Nous suivre Industrie Techno

Récupération des vapeurs d'essence

C. G.

Sujets relatifs :

, ,
Récupération des vapeurs d'essence

La machine de Covaltech condense à - 40 °C les vapeurs d'essence lors du remplissage d'une cuve.

© D.R.

Environ 0,3 % de carburant, auparavant perdu lors du remplissage des cuves des stations-service, sous forme de vapeurs polluantes et toxiques, peut être récupéré.

Quatre dispositifs pour récupérer les vapeurs d'essence directement dans la station-service seront bientôt mis en place dans certaines grandes surfaces par Covaltech, une PMI lyonnaise. Jusqu'à présent, lors du remplissage des cuves enterrées, les vapeurs d'essence étaient renvoyées dans le camion citerne au moment de la livraison. Ainsi elles ne traînent plus autour des clients et du pompiste (moindre exposition) et ne polluent plus l'atmosphère. Mais c'est du carburant qui repart sans être vendu. Le même problème de pollution se pose à chaque remplissage de réservoir de voiture. Seulement la moitié des pompes sont équipées d'une aspiration de vapeurs qui retournent à la cuve.

Une opération rentable et écologique

La machine de Covaltech condense à - 40 °C les vapeurs d'essence déplacées lors du remplissage d'une cuve (modèles 1 et 4 kW). Le condensat est renvoyé dans une des cuves de la station. L'air qui retourne au camion est débarrassé de toute vapeur, ce qui évite d'avoir sur la route des camions "vides" pleins de vapeurs, donc à risque.

Sur une livraison, trois pour mille d'essence en moyenne partent sous forme vapeur, en pure perte pour la station. Cette faible proportion reste maintenant sur place et est revendue. L'appareil coûte à l'unité 40 000 euros, un prix qui peut baisser avec une fabrication en série. Sachant qu'une station en grande surface écoule environ 150 000 litres par semaine, le calcul est vite fait. L'opération est rentable... et écologique.

Serge Sellès, dirigeant de Covaltech, a fait appel à l'IFP (Institut français du pétrole) pour le développement de l'Optimgaz : protection intellectuelle (deux brevets déposés), calculs thermodynamiques, analyses physico-chimiques et soutien vis-à-vis des banques.

L'appareil est même prévu pour le futur éthanol avec un séparateur eau/hydrocarbures

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0887

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

COMMUNICATION

COMMUNICATION

Un minimodule GPRSSagem Communications introduit ce qu'il présente comme le module de communication sans fil GPRS le plus petit au monde. Encapsulé[…]

01/04/2009 | AlertesInnovations
RECYCLAGE

RECYCLAGE

INFORMATIQUE

INFORMATIQUE

HYDRAULIQUE

HYDRAULIQUE

Plus d'articles