Nous suivre Industrie Techno

Livre

Renault sous l’occupation, fabrications forcées & projets secrets

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Renault sous l’occupation, fabrications forcées & projets secrets

© DR

Sujet délicat que celui de la Société anonyme des usines Renault (SAUR) sous l’Occupation. Louis Renault fut accusé de collaboration et incarcéré à la Libération, il mourra dans d’étranges circonstances en prison en octobre 1944. L’entreprise fut nationalisée en 1945 et devint la Régie nationale des usines Renault (RNUR).

Au-delà de ce résumé, ce livre permet de découvrir la situation de l’automobile juste avant-guerre et de voir comment la SAUR utilisa ses moyens industriels pour participer à l’effort de réarmement. On y découvre l’organisation de ce grand groupe très intégré, Renault produit ses pneus, roulements et lubrifiants, qui construit 58 000 véhicules en 1939, dont près de la moitié sont des utilitaires. Ses ateliers occupent plus de 100 hectares à Billancourt et emploient 33 000 personnes.

Après l’Armistice, le travail reprend sous le contrôle de cadres de Daimler-Benz. L’occupant impose alors à la SAUR de réparer les matériels militaires capturés et qu’elle avait fabriqués, ainsi que de produire des véhicules utilitaires pour ses propres armées. Louis Renault y voit le moyen d’éviter le démantèlement de ses ateliers et la confiscation de ses machines, ainsi que l’envoi de ses ouvriers en Allemagne.

Tout nouveau projet est interdit, hormis pour l’adaptation de gazogènes ou l’électrification de véhicules existants. Pourtant le bureau d’études travaillera en cachette sur des véhicules prévus pour sortir dès la fin de la guerre. Parmi eux le projet 106 E dont le prototype roulera fin 1943 et qui donnera naissance à la célèbre 4 CV en 1946.

L’ouvrage de Patrick Lesueur détaille aussi tous les autres projets envisagés pour créer une véritable gamme, qui pourrait être industrialisée une fois la paix retrouvée, et dont les plus gros véhicules montraient une forte influence américaine.

L’auteur détaille aussi la vie de l’usine pendant la Guerre avec les bombardements de 1942 à 1944, car l’usine était considérée par les alliés comme un objectif prioritaire fabricant du matériel sensible pour l’armée allemande. Les nombreux sabotages visant à réduire la production ou à provoquer la casse des matériels livrés à l’occupant y sont aussi largement décris.

Bref, un ouvrage qui décrit bien le fonctionnement d’une grande entreprise durant cette période de turbulences et qui malgré les contraintes imposées par l’occupant préparait déjà l’après-guerre.


A propos du livre

Titre : Renault sous l’occupation, fabrications forcées & projets secrets

Auteur : LESUEUR Patrick
Editeur : ETAI
Pages  190
Prix : 38 €
ISBN : 978-2-7268-9693-8

Disponible en ligne sur le site : http://www.editions-etai.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Pour sa nouvelle Zoé, Renault utilise un tissu produit à partir de matériaux recyclés. Le résultat d'un[…]

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles