Nous suivre Industrie Techno

Recherche sur les composites pour alléger les voitures

Hugo Leroux
Recherche sur les composites pour alléger les voitures

Le consortium Hivocomp mise sur des composites à base de polyuréthane et polypropylène pour alléger les voiture.

© DR

Le programme de recherche européen Hivocomp est destiné à développer des matériaux innovants pour l'industrie automobile. Plusieurs matériaux composites sont en lice. L’analyse de cycle de vie peut faire la différence.

Déplacer une voiture, c’est mettre une tonne à deux tonnes en mouvement. Serait-il possible d’optimiser les performances énergétiques de la voiture en l’allégeant ? C’est ce à quoi travaillent les membres du consortium Hivocomp. Leurs travaux, qui s’étalent sur une durée de quatre ans, explorent le potentiel de certains matériaux composites pour les transports.

« Le problème de beaucoup de ces matériaux est que leur utilisation n'est guère compatible avec une production industrielle de masse », explique Véronique Michaud, professeure au Laboratoire de technologie des composites et polymères de École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), membre du consortium. « Les chercheurs planchent notamment sur deux nouvelles familles de matériaux : des composites à base de polyuréthane (PU) renforcés de carbone ou des thermoplastiques renforcés par des fibres de polypropylène (PP), contenant aussi du carbone ».

A l'EPFL, les chercheurs s'attellent à la caractérisation des propriétés physiques des deux types de composites, en particulier la formation de contraintes internes lors de la fabrication des pièces, pouvant conduire, par exemple, à des défauts de forme. Avant de remplacer l'acier des pièces structurelles des véhicules, ces prétendants doivent en effet améliorer leur temps de mise en œuvre.

Mais les chercheurs mettent aussi en avant les problématiques de fin de vie des pièces et leur bilan énergétique global. Alléger un véhicule pour en réduire la consommation ne sert à rien si la pollution engendrée en amont par la fabrication des matériaux est encore plus forte… « Il faut calculer après combien de kilomètres le bilan écologique devient intéressant. Nous devons pour cela prendre en compte tout le cycle de vie de chaque pièce, soit les produits utilisés, les additifs nécessaires, le coût du recyclage, etc. », explique Jan-Anders Månson, directeur du laboratoire.

En tout cas, les constructeurs gardent un œil sur ces matériaux de substitution. En témoigne la présence des groupes VW, Daimler et Fiat dans le consortium.

Hugo Leroux

Pour en savoir plus : http://hivocomp.eu/ 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une hétérostructure semi-conductrice pour améliorer les piles à combustible en céramique

Une hétérostructure semi-conductrice pour améliorer les piles à combustible en céramique

Des chercheurs affiliés à plusieurs universités et instituts chinois ont trouvé un moyen pour diminuer la[…]

Comment McPhy veut industrialiser l’électrolyse alcaline pour produire de l'hydrogène décarboné à coût réduit

Comment McPhy veut industrialiser l’électrolyse alcaline pour produire de l'hydrogène décarboné à coût réduit

Modélisation moléculaire et code ultra rapide : Qubit pharmaceuticals met la physique quantique au service des labos pharma

Modélisation moléculaire et code ultra rapide : Qubit pharmaceuticals met la physique quantique au service des labos pharma

Pour bien commencer la semaine, la recette de Norsk e-fuel pour décarboner l’aviation

Pour bien commencer la semaine, la recette de Norsk e-fuel pour décarboner l’aviation

Plus d'articles