Nous suivre Industrie Techno

Régulateur à découpage à rapport cyclique de 100 %.

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

,
Régulateur à découpage à rapport cyclique de 100 %.

4 sorties 1 A

© DR

Linear Technology propose avec le LT3504 un régulateur pour les applications ayant besoin d’une régulation continue de la tension de sortie. Il dispose de 4 sorties 1 A, ce qui le rend apte à des applications industrielles.

Linear Technology annonce le LT3504, un régulateur à découpage, abaisseur, quatre sorties 1 A, pour 0-40 V en entrée, fonctionnant avec un rapport cyclique de 100 %. La gamme de tensions d’entrée du LT3504, de 3,2 V à 40 V, le rend idéal dans les applications de l'automobile et de l’industrie qui nécessitent plusieurs sorties. Ses commutateurs internes de 1,5 A peuvent fournir un courant continu de sortie jusqu’à 1 A par canal, jusqu’à des tensions aussi basses que 0,8 V.

La conception unique du LT3504 comprend un régulateur élévateur intégré, permettant à chacun des canaux de fonctionner avec un rapport cyclique de 100 %, même avec une tension d’entrée aussi basse que 3,2 V. Cette architecture fait que le LT3504 convient dans les applications qui requièrent une régulation continue de la tension de sortie, comme les scénarios de démarrage à froid et d’arrêt-démarrage dans l’automobile.

La fréquence de commutation est programmable par l’utilisateur, de 250 kHz à 2,2 MHz, et peut être synchronisée sur toute la gamme, ce qui permet au concepteur d’optimiser le rendement tout en évitant les bandes de fréquences critiques, sensibles au bruit. La combinaison du boîtier QFN de 28 broches, 4mm x 5mm, et de la fréquence de commutation élevée du composant qui permet l’emploi de condensateurs et d’inductances externes de petite taille, conduit à une empreinte très compacte, de bon rendement thermique, pour les applications à plusieurs sorties.

Le LT3504 utilise quatre commutateurs internes, de 1,5 A, pour la conversion en mode abaisseur, et un commutateur de 220 mA pour le circuit élévateur, avec l’oscillateur, les circuits de contrôle et de logique, nécessaires, intégrés sur une seule puce. Des techniques de conception spéciales et un nouveau procédé, à forte tension, permettent de réaliser des rendements jusqu’à 88 % sur une large gamme de tensions d’entrée, et l’architecture à mode intensité du LT3504 assure une réponse rapide aux transitoires et une excellente stabilité de boucle. La commutation en opposition de phase réduit l’ondulation de la tension d’entrée et une forte protection contre les courts-circuits améliore la fiabilité du système.

Les autres caractéristiques incluent un suivi de la tension en sortie, un arrêt programmable en cas de sous-tension, et une broche de ‘‘tension établie’’ qui indique lorsque toutes les sorties sont régulées.

Le LT3504EUFD est encapsulé dans un boîtier QFN-28, 4 mm x 5 mm. Le LT3504IUFD est testé et garanti pour fonctionner avec une température de jonction de –40°C à 125°C. Les deux versions sont disponibles en stock.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.linear.com/product/LT3504

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un avenir sans compromis pour les transistors à haute puissance

Fil d'Intelligence Technologique

Un avenir sans compromis pour les transistors à haute puissance

Concevoir un transistor est souvent affaire de compromis. La diminution de la résistance pour réduire les pertes d’énergie[…]

07/04/2021 | Transistor
[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

Fil d'Intelligence Technologique

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

Plus d'articles