits en plein essor : les matériaux fixant ou dégradant les polluants.

Polluante, la fabrication du béton ? Dangereux, les composés qui s'échappent des peintures ? Face à ces accusations récurrentes, les fabricants ont maintenant un argument massue. Leurs produits seraient désormais capables de purifier l'air ! Du revêtement pour chaussée à la plaque de plâtre en passant par la toile à peindre ou la peinture, les matériaux de construction positionnés sur le créneau de la dépollution se bousculent au portillon.

La majorité de ces produits innovants reposent sur le même principe : la photocatalyse. « Avec ce procédé, les polluants sont dégradés lorsqu'ils entrent en contact avec un catalyseur actif sous l'effet de la lumière du proche ultraviolet », explique Jean-Marie Herrmann, de l'Institut de recherches sur la catalyse et l'environnement de Lyon.

Adoptée par l'industrie automobile dès les années 1980, cette technologie a ensuite essaimé dans le vitrage, essentiellement pour des fonctions d'entretien. Exemple, les verres autonettoyants Activ-TM de Pilkington ou Bioclean de Saint-Gobain. Mais aussi certaines pein-tures comme la gamme Stophotosan de Sto. De la destruction des salissures à celle des polluants de l'air, il n'y avait qu'un pas... que n'a pas hésité à franchir Ripolin, avec sa peinture Air Frais. Ou encore le groupe Calcia, avec son ciment TX Aria, commercialisé depuis 2006. Après une validation de son principe dans le cadre d'un programme de recherche européen, le cimentier est passé à des tests grandeur nature. Il ausculte depuis un an, à Vanves dans les Hauts-de-Seine, une portion de 300 mètres de chaussée en béton visant à retenir les émissions nocives des pots d'échappement. « Nous avons constaté que la concentration en dioxyde d'azote dans l'air pouvait être divisée par deux lors de pics de pollution assortis de conditions atmosphériques favorables. Le niveau de dépollution global en oxydes d'azote lissé sur l'année s'est élevé lui à 20 % », assure Philippe Vacher, responsable du service innovations du groupe. Des mesures réalisées à hauteur d'homme, ce qui, pour l'industriel, explique la différence avec le taux de destruction affiché par son principal concurrent, Eurovia, dont le revêtement NOxer capterait 90 % des gaz pollués arrivant au contact de sa surface.

 

Les industriels recherchent des molécules actives

 

Si la majorité des produits misent sur la photocatalyse, des technologies de rechange existent. Saint-Gobain en a inventé une, sur laquelle le groupe se montre discret, le brevet étant en cours de dépôt. L'industriel se contente d'annoncer des résultats très positifs pour ses plaques de Placoplâtre et ses toiles en fibre de verre Novelio CleanAir, lancées lors du salon Batimat en novembre dernier. « Soixante-dix pour cent des aldéhydes présents dans la pièce sont captés par ce produit, dont la durée de vie est de dix ans », affirme le responsable marketing Pascal Gevaux.

Les plaques de plâtre Cleaneo de Knauf, elles, reposent sur l'intégration de zéolithes, des matériaux ultraporeux capables de fixer durablement les polluants de l'air intérieur, notamment le formaldéhyde. Le fabricant assure qu'outre cette fonction de capture, les zéolites catalysent la dégradation des polluants. Une précision qui laisse les spécialistes dubitatifs, car le pouvoir catalytique des zéolithes ne se révèle qu'à haute température. « À mon avis, leur produit ne fonctionne que par absorption, à moins qu'ils n'y ajoutent autre chose que la zéolithe », tranche Joël Patarin, de l'Institut de science des matériaux de Mulhouse. La question qui se pose alors est celle de l'éventualité d'une saturation des sites de fixation, donc de la durabilité de la fonction de dépollution. « Nos produits intègrent un kilogramme de zéolites par mètre carré, alors que l'ordre de grandeur de la pollution de l'air est en microgramme par mètre cube », se défend Bruno Burger, chargé des opérations HQE et développement durable de Knauf.

Quoi qu'il en soit, les industriels ne vont pas en rester là. « Nous recherchons des molécules actives sur d'autres composés organiques volatils nocifs comme les composés aromatiques », indique Pascal Gevaux. De son côté, Calcia commercialise depuis quelques mois la première chaux hydraulique naturelle dépolluante destinée à réaliser la couche de finition de parements. L'entreprise cherche à valoriser son ciment pour des routes etpour des aménagements urbains, par exemple des dalles de trottoirs, et en propose une déclinaison sous forme de peintures minérales dépolluantes associées à des lampes spéciales pour des tunnels. « Nous travaillons aussi sur des produits dédiés à la purification de l'air intérieur, en testant les variétés de dioxyde de titane pour cibler les polluants de l'air intérieur », précise Jean-Philippe Vacher, de Calcia. Respirez, la famille des matériaux dépolluants n'a pas fini de s'agrandir !

ÇA MARCHE AUSSI POUR LES FAÇADES

Calcia a décliné le principe de son ciment dépolluant pour l'appliquer à un produit destiné à la réalisation de couches de finition de parements.

LA ROUTE QUI ABSORBELES GAZ D'ÉCHAPPEMENT

LA MISE EN OEUVRE est semblable à celle d'un béton classique. GRÂCE À UN REVÊTEMENT DE 12 CENTIMÈTRES EN BÉTON contenant du dioxyde de titane, cette chaussée dégrade les oxydes d'azote par photocatalyse. LE CANIVEAU ÉGALEMENT RÉALISÉ À PARTIR DU CIMENT TX ARIA participe aussi à la destruction des oxydes d'azote. En tout, 20 % d'entre eux sont détruits en moyenne. LES DALLES DE TROTTOIR intègrent la technologie développée par Calcia : elles dépolluent aussi.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0917

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Après avoir optimisé la consommation énergétique des équipements électriques et électroniques du[…]

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : À Wattrelos, Decathlon peaufine son modèle vertueux

Dossiers

Éco-conception : À Wattrelos, Decathlon peaufine son modèle vertueux

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Plus d'articles