Nous suivre Industrie Techno

Renault et l'électrique : la foi des convertis

Renault et l'électrique : la foi des convertis

La Twizy Z.E. Concept, un véhicule urbain 100 % électrique

© DR

La marque au losange s'est lancée dans un ambitieux plan d'électrification de sa gamme. Elle présentait à Francfort quatre modèles carburant aux électrons. Zoom sur ces voitures encore plus proches de concept-car que de prototypes de présérie.

Renault est peut-être un peu seul, mais il y croit à la voiture électrique. Alors que tous ses concurrents -prudents- s'engagent dans des voies moins escarpées en hybridant leur moteur à combustion classique avec des moteurs électriques, la marque au losange a opté pour un parti-pris tranché : celui de développer une gamme de voiture mue à 100 % par un moteur électrique. Lors du salon de Francfort qui vient d'ouvrir ses portes, il présentait pour la première fois une gamme compète de véhicules zéro émission (Z.E. pour les intimes).

L'utilitaire emprunte ses lignes à la Kangoo compact. Baptisé Kangoo Z.E. Concept, il est destiné aux artisans et livreurs travaillant dans les grandes agglomérations et n'effectuant que de courtes distances.





La petite citadine, nommée Twizy Z.E. Concept, fait la taille d'une Twingo et est, elle aussi, destinée à n'embarquer que deux ou trois personnes. 

La compacte, proche d'une Clio par la taille, se nomme Zoe Z.E. Concept. Elle peut embarquer quatre personnes et semble être dotée de cellules photovoltaïques sur son toit.



La berline, appelée Fluence Z.E. Concept, est en fait la remplaçante de la Mégane tri-corps. Elle devrait faire ses premiers tours de roue en Israël en 2012 dans le cadre du projet Better Place.





Cette famille partage des gènes communs en termes technologiques. La motorisation est globalement identique, quel que soit le type de voiture. Les batteries sont de type lithium-ion et la technologie du moteur électrique est assez classique. Renault avoue s'être inspiré des robots fonctionnant dans ses usines pour développer cette motorisation, avec l'aide de Nissan.

En termes de performances, le compte n'y est pas encore en revanche. L'autonomie annoncée est de 160 km seulement. Et, si Renault martèle sur son stand que cela suffit pour effectuer 80 % de nos déplacements, on ne ressort pas convaincu de la démonstration.

C'est pourquoi Renault travaille sur un système GPS amélioré qui calculerait votre trajet idéal en fonction de la distance à parcourir et donc du nombre d'arrêts à effectuer pour recharger -ou changer- de batteries. Reste à savoir si les automobilistes accepteront de rouler parfois deux fois plus longtemps pour ne plus dégager aucun gramme de CO2.

De notre envoyé spécial à Francfort, Thibaut De Jaegher
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Pour sa nouvelle Zoé, Renault utilise un tissu produit à partir de matériaux recyclés. Le résultat d'un[…]

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles