Nous suivre Industrie Techno

Rencontre avec le nouveau chef du département Réponse et Dynamique cellulaire au CEA Grenoble.

Industrie et Technologies
Marc Fontecave vient d'être nommé à la tête de ce laboratoire qui se situe à l'interface de la biologie et de la chimie. Il précise, pour la lettre, ses objectifs .

Que représente le département Réponse et Dynamique cellulaire?

Le département Réponse et dynamique cellulaire compte plus de 300 personnes réparties en treize unités de recherche associées pour la plupart à d’autres organismes comme l’Inserm, le CNRS ou l’université Joseph Fourier de Grenoble.

 Il est articulé selon quatre programmes.

- La toxicologie nucléaire qui traite de métaux toxiques comme le mercure, le cadmium, le sélénium
- les nouvelles technologies en biologie où l’on retrouve la protéomique, le laboratoire biopuce etc
- la radiobiologie en biologie cellulaire c’est à dire la réponse aux effets du rayonnement et au stress oxydant, ce qui touche à la recherche sur le cancer (cascade de signaux biologiques après un stress)
- les mécanismes d’oxydo-réduction et les métaux en biologie. Ces métaux sont très importants pour le métabolisme des êtres vivants et des plantes notamment dans les mécanismes de biocatalyse. Certaines enzymes sont impliquées dans la prolifération des cellules donc le cancer.

Quel est votre profil ?

Je suis chimiste de formation (ENSET Cachan) mais je me suis investi fortement dans la biologie. Je suis professeur à l’Université Joseph Fourier de Grenoble et j’ai créé une unité de recherche spécialisée dans la chimie des métalloenzymes (particulièrement le fer) impliquées dans les réactions redox (oxygénase et réductase).

Cette unité mixte de recherche est une des rares à avoir une triple tutelle : Université, CNRS (département de chimie) et CEA (département de biologie). Nous sommes donc à l’interface chimie/biologie. Le département des sciences du vivant DSV du CEA souhaitait avoir une équipe de chimiste au sein de ce département très biologique. Il a fait appel à moi et j’en ai pris la tête début septembre en remplacement de Michel Van der Rest.

Je compte renforcer la pluridisciplinarité au sein du département, faire un effort particulier vers les applications des recherches effectuées ici et accentuer l’effort d’information sur nos recherches pour montrer leur utilité et attirer des jeunes.

Les métaux semblent tenir une place importante dans vos recherches ?

La nature réalise de nombreuses réactions très complexes à température et pression ambiante grâce notamment à la biocatalyse et particulièrement aux métalloenzymes. Les chimistes sont intéressés à ces réactions mais aimeraient se détacher de l’aspect bio et créer de petits complexes catalytiques.

Nous faisons du biomimétisme. Il faut pour cela décortiquer la structure et la réactivité des protéines et faire de la synthèse chimique pure.

Ces recherches fondamentales sur la compréhension des mécanismes peuvent avoir très vite des applications industrielles. Nous avons déjà collaboré avec Unilever, L’Oréal, Rhodia. C’est une chimie très variée qui touche aussi à l’énergie : pourquoi pas produire de l’hydrogène à partir d’hydrogénases ou de molécules dérivées?

En fait sur Grenoble nous disposons d’un potentiel unique au monde pour ses compétences sur les métaux en biologie au sein de dix sept laboratoires (110 permanents et 40 doctorants) qui touchent à la catalyse, à l’environnement et à la santé. Ils sont regroupés dans l’IMBG Institut des métaux en biologie de Grenoble. Mais ce potentiel est trop méconnu. Nous envisageons d’organiser un congrès international pour 2004 pour rendre ce potentiel plus visible et attirer des chercheurs.

Propos recueillis par Christian Guyard

Pour en savoir plus
Marc Fontecave UMR UJF/CEA/ CNS n° 5047
DRDC-CB CEA Grenoble
17 Avenue des Martyrs
38504 Grenoble Cedex 09
tel 04 38 78 91 03
mfontecave@cea.fr

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles